Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

Syrie : "L'Armée de la conquête" à la recherche de respectabilité

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

États-Unis : nouvelle controverse sur le port d'armes, après plusieurs tueries

En savoir plus

DÉBAT

Migrants à Calais : comment sortir de l'impasse ? (partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Migrants à Calais : comment sortir de l'impasse ? (partie 1)

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Au Burundi, le leader de l'opposition, qui avait appelé au boycott, élu vice-président de l'Assemblée

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Grèce : le FMI pose ses conditions et jette un froid

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Calais: la porte mortelle vers "l'Eldorado"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Faut-il copier la Silicon Valley ?

En savoir plus

FOCUS

Au Bangladesh, les assassinats de libres-penseurs se multiplient

En savoir plus

EUROPE

Nouveau procès pour fraudes contre Khodorkovski

Vidéo par Pauline GODART

Dernière modification : 04/03/2009

L'ex-patron du groupe pétrolier russe Ioukos, Mikhaïl Khodorkovski, déjà condamné à huit ans de prison en 2005, est jugé dans le cadre d'une nouvelle affaire. L'ex-homme le plus riche de Russie risque cette fois 22 ans de réclusion.

AFP - L'ex-magnat du pétrole russe Mikhaïl Khodorkovski comparaît depuis mardi dans un nouveau procès que la défense présente comme un test de la volonté de réforme du système judiciaire affichée par le président Dmitri Medvedev.

L'ancien PDG du géant pétrolier Ioukos, déjà condamné à huit ans de prison en 2005 au terme d'un premier procès orchestré selon son entourage par le Kremlin, et son associé Platon Lebedev se sont serré la main en prenant place dans le box des accusés.

Changement de décor très symbolique pour cette nouvelle affaire dont chaque rebondissement sera scruté de près, une vitre blindée a remplacé la traditionnelle cage à barreaux.

Les premières audiences préliminaires, destinées à examiner des questions de procédure, se déroulent à huis clos. Elle doivent se poursuivre mercredi à partir de 11H30 (08H30 GMT).

L'ex-PDG et son associé comparaissent pour le détournement de pétrole à hauteur de 900 milliards de roubles (25 milliards de dollars) et le blanchiment des sommes tirées de la revente de ce brut, des accusations jugées "délirantes" par leurs avocats.

La défense, qui dénonce un nouvelle affaire politique, a réclamé le renvoi du procureur Dmitri Chokhine, déjà omniprésent dans le premier procès de M. Khodorkovski, une demande rejetée mardi par le juge.

"Ils veulent à tout prix arriver à leur fins (..) Ils n'ont aucune preuve. Comment pourrait-il y en avoir quand rien n'a été commis ?", a affirmé l'avocat Vadim Kliouvgant devant la presse.

Le premier procès a souvent été perçu comme inspiré par l'entourage de Vladimir Poutine, alors président, pour rétablir le contrôle de l'Etat sur de précieux actifs pétroliers et mettre au pas un oligarque aux ambitions politiques trop affirmées.

M. Khodorkovski, 45 ans, en manteau noir et en jeans, des lunettes fines sur le nez, a souri aux journalistes, mais n'a fait aucune déclaration.

"Honte", avait-il lancé un peu plus tôt en arrivant dans un fourgon blindé au tribunal, gardé par quelque 300 policiers et membres des forces spéciales, ont rapporté les agences russes.

Plusieurs sympathisants, qui protestaient contre le procès en scandant "Liberté pour Khodorkovski", ont été interpellés devant le tribunal, ont constaté des photographes de l'AFP.

Ce nouveau procès intervient un an après l'élection, le 2 mars 2008, de Dmitri Medvedev qui prône une plus grande indépendance de la justice mais dont la ligne reste floue dans cette affaire.

Semblant miser sur une nouvelle approche politique, M. Khodorkovski s'est félicité lundi de "changements institutionnels positifs" en Russie.

Au moment de l'arrivée de M. Medvedev au Kremlin en mai 2008, la défense de l'ex-PDG avait estimé que "les temps avaient changé". Mais les espoirs de libération anticipée de M. Khodorkovski sont restés jusqu'ici lettre morte.

Le libérer "reviendrait à remettre en question le partage du pouvoir et de la propriété instauré par l'équipe de Poutine", commentait mardi l'influent quotidien des affaires Vedomosti dans un éditorial.

L'ex-oligarque reste très impopulaire dans l'opinion, nombre de Russes lui reprochant de s'être enrichi illégalement à l'occasion des privatisations controversées des années 90.

Depuis sa spectaculaire arrestation sur le tarmac d'un aéroport en octobre 2003, l'empire qu'il avait érigé a été démantelé et ses actifs revendus à des groupes publics russes.

En 2005, l'ex-homme le plus riche de Russie et son associé ont été envoyés purger leur peine en Sibérie, près de la frontière chinoise. Ils ont été transférés à Moscou le 24 février en vue de ce nouveau procès.
 

Première publication : 03/03/2009

COMMENTAIRE(S)