Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif : de Sarajevo à Guantanamo, l’itinéraire des six d’Algérie

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

  • Euro-2020 : la finale de l'"Euro pour l’Europe" à Wembley

    En savoir plus

SCIENCES

Et Google créa le carnet de santé interactif...

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 06/03/2009

Grâce au service Google Health, les utilisateurs du célèbre moteur de recherche pourront partager toutes les informations concernant leur santé. Au vu du caractère sensible des données mises en ligne, le pari est plutôt osé.

Le roi de la collecte des données personnelles sur l’Internet, Google, vient de faire un pari osé. Le moteur de recherche autorise en effet les utilisateurs de Google Health à partager leurs informations avec d’autres personnes. Lancé en mai 2008, le service - gratuit - permet de se créer un véritable carnet de santé numérique. Les internautes peuvent y inscrire toutes les informations (maladies contractées, suivi des vaccins, etc) qu’ils jugent utiles. Le but : simplifier et centraliser les données d'ordinaire contenues dans un tas de paperasses.
  

 

Mais la nature sensible des informations oblige Google - et Microsoft qui gère un système concurrent, Health Vault - à avancer avec précaution. Une norme ISO spécifique à la sécurité des données de santé en ligne a même été créée. Il n'empêche, permettre le partage de ces données risque de faire grincer quelques dents. Et si un employeur pouvait mettre la main dessus ?
  

Garanties  

Google pense avoir fait le nécessaire pour garantir la sécurité des informations partagées. Seuls des membres de la famille, les médecins et les compagnies d’assurance peuvent être autorisés à voir le contenu d’un compte Google Health. L’utilisateur choisit précisément quelles données il veut communiquer et peut masquer le reste.

  

Reste que Google n’est pas soumis à la loi américaine sur le respect du caractère privé des données personnelles de santé (Health Insurance Portability and Accountability Act) ni à aucune autre réglementation sur le caractère privé des données. Le géant de l’Internet a même dû reconnaître que certains de ses employés allaient pouvoir avoir accès à ces informations. "Mais ils ne pourront les divulguer à personne ; pas même à des collègues", assure Google sur sa page d’aide. Pas sûr que ces déclarations d'intention soit suffisamment rassurantes.

Première publication : 06/03/2009

COMMENTAIRE(S)