Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Instagram bloqué en Chine

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Diane von Furstenberg : "J'ai vécu l'American dream"

En savoir plus

DÉBAT

Comment lutter contre l'organisation de l'État islamique?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Hongkong, nouveau Tienanmen ?"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

De la Mecque à Broumov : le voyage du Bazin

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les profs manquent à l'appel"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Censure chinoise sur Hong Kong

En savoir plus

FOCUS

Reportage : Le Caire mène la guerre à l'athéisme

En savoir plus

REPORTERS

Vidéo : la Crimée à l’heure de la russification

En savoir plus

  • Vidéo : Dohuk, province du Kurdistan submergée par les déplacés irakiens

    En savoir plus

  • Hong Kong toujours bloquée, l'exécutif demande la fin des manifestations

    En savoir plus

  • Vidéo : les Kurdes de Turquie tentent de rallier Kobani, assiégée par l’EI

    En savoir plus

  • Présidentielle brésilienne : Dilma Rousseff, touchée mais pas coulée

    En savoir plus

  • Diane von Furstenberg : "J'ai vécu l'American dream"

    En savoir plus

  • Seulement 25 % de femmes au Sénat : à qui la faute ?

    En savoir plus

  • La dette française dépasse pour la première fois les 2 000 milliards d'euros

    En savoir plus

  • Référendum en Catalogne : la Cour constitutionnelle suspend le vote

    En savoir plus

  • Sharia4Belgium fait face à la justice pour recrutement de jihadistes

    En savoir plus

  • AIG : l'État américain sur le banc des accusés pour "sauvetage illégal"

    En savoir plus

  • Assassinat d'Hervé Gourdel : le point sur l'enquête en Algérie

    En savoir plus

  • Ligue des champions : le PSG s'attaque au Barça sans Zlatan

    En savoir plus

  • Charles Blé Goudé accusé de "certains des pires crimes" devant la CPI

    En savoir plus

  • La trêve violée en Ukraine : des militaires et des civils tués

    En savoir plus

  • Reportage : Le Caire mène la guerre à l'athéisme

    En savoir plus

Culture

Le Louvre à l'heure de l'Au-delà dans l'Égypte ancienne

Dernière modification : 05/03/2009

Le musée du Louvre expose du 6 mars au 29 juin quelque 300 objets funéraires de l'Égypte ancienne. Intitulée « Les Portes du Ciel », l'exposition est consacrée à la vision du monde et de l'Au-delà à l'époque des Pharaons.

AFP - Le musée du Louvre ouvre du 6 mars au 29 juin les "portes du ciel" et de l'Au-delà dans l'Egypte ancienne, pour une exposition qui veut "offrir un autre regard" sur une civilisation considérée comme familière.

Quelque 300 objets - statues, sarcophages, papyrus, animaux momifiés, etc - sont présentés dans la grande exposition de rentrée du musée parisien, issus aux deux tiers du Louvre lui-même et complétés par quelques prêts exceptionnels, du British Museum notamment et des grands musées européens.

Les oeuvres exposées vont de l'Ancien Empire à l'époque romaine, traversant 5.000 ans de civilisation égyptienne.

"Pour beaucoup, l'Egypte ancienne, c'est simple", dit le commissaire de l'exposition Marc Etienne à la presse, "nous considérons les objets comme familiers. On a une impression de monotonie", ajoute le conservateur pour qui l'art égyptien est au contraire plus "diversifié et souple" qu'on ne le croit d'ordinaire.

L'exposition, dont le thème est complexe, s'attache à évoquer les visions du monde et de l'Au-delà dans l'Egypte ancienne, qui se manifestaient par une sorte de cycle toujours recommencé, un mouvement perpétuel entre la vie et la mort, le jour et la nuit, l'humain et le divin.

Les "portes du ciel", titre de l'exposition, désignaient les battants du tabernacle qui abritait la statue de la divinité, dit M. Etienne et, par extension, le point de passage vers d'autres mondes. Le thème, nouveau, fera l'objet de colloques et de tables rondes.

Quatre lieux en étaient la concrétisation, restés immuables pendant des millénaires, ajoute le conservateur : le sanctuaire des dieux, l'Au-delà, la chapelle de la tombe et le parvis du temple.

Ces quatre lieux ponctuent le trajet du visiteur. Les principaux mythes de création, Noun, le père des Dieux, la légende d'Osiris, sont évoqués par stèles ou bas-reliefs. Groupes sculptés, sarcophages ou masques mortuaires racontent le rôle du pharaon, qui maintient l'ordre cosmique sur terre ou les divers rites funéraires.

Dans une salle aux murs bleu nuit, l'exposition s'interroge sur ce qui se passait après la mort, selon les croyances du temps. Le "cadavre ne ressuscite pas en Egypte", dit le commissaire, "il est lui-même un tabernacle, un point d'ancrage et ne doit donc pas être détruit", dit-il.

L'importance de cette momification est même chiffrée par les chercheurs, qui ont calculé que tout le rituel autour de la mort - cercueil intérieur, extérieur, vases canopes qui contenaient les viscères, Livre des Morts - coûtaient plus de deux ans d'un salaire moyen.

Quant aux momies de chatons, très nombreuses dans les tombes, elles ne signifiaient que les Egyptiens les aimaient particulièrement. Les "radios ont montré qu'ils ont tous les vertèbres brisées. Ce sont des animaux pour servir d'offrandes, ça coûte moins cher que de faire faire une statue divine en bronze", dit-il.

Première publication : 05/03/2009

COMMENTAIRE(S)