Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

MARDI POLITIQUE

Florian Philippot : "La refondation du FN se passe assez mal"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

François Kalfon : "On peut faire de la politique en dehors du 7e arrondissement de Paris"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Marc Dugain explore la face sombre de l'Amérique des Kennedy

En savoir plus

FOCUS

Un an après les JO, Rio de Janeiro gangrenée par la crise et la violence

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Waszczykowski : "Les mots de Macron envers la Pologne n'étaient pas nécessaires"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

ONU : comment l'organisation est-elle financée ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Baptêmes du feu à l'ONU"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Il y a trop de murs, les gens ne se parlent plus"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

L'ouragan Maria frappe les Antilles

En savoir plus

Moyen-Orient

Londres prêt à entrer en contact direct avec le Hezbollah

Dernière modification : 05/03/2009

Londres est disposé à avoir des contacts officiels avec la branche politique du Hezbollah. Ses relations avec le mouvement chiite, dont la branche militaire figure sur la liste des organisations terroristes, sont interrompues depuis 2005.

AFP - Le Royaume Uni est prêt à entamer des contacts directs avec la branche politique du mouvement chiite libanais Hezbollah après son entrée dans le gouvernement d'union nationale en juillet dernier, a indiqué mercredi le ministre britannique du Foreign office Bill Rammell.
  

Londres n'a plus de contacts officiels avec le Hezbollah depuis 2005 et a inscrit sa branche militaire sur la liste noire des groupes terroristes.
  
"Nous avons rééxaminé notre position", a affirmé M. Rammell devant une commission parlementaire.
  

"A la lumière de l'évolution plus positive au Liban, de la formation d'un gouvernement d'union nationale auquel participe le Hezbollah", nous avons "exploré la possibilité d'établir des contacts", a-t-il expliqué.
  
Il y a déja eu "une première rencontre" entre une délégation de députés du Parti conservateur qui a visité le Liban et une délégation parlementaire libanaise qui incluait un membre du Hezbollah, a indiqué M. Rammell, ajoutant qu'il s'agissati de "pousser le Hezbollah a joué un rôle plus constructif et à renoncer à la violence".
  

Première publication : 05/03/2009

COMMENTAIRE(S)