Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gambie : Yahya Jammeh accepte de quitter le pouvoir d'après Barrow

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "On ne doit pas jouer à se faire peur", tempère Maurice Lévy

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "Trump est un nouveau Madoff", estime Jacques Attali

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Paul Polman : "Les fruits de la globalisation doivent être distribués de façon plus juste"

En savoir plus

FOCUS

Aux États-Unis, le désarroi et la colère des opposants à Donald Trump

En savoir plus

TECH 24

Satellites : les nouveaux maîtres du ciel

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Enseigner autrement : de nouvelles méthodes pour réinventer l'école

En savoir plus

#ActuElles

Russie : les violences domestiques bientôt dépénalisées ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sabrina Ouazani, le cinéma avec le sourire

En savoir plus

EUROPE

Moscou favorable à un Moyen-Orient sans armes nucléaires

Dernière modification : 07/03/2009

Au lendemain d'une rencontre avec la secrétaire d'État américaine Hillary Clinton, le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, s'est déclaré en faveur d'une interdiction de l'armement nucléaire au Moyen-Orient.

Reuters - La Russie est favorable à l'interdiction de l'armement nucléaire au Moyen-Orient, a déclaré samedi le ministre des Affaires étrangères Sergueï Lavrov, au lendemain d'une rencontre avec son homologue américaine Hillary Clinton.

 

Il a en outre affirmé que l'élaboration du successeur au traité de réduction des armes stratégiques Start était une priorité et que celui-ci devrait aussi concerner les têtes nucléaires.

 

Il a en outre rappelé dans le cadre d'une conférence des Nations unies sur le désarmement que l'adhésion au traité de non-prolifération garantissait aux pays signataires le droit à l'utilisation pacifique de l'énergie nucléaire.

 

A l'issue de son entretien avec la secrétaire d'Etat américaine à Genève, Lavrov avait indiqué que les deux pays allaient tenter de s'entendre sur les dossiers iranien et nord-coréen, deux pays qui inquiètent particulièrement Washington en raison de leurs programmes nucléaires.

 

Hillary Clinton avait affirmé vendredi que Moscou et Washington devaient donner la priorité au traité sur le désarmement et à la lutte contre la prolifération nucléaire.

Première publication : 07/03/2009

COMMENTAIRE(S)