Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Le F-35 grand absent de Farnborough

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Collectif"

En savoir plus

SUR LE NET

Le recyclage devient high-tech

En savoir plus

SUR LE NET

La guerre au Proche-Orient attise la Toile

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

L'invité: Colonel Badjeck, porte-parole du ministère de la défense camerounais

En savoir plus

MODE

Paris, Haute Couture automne-hiver 2014-2015.

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Vers une offensive terrestre sur Gaza ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Israël-Gaza : l'application mobile Yo a peut-être enfin trouvé son utilité

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 2)

En savoir plus

  • En direct : le défilé du 14-Juillet sur les Champs-Élysées

    En savoir plus

  • EN IMAGES : les meilleurs moments du Mondial

    En savoir plus

  • À Paris, un rassemblement pro-palestinien entaché de heurts

    En savoir plus

  • L'Allemagne est championne du monde pour la 4e fois de son histoire

    En savoir plus

  • La délicate opération de renflouement du Costa Concordia a commencé

    En savoir plus

  • Scènes de liesse à Berlin, tristesse et violences à Buenos Aires

    En savoir plus

  • Les civils fuient leurs habitations dans le nord de la bande de Gaza

    En savoir plus

  • À Vienne, les négociations sur le nucléaire iranien teintées de pessimisme

    En savoir plus

  • La Russie menace l'Ukraine "de conséquences irréversibles"

    En savoir plus

  • Tour de France 2014 : Tony Gallopin endosse le premier maillot jaune français

    En savoir plus

  • Sahara occidental : le torchon brûle entre Rabat et Alger

    En savoir plus

  • Nigeria : le chef de Boko Haram soutient al-Baghdadi, le "calife" de l'EIIL

    En savoir plus

  • Fin de Serval au Mali, lancement de l’opération "Barkhane" au Sahel

    En savoir plus

  • Combats entre milices libyennes autour de l'aéroport de Tripoli

    En savoir plus

  • Décès du célèbre chef d’orchestre américain Lorin Maazel

    En savoir plus

  • Nouvelle humiliation pour le Brésil battu par les Pays-Bas (3-0)

    En savoir plus

  • "Wissous plage" : l’interdiction du port du voile suspendue par la justice

    En savoir plus

  • Après une opération commando à Gaza, Tsahal intensifie ses frappes

    En savoir plus

  • Présidentielle afghane : les candidats s'accordent sur un audit des votes

    En savoir plus

EUROPE

Karadzic silencieux, le TPIY estime qu'il plaide non coupable

©

Vidéo par Guillaume COUDERC

Dernière modification : 03/03/2009

L'ancien chef des Serbes de Bosnie, Radovan Karadzic, refusant de plaider face aux accusations de génocide, de crimes de guerre et de crime contre l'humanité, le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie (TPIY) a décidé pour lui.

AFP - L'ancien chef politique des Serbes de Bosnie Radovan Karadzic a refusé mardi de plaider coupable ou non coupable devant le Tribunal pénal international (TPI) pour l'ex-Yougoslavie, qu'il ne reconnaît pas, et le tribunal a décidé à sa place qu'il plaiderait non coupable.

"Je ne vais pas du tout plaider coupable ou non (...) ce tribunal n'a pas le droit de me juger", a déclaré Radovan Karadzic, 63 ans, qui se défend seul devant le TPI à La Haye et encourt la prison à vie.

"Je prononce donc un plaidoyer de non culpabilité à votre place sur les onze chefs d'accusation" de génocides, crimes de guerre et crimes contre l'humanité, a réagi le juge britannique Iain Bonomy, conformément à la procédure, avant de lever l'audience.

 



Selon les statuts du TPI, les juges peuvent désormais fixer les dates des audiences de préparation du procès de M. Karadzic, qui ne devrait commencer avant plusieurs mois.

Radovan Karadzic apparaissait mardi pour la septième fois devant le TPI depuis qu'il a été arrêté le 21 juillet 2008 à Belgrade après avoir été en fuite pendant treize ans.

M. Karadzic, accusé par le procureur d'être le "cerveau" de la guerre de Bosnie, qui a fait 100.000 morts et 2,2 millions de déplacés entre 1992 et 1995, a remis en cause une nouvelle fois le droit du TPI à le juger.

"Aujourd'hui, je conteste (ce droit) sur la base de mon accord avec la communauté internationale, dont le représentant à l'époque était Richard Holbrooke", a-t-il déclaré.

Depuis son arrestation, Radovan Karadzic affirme qu'il a réussi à échapper pendant treize ans à la justice internationale grâce à un accord secret avec M. Holbrooke, négociateur américain des accords de Dayton qui ont mis fin à la guerre de Bosnie en 1995.

Selon Radovan Karadzic, l'accord prévoyait que les poursuites à son encontre seraient abandonnées s'il se retirait de la vie politique et publique. M. Holbrooke a toujours nié l'existence d'un tel accord.

"Je défends un principe selon lequel on ne peut mettre fin à des guerres et signer des accords de paix par la tromperie", a affirmé M. Karadzic. Citant "un poète serbe", M. Karadzic, qui a publié plusieurs recueils de poésie pendant qu'il était en fuite, a conclu: "Mon procès devient le procès du monde entier".

M. Karadzic devait plaider mardi sur une nouvelle version de son acte d'accusation, actualisée en fonction des procès passés et des évolutions de la jurisprudence et déposée par le procureur en février. La version en vigueur au moment de son arrestation datait de 2000.

Le nouvel acte d'accusation comporte deux chefs d'accusation pour génocide, concernant le massacre de 8.000 Musulmans à Srebrenica (est de la Bosnie) en juillet 1995 et des crimes commis en Bosnie en 1992, et neuf chefs d'accusation pour crimes de guerre et crimes contre l'humanité, dont le siège de Sarajevo.

Il souligne que Radovan Karadzic était "la plus haute autorité civile et militaire" de la République serbe de Bosnie entre 1992 et 1996 et détaille les persécutions, exterminations, déportations, actes inhumains ou prises d'otages, commis dans 27 communes bosniaques par l'armée des Serbes de Bosnie.

Selon le procureur, il est l'un des principaux artisans d'un plan d'"expulsion définitive" des Musulmans et des Croates vivant dans des zones de Bosnie-Herzégovine convoitées par les Serbes de Bosnie, avec son ancien bras droit militaire Ratko Mladic, toujours en fuite.
 

Première publication : 03/03/2009

Comments

COMMENTAIRE(S)