Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les "MarocLeaks" inquiètent le pouvoir marocain

En savoir plus

#ActuElles

Jouets sexistes : le marketing des fabricants en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Joyeux Noël... laïc !

En savoir plus

REPORTERS

Argentine : le bilan Kirchner

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Cuba - États-Unis : la fin de la guerre froide ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La Grèce fait trembler les marchés

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La personnalité tourmentée de "Mr. Turner"

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : colère à Peshawar lors des funérailles des écoliers assassinés

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

François Hollande, un recentrage à gauche ?

En savoir plus

Asie - pacifique

La Chine fait face à "des défis sans précédent", selon Wen Jiabao

Vidéo par Julien FANCIULLI

Dernière modification : 05/03/2009

Devant le Parlement, le Premier ministre chinois a affirmé que l'ex-empire du Milieu affrontait des "difficultés sans précédent". Confiant sur la capacité du pays à rebondir, le chef du gouvernement table sur une croissance de 8 % cette année.

REUTERS - Le Premier ministre chinois Wen Jiabao a réaffirmé jeudi un objectif de croissance de 8% cette année en Chine avec des mesures de soutien à l'économie qui se traduiront par un bond du déficit budgétaire à 3% du PIB.

Le chef du gouvernement chinois, qui ouvrait les travaux du parlement réuni en session annuelle, n'a toutefois pas annoncé de nouveaux grands projets d'investissement, comme l'espéraient analystes et marchés boursiers, en plus des 4.000 milliards de yuans (463 milliards d'euros) déjà dévoilés en novembre.

La Chine prévoit un bond de son déficit budgétaire à 950 milliards de yuans (110 milliards d'euros) ce qui représentera près de 3% de son PIB, contre 0,4% en 2008, mais moins d'un quart de ce que prévoient les Etats-Unis (12,3%)

Les dépenses d'investissement, des chemins de fer aux logements bon marché, vont doubler. Les investissements dans la santé augmenteront de 38%, les dépenses de couverture sociale et d'assurance chômage croîtront de 22%, montre le budget 2009.

Dans le texte de son rapport de travail annuel ouvrant la session plénière de l'Assemblée populaire nationale, Wen a souligné qu'un objectif de 8%, "dans un pays en développement de 1,3 milliard d'habitants", était "essentiel pour augmenter l'emploi dans les régions rurales et urbaines, augmenter les revenus de la population et assurer la stabilité sociale".

Le Premier ministre chinois a dressé un tableau sombre de la situation économique: "La crise financière continue de s'étendre et d'empirer. La demande continue à diminuer sur les marchés internationaux, la tendance à la déflation mondiale est devenue une évidence et le protectionnisme resurgit."

Face à ce constat, Wen Jiabao a déclaré que le gouvernement utiliserait des mesures d'incitation fiscales pour soutenir les exportations tout en réaffirmant la politique de change classique de la Chine, à savoir maintenir le yuan à un taux "globalement stable".


Système d’alerte


Wen a également promis que le gouvernement travaillerait à soutenir le pouvoir d'achat des ménages en augmentant la part des salaires dans le revenu national et en accroissant l'investissement public.

"Il nous faut soutenir les secteurs de forte consommation des ménages et étendre la consommation à de nouveaux domaines", a-t-il déclaré. "Nous améliorerons la politique sur la consommation automobile."

Le chef du gouvernement s'est dit encouragé par la réponse de l'économie aux mesures de relance de novembre qui prévoient des dépenses massives dans les infrastructures, le logement social ou l'environnement.

Les prêts des banques ont fortement augmenté - Wen a fixé un objectif ambitieux de 5.000 milliards de yuans de nouveaux prêts en 2009, juste au-dessus du niveau de l'an dernier - et les enquêtes sur l'industrie témoignent d'une embellie.
Mais les exportations se sont effondrées et les prix de l'acier, qui avaient augmenté sous l'effet du plan de relance, sont repartis à la baisse, ce qui fait dire aux économistes que la Chine n'est pas encore sortie d'affaire.

Vingt millions de migrants chinois ont perdu leur emploi avec la fermeture des usines tournées vers l'exportation et les paysans subissent chômage et baisse de revenus.
La commission nationale de réforme et de développement, qui présentait son rapport au parlement, a promis une hausse de 20% des aides à l'agriculture et une augmentation du prix d'achat minimum du blé et du riz.

Wen Jiabao a souligné que Pékin chercherait à prévenir toute menace de troubles sociaux par un système d'alerte visant à "prévenir activement et gérer de manière adaptée tout type d'incident de masse", euphémisme utilisé par le gouvernement pour désigner les manifestations ou les émeutes.
 

Première publication : 05/03/2009

COMMENTAIRE(S)