Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE DUEL DE L’ÉCO

Trump ou Clinton : qui est le plus crédible sur l'économie ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Alep, symbole de la faiblesse américaine"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Fance : le chômage repart à la hausse

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Clinton 1 - Trump 0"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Au Gabon, retour au calme, mais climat politique tendu à la veille de l'investiture d'Ali Bongo

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le drôle de selfie d'Hillary Clinton

En savoir plus

LE DÉBAT

Crise migratoire en France : Hollande à Calais pour la première fois de son mandat

En savoir plus

LE DÉBAT

Clinton – Trump : un duel décisif ?

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Mondial de l'auto : un salon en perte de vitesse ?

En savoir plus

Moyen-Orient

Londres prêt à entrer en contact direct avec le Hezbollah

Dernière modification : 05/03/2009

Londres est disposé à avoir des contacts officiels avec la branche politique du Hezbollah. Ses relations avec le mouvement chiite, dont la branche militaire figure sur la liste des organisations terroristes, sont interrompues depuis 2005.

AFP - Le Royaume Uni est prêt à entamer des contacts directs avec la branche politique du mouvement chiite libanais Hezbollah après son entrée dans le gouvernement d'union nationale en juillet dernier, a indiqué mercredi le ministre britannique du Foreign office Bill Rammell.
  

Londres n'a plus de contacts officiels avec le Hezbollah depuis 2005 et a inscrit sa branche militaire sur la liste noire des groupes terroristes.
  
"Nous avons rééxaminé notre position", a affirmé M. Rammell devant une commission parlementaire.
  

"A la lumière de l'évolution plus positive au Liban, de la formation d'un gouvernement d'union nationale auquel participe le Hezbollah", nous avons "exploré la possibilité d'établir des contacts", a-t-il expliqué.
  
Il y a déja eu "une première rencontre" entre une délégation de députés du Parti conservateur qui a visité le Liban et une délégation parlementaire libanaise qui incluait un membre du Hezbollah, a indiqué M. Rammell, ajoutant qu'il s'agissati de "pousser le Hezbollah a joué un rôle plus constructif et à renoncer à la violence".
  

Première publication : 05/03/2009

COMMENTAIRE(S)