Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

La difficile lutte contre le trafic d’armes en Europe

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Sécurité : quel modèle en Israël ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La ligne Maginot des valeurs européennes"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Garder la foi"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Saint-Étienne-du-Rouvray : après le choc, les questions et la polémique

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : l'Italie se dote de nouveaux "hotspots" pour mieux accueillir les migrants

En savoir plus

LE DÉBAT

Attaques en Allemagne : menace islamique et politique migratoire en toile de fond (Partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Attaques en Allemagne : menace islamique et politique migratoire en toile de fond (Partie 1)

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Hillary Clinton, à contrecœur"

En savoir plus

Economie

GM pourrait se placer sous la protection de la loi des faillites

Dernière modification : 05/03/2009

Dans son rapport mensuel, General Motors émet un "doute substantiel" sur sa capacité à faire face à la crise qui traverse le secteur. Le mois dernier, le constructeur américain avait demandé une aide d'urgence de 16,6 milliards de dollars.

AFP - Le constructeur automobile américain General Motors a reconnu qu'il existait "un doute substantiel" sur sa survie et n'écarte pas de se placer sous la protection de la loi des faillites, a-t-il indiqué dans un document transmis jeudi aux autorités de régulation boursières.
  
"Notre firme d'auditeurs indépendants (...) a affirmé que la récurrence de nos pertes opérationnelles (...) et notre incapacité à générer des liquidités suffisantes pour faire face à nos obligations et soutenir nos activités soulève un doute substantiel sur notre capacité à survivre", a indiqué le constructeur dans son rapport mensuel transmis à la SEC.
  
"Notre avenir dépend de notre capacité à exécuter avec succès le plan de viabilité" soumis au Congrès américain afin d'obtenir de nouveaux soutiens financiers du gouvernement, a poursuivi General Motors.
  
En cas d'échec de ce plan, "nous ne serions pas capable de poursuivre (nos activités), et pourrions potentiellement être contraints de demander la protection de la loi américaine des faillites", a-t-il ajouté.
  
Le Chapitre 11 de cette loi permet à une entreprise en difficultés de se restructurer à l'abri de ses créanciers.

Première publication : 05/03/2009

COMMENTAIRE(S)