Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • Ligue 1 : au Parc des Princes, Lyon tient tête au Paris-SG

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

FRANCE

Un compromis trouvé, mais pas de sortie de crise en vue

Dernière modification : 07/03/2009

Un compromis sur la réécriture du décret controversé sur le statut des enseignants-chercheurs a été trouvé, vendredi. Et les syndicats des universités demandent un report de la réforme de la formation des enseignants.

AFP - Un compromis a été trouvé vendredi sur la question du statut des enseignants-chercheurs entre Valérie Pécresse et quatre syndicats mais un désaccord persiste sur la question de la formation des enseignants, empêchant "une sortie de crise" dans les universités.

Pour preuve, la Coordination nationale des universités réunie à Paris XII-Créteil a appelé à l'"amplification du mouvement", maintenant son mot d'ordre de grève illimitée dans les facultés et appelant à une journée de manifestations le mercredi 11 mars.

Elle a jugé "inacceptable" la réécriture du décret, qui "maintient les orientations du premier texte" et dénoncé des "pseudo-négociations".

Au terme d'une troisième et dernière séance de négociations - 23 heures au total - "nous avons un projet de décret réécrit, équilibré, qui prend en compte l'ensemble des positions qui se sont exprimées", a annoncé à la presse Mme Pécresse.

Le 25 février, à la quatrième semaine de crise universitaire, le Premier ministre, François Fillon, avait demandé que le projet soit "entièrement réécrit".

Le nouveau texte a pour objectif "de recréer les conditions de la confiance au sein de la communauté universitaire", a souligné Mme Pécresse, affirmant qu'il "apporte toutes les protections nécessaires aux universitaires dans le cadre de l'autonomie" des universités.

Les syndicats ayant accepté de négocier - Sgen-CFDT, Sup-Recherche Unsa, AutonomeSup et FO - ont exprimé leur satisfaction hormis FO qui n'a pas fait de commentaire.

"L'état actuel du décret est satisfaisant pour nous", a ainsi dit le Sgen-CFDT, Sup-Recherche Unsa parlant d'une "étape franchie". AutonomeSup ne "s'oppose pas au texte", ayant obtenu "satisfaction sur la forme".

Le principal syndicat du supérieur, le Snesup-FSU, avait décliné l'invitation, jugeant trop restreint le cadre des discussions.

Le texte prévoit que la modulation du service d'un enseignant-chercheur (répartition de l'emploi du temps entre enseignement, recherche et autres activités) ne puisse intervenir qu'avec l'"accord de l'intéressé".

Il prévoit aussi leur évaluation tous les quatre ans, par le Conseil national des universités (CNU, composé de pairs), de manière transparente.

S'agissant des promotions, l'accord s'est fait, qui sera précisé par un arrêté : 50% d'entre elles se feront au niveau national par le CNU, 50% au niveau des universités.

Pour autant, aucun des négociateurs n'a voulu parler de sortie de crise.

"Il reste un contentieux important qui rend la sortie de la crise difficile: c'est la réforme de la formation des enseignants", a déclaré Michel Piecuch (Sgen-CFDT), demandant "un geste la semaine prochaine de Valérie Pécresse et surtout de Xavier Darcos".

"La situation de l'université reste problématique à cause d'autres réformes" comme "celle de la formation des enseignants", a dit Yves Markowicz (Unsa).

AutonomeSup n'acceptera définitivement le projet de décret que "si nous obtenons satisfaction" sur la "formation", a dit Jean-Louis Charlet.

Tous ont demandé le report d'un an de cette réforme, qui doit entrer en vigueur en 2009-2010 et l'ouverture d'une négociation avec les deux ministres.

Les principales critiques adressées à la réforme visent son caractère précipité, l'insuffisance de sa partie formation professionnelle, le fait que soit supprimée l'année d'IUFM actuellement rémunérée - l'obligation de préparer des concours en même temps qu'un diplôme de master, et des concours au contenu dévalorisé.

Première publication : 07/03/2009

COMMENTAIRE(S)