Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Hiroshima: une visite sans excuses"

En savoir plus

LE DÉBAT

Croissance, terrorisme, migrants : les grands défis du G7 au Japon (partie 1)

En savoir plus

LE DÉBAT

Croissance, terrorisme, migrants : les grands défis du G7 au Japon (partie 2)

En savoir plus

FOCUS

Espagne : des salariés dénoncent leurs conditions de travail dans les abattoirs catalans

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"King Canto, un vrai cong?"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le "chantage" de la CGT

En savoir plus

POLITIQUE

Bernard-Henri Lévy : "Il y a une gémellité atroce entre Assad et l’EI"

En savoir plus

POLITIQUE

Bernard-Henri Lévy : "Les Peshmerga sont les seuls à mener vraiment la guerre contre l’EI"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Procès de Freddie Gray : les réactions à Baltimore

En savoir plus

EUROPE

Moscou favorable à un Moyen-Orient sans armes nucléaires

Dernière modification : 07/03/2009

Au lendemain d'une rencontre avec la secrétaire d'État américaine Hillary Clinton, le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, s'est déclaré en faveur d'une interdiction de l'armement nucléaire au Moyen-Orient.

Reuters - La Russie est favorable à l'interdiction de l'armement nucléaire au Moyen-Orient, a déclaré samedi le ministre des Affaires étrangères Sergueï Lavrov, au lendemain d'une rencontre avec son homologue américaine Hillary Clinton.

 

Il a en outre affirmé que l'élaboration du successeur au traité de réduction des armes stratégiques Start était une priorité et que celui-ci devrait aussi concerner les têtes nucléaires.

 

Il a en outre rappelé dans le cadre d'une conférence des Nations unies sur le désarmement que l'adhésion au traité de non-prolifération garantissait aux pays signataires le droit à l'utilisation pacifique de l'énergie nucléaire.

 

A l'issue de son entretien avec la secrétaire d'Etat américaine à Genève, Lavrov avait indiqué que les deux pays allaient tenter de s'entendre sur les dossiers iranien et nord-coréen, deux pays qui inquiètent particulièrement Washington en raison de leurs programmes nucléaires.

 

Hillary Clinton avait affirmé vendredi que Moscou et Washington devaient donner la priorité au traité sur le désarmement et à la lutte contre la prolifération nucléaire.

Première publication : 07/03/2009

COMMENTAIRE(S)