Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCO

L'Italie entre dans une zone d'incertitude

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"L'échec de Renzi: avoir sous-estimé la brutalité sociale de sa politique"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La "castritude" selon Ségolène Royal"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gambie : le président sortant Yahya Jammeh reconnaît sa défaite

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Hollande, candidat au départ....

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Référendum en Italie : un scrutin à risque pour Matteo Renzi

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Présidentielle 2017 : la nouvelle donne.

En savoir plus

LE GROS MOT DE L'ÉCO

PIB : la richesse se fait tirer le portrait

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

François Fillon est-il le "Thatcher français" ?

En savoir plus

SCIENCES

Et Google créa le carnet de santé interactif...

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 06/03/2009

Grâce au service Google Health, les utilisateurs du célèbre moteur de recherche pourront partager toutes les informations concernant leur santé. Au vu du caractère sensible des données mises en ligne, le pari est plutôt osé.

Le roi de la collecte des données personnelles sur l’Internet, Google, vient de faire un pari osé. Le moteur de recherche autorise en effet les utilisateurs de Google Health à partager leurs informations avec d’autres personnes. Lancé en mai 2008, le service - gratuit - permet de se créer un véritable carnet de santé numérique. Les internautes peuvent y inscrire toutes les informations (maladies contractées, suivi des vaccins, etc) qu’ils jugent utiles. Le but : simplifier et centraliser les données d'ordinaire contenues dans un tas de paperasses.
  

 

Mais la nature sensible des informations oblige Google - et Microsoft qui gère un système concurrent, Health Vault - à avancer avec précaution. Une norme ISO spécifique à la sécurité des données de santé en ligne a même été créée. Il n'empêche, permettre le partage de ces données risque de faire grincer quelques dents. Et si un employeur pouvait mettre la main dessus ?
  

Garanties  

Google pense avoir fait le nécessaire pour garantir la sécurité des informations partagées. Seuls des membres de la famille, les médecins et les compagnies d’assurance peuvent être autorisés à voir le contenu d’un compte Google Health. L’utilisateur choisit précisément quelles données il veut communiquer et peut masquer le reste.

  

Reste que Google n’est pas soumis à la loi américaine sur le respect du caractère privé des données personnelles de santé (Health Insurance Portability and Accountability Act) ni à aucune autre réglementation sur le caractère privé des données. Le géant de l’Internet a même dû reconnaître que certains de ses employés allaient pouvoir avoir accès à ces informations. "Mais ils ne pourront les divulguer à personne ; pas même à des collègues", assure Google sur sa page d’aide. Pas sûr que ces déclarations d'intention soit suffisamment rassurantes.

Première publication : 06/03/2009

COMMENTAIRE(S)