Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Référendum en Italie : un scrutin à risque pour Matteo Renzi

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Présidentielle 2017 : la nouvelle donne.

En savoir plus

LE GROS MOT DE L'ÉCO

PIB : la richesse se fait tirer le portrait

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

François Fillon est-il le "Thatcher français" ?

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Pascal Elbé

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Le renoncement de François Hollande est-il un aveu d'échec ?

En savoir plus

FOCUS

Autriche : qui est Norbert Hofer, le nouveau visage du parti d'extrême droite ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Hommage à Ousmane Sow, l'artiste des ethnies

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dix ans de France 24 : dans les coulisses de la chaîne

En savoir plus

Moyen-Orient

Londres prêt à entrer en contact direct avec le Hezbollah

Dernière modification : 05/03/2009

Londres est disposé à avoir des contacts officiels avec la branche politique du Hezbollah. Ses relations avec le mouvement chiite, dont la branche militaire figure sur la liste des organisations terroristes, sont interrompues depuis 2005.

AFP - Le Royaume Uni est prêt à entamer des contacts directs avec la branche politique du mouvement chiite libanais Hezbollah après son entrée dans le gouvernement d'union nationale en juillet dernier, a indiqué mercredi le ministre britannique du Foreign office Bill Rammell.
  

Londres n'a plus de contacts officiels avec le Hezbollah depuis 2005 et a inscrit sa branche militaire sur la liste noire des groupes terroristes.
  
"Nous avons rééxaminé notre position", a affirmé M. Rammell devant une commission parlementaire.
  

"A la lumière de l'évolution plus positive au Liban, de la formation d'un gouvernement d'union nationale auquel participe le Hezbollah", nous avons "exploré la possibilité d'établir des contacts", a-t-il expliqué.
  
Il y a déja eu "une première rencontre" entre une délégation de députés du Parti conservateur qui a visité le Liban et une délégation parlementaire libanaise qui incluait un membre du Hezbollah, a indiqué M. Rammell, ajoutant qu'il s'agissati de "pousser le Hezbollah a joué un rôle plus constructif et à renoncer à la violence".
  

Première publication : 05/03/2009

COMMENTAIRE(S)