Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

"Lady Liberty" : emblème de l'Amérique et symbole de liberté

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La saison des tubes de l'été est lancée !

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : au Canada, les critères d'accueil des réfugiés jugés discriminatoires envers les musulmans

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"L'important, c'est de participer"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Erdogan : "Les putschistes avouent que les instructions sont venues de Gülen"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Le G20 presse le Royaume-Uni de lancer ses négociations commerciales avec l'UE

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Nice, l'indécente polémique"

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

JO-2016 : Les Français en route pour Rio

En savoir plus

LE DÉBAT

Theresa May en France : le Brexit au plus vite ?

En savoir plus

EUROPE

Moscou favorable à un Moyen-Orient sans armes nucléaires

Dernière modification : 07/03/2009

Au lendemain d'une rencontre avec la secrétaire d'État américaine Hillary Clinton, le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, s'est déclaré en faveur d'une interdiction de l'armement nucléaire au Moyen-Orient.

Reuters - La Russie est favorable à l'interdiction de l'armement nucléaire au Moyen-Orient, a déclaré samedi le ministre des Affaires étrangères Sergueï Lavrov, au lendemain d'une rencontre avec son homologue américaine Hillary Clinton.

 

Il a en outre affirmé que l'élaboration du successeur au traité de réduction des armes stratégiques Start était une priorité et que celui-ci devrait aussi concerner les têtes nucléaires.

 

Il a en outre rappelé dans le cadre d'une conférence des Nations unies sur le désarmement que l'adhésion au traité de non-prolifération garantissait aux pays signataires le droit à l'utilisation pacifique de l'énergie nucléaire.

 

A l'issue de son entretien avec la secrétaire d'Etat américaine à Genève, Lavrov avait indiqué que les deux pays allaient tenter de s'entendre sur les dossiers iranien et nord-coréen, deux pays qui inquiètent particulièrement Washington en raison de leurs programmes nucléaires.

 

Hillary Clinton avait affirmé vendredi que Moscou et Washington devaient donner la priorité au traité sur le désarmement et à la lutte contre la prolifération nucléaire.

Première publication : 07/03/2009

COMMENTAIRE(S)