Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Cesar : Roman Polanski renonce

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Éric Ciotti : "Le vote de Fessenheim est un scandale"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Éric Ciotti : "Je ne crois pas au ni droite ni gauche"

En savoir plus

FOCUS

Iran : le sport, outil d'émancipation des femmes

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Avec Julien Fournié, dans les coulisses d’un défilé Haute Couture

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Quand les femmes décideront de ce que les hommes doivent faire de leurs organes reproductifs"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Quel avenir pour le partenariat transpacifique?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Micmac au PS"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Primaire PS : Cafouillage autour de la participation

En savoir plus

Economie

GM pourrait se placer sous la protection de la loi des faillites

Dernière modification : 05/03/2009

Dans son rapport mensuel, General Motors émet un "doute substantiel" sur sa capacité à faire face à la crise qui traverse le secteur. Le mois dernier, le constructeur américain avait demandé une aide d'urgence de 16,6 milliards de dollars.

AFP - Le constructeur automobile américain General Motors a reconnu qu'il existait "un doute substantiel" sur sa survie et n'écarte pas de se placer sous la protection de la loi des faillites, a-t-il indiqué dans un document transmis jeudi aux autorités de régulation boursières.
  
"Notre firme d'auditeurs indépendants (...) a affirmé que la récurrence de nos pertes opérationnelles (...) et notre incapacité à générer des liquidités suffisantes pour faire face à nos obligations et soutenir nos activités soulève un doute substantiel sur notre capacité à survivre", a indiqué le constructeur dans son rapport mensuel transmis à la SEC.
  
"Notre avenir dépend de notre capacité à exécuter avec succès le plan de viabilité" soumis au Congrès américain afin d'obtenir de nouveaux soutiens financiers du gouvernement, a poursuivi General Motors.
  
En cas d'échec de ce plan, "nous ne serions pas capable de poursuivre (nos activités), et pourrions potentiellement être contraints de demander la protection de la loi américaine des faillites", a-t-il ajouté.
  
Le Chapitre 11 de cette loi permet à une entreprise en difficultés de se restructurer à l'abri de ses créanciers.

Première publication : 05/03/2009

COMMENTAIRE(S)