Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Mali - pourparlers à Alger : peut-on croire à la paix ?

En savoir plus

DÉBAT

Ukraine : la Russie en guerre contre l'Europe ?

En savoir plus

FOCUS

Les géants américains du tabac à l'assaut de la cigarette électronique

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Ben l'Oncle Soul toujours en plein rêve pour son deuxième album

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Le trio CAB, un voyage musical entre Afrique, Brésil et Caraïbes

En savoir plus

FOCUS

Ces chrétiens d'Irak qui commencent leur nouvelle vie en France

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Quand Manuel Valls tente de faire disparaître ses tweets

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 1)

En savoir plus

  • À Saint-Nazaire, les Mistral voguent vers leur destin russe

    En savoir plus

  • L'ONU envoie une mission pour enquêter sur les crimes de l'EI en Irak

    En savoir plus

  • Mercato : l’AS Monaco prête Radamel Falcao à Manchester United

    En savoir plus

  • Vers un nouveau coup d'État militaire au Pakistan ?

    En savoir plus

  • Vidéo : une rentrée des classes pas comme les autres en Ukraine

    En savoir plus

  • Hong Kong en rébellion contre l’emprise de Pékin

    En savoir plus

  • Cisjordanie : les États-Unis exhortent Israël à renoncer aux expropriations

    En savoir plus

  • Face à l'avancée de l'EI en Irak, la peur gagne l'Iran

    En savoir plus

  • Et si la France vendait la Joconde pour éponger ses dettes ?

    En savoir plus

  • Webdoc : "Le Grand incendie" primé à Visa pour l'image

    En savoir plus

  • Le pape organise un "match pour la paix" avec des stars du foot

    En savoir plus

  • Le Premier ministre de retour au Lesotho après un "coup d'État"

    En savoir plus

  • Un immeuble s'effondre en banlieue parisienne, huit morts

    En savoir plus

  • République centrafricaine : les ravages de la haine

    En savoir plus

  • Embargo russe : les producteurs français redoutent la concurrence polonaise

    En savoir plus

SCIENCES

Et Google créa le carnet de santé interactif...

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 06/03/2009

Grâce au service Google Health, les utilisateurs du célèbre moteur de recherche pourront partager toutes les informations concernant leur santé. Au vu du caractère sensible des données mises en ligne, le pari est plutôt osé.

Le roi de la collecte des données personnelles sur l’Internet, Google, vient de faire un pari osé. Le moteur de recherche autorise en effet les utilisateurs de Google Health à partager leurs informations avec d’autres personnes. Lancé en mai 2008, le service - gratuit - permet de se créer un véritable carnet de santé numérique. Les internautes peuvent y inscrire toutes les informations (maladies contractées, suivi des vaccins, etc) qu’ils jugent utiles. Le but : simplifier et centraliser les données d'ordinaire contenues dans un tas de paperasses.
  

 

Mais la nature sensible des informations oblige Google - et Microsoft qui gère un système concurrent, Health Vault - à avancer avec précaution. Une norme ISO spécifique à la sécurité des données de santé en ligne a même été créée. Il n'empêche, permettre le partage de ces données risque de faire grincer quelques dents. Et si un employeur pouvait mettre la main dessus ?
  

Garanties  

Google pense avoir fait le nécessaire pour garantir la sécurité des informations partagées. Seuls des membres de la famille, les médecins et les compagnies d’assurance peuvent être autorisés à voir le contenu d’un compte Google Health. L’utilisateur choisit précisément quelles données il veut communiquer et peut masquer le reste.

  

Reste que Google n’est pas soumis à la loi américaine sur le respect du caractère privé des données personnelles de santé (Health Insurance Portability and Accountability Act) ni à aucune autre réglementation sur le caractère privé des données. Le géant de l’Internet a même dû reconnaître que certains de ses employés allaient pouvoir avoir accès à ces informations. "Mais ils ne pourront les divulguer à personne ; pas même à des collègues", assure Google sur sa page d’aide. Pas sûr que ces déclarations d'intention soit suffisamment rassurantes.

Première publication : 06/03/2009

COMMENTAIRE(S)