Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le gouvernement israélien utilise la mort de James Foley pour sa communication

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Une rentrée politique sous tension

En savoir plus

#ActuElles

Réfugiés de Centrafrique: préserver son honneur et sa dignité

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

RDC : L'opposant Tshisekedi en convalescence à Bruxelles

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : manifestations contre la France au PK5

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Émeutes de Ferguson : Obama face à la question raciale

En savoir plus

TECH 24

Transports du futur : quand la réalité dépasse la fiction

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Philippe Ramette fait son éloge de la contemplation

En savoir plus

DÉBAT

UE - États-Unis - Russie : le double-jeu des sanctions

En savoir plus

  • Angela Merkel est à Kiev, le convoi russe a quitté l'Ukraine

    En savoir plus

  • RD Congo : les victimes du "colonel 106" racontent leur calvaire

    En savoir plus

  • Les deux nouveaux satellites Galileo placés sur la mauvaise orbite

    En savoir plus

  • Attentat-suicide meurtrier contre le QG des renseignements à Bagdad

    En savoir plus

  • 2e division blindée : "Nous étions des frères"

    En savoir plus

  • Gaza : intensification des frappes après la mort d’un enfant israélien

    En savoir plus

  • Meurtre de James Foley : Washington n'exclut pas de frapper l'EI en Syrie

    En savoir plus

  • Un nouveau gouvernement de large ouverture formé en Centrafrique

    En savoir plus

  • Vidéo : après la reprise du barrage de Mossoul, les Kurdes déminent la zone

    En savoir plus

  • Doublé historique des Français au 100 m libre, Manaudou décroche l'or

    En savoir plus

  • Ahmet Davutoglu, l'homme qui ne fait aucune ombre à Erdogan

    En savoir plus

  • Quelles options pour l’administration Obama contre l’EI en Syrie ?

    En savoir plus

  • Irak : près de 70 morts dans l'attaque d'une mosquée sunnite

    En savoir plus

  • Les éliminatoires de la CAN-2015 perturbées par le virus Ebola

    En savoir plus

  • Le Hamas exécute des "collaborateurs" présumés d'Israël à Gaza

    En savoir plus

SCIENCES

Et Google créa le carnet de santé interactif...

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 06/03/2009

Grâce au service Google Health, les utilisateurs du célèbre moteur de recherche pourront partager toutes les informations concernant leur santé. Au vu du caractère sensible des données mises en ligne, le pari est plutôt osé.

Le roi de la collecte des données personnelles sur l’Internet, Google, vient de faire un pari osé. Le moteur de recherche autorise en effet les utilisateurs de Google Health à partager leurs informations avec d’autres personnes. Lancé en mai 2008, le service - gratuit - permet de se créer un véritable carnet de santé numérique. Les internautes peuvent y inscrire toutes les informations (maladies contractées, suivi des vaccins, etc) qu’ils jugent utiles. Le but : simplifier et centraliser les données d'ordinaire contenues dans un tas de paperasses.
  

 

Mais la nature sensible des informations oblige Google - et Microsoft qui gère un système concurrent, Health Vault - à avancer avec précaution. Une norme ISO spécifique à la sécurité des données de santé en ligne a même été créée. Il n'empêche, permettre le partage de ces données risque de faire grincer quelques dents. Et si un employeur pouvait mettre la main dessus ?
  

Garanties  

Google pense avoir fait le nécessaire pour garantir la sécurité des informations partagées. Seuls des membres de la famille, les médecins et les compagnies d’assurance peuvent être autorisés à voir le contenu d’un compte Google Health. L’utilisateur choisit précisément quelles données il veut communiquer et peut masquer le reste.

  

Reste que Google n’est pas soumis à la loi américaine sur le respect du caractère privé des données personnelles de santé (Health Insurance Portability and Accountability Act) ni à aucune autre réglementation sur le caractère privé des données. Le géant de l’Internet a même dû reconnaître que certains de ses employés allaient pouvoir avoir accès à ces informations. "Mais ils ne pourront les divulguer à personne ; pas même à des collègues", assure Google sur sa page d’aide. Pas sûr que ces déclarations d'intention soit suffisamment rassurantes.

Première publication : 06/03/2009

COMMENTAIRE(S)