Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Référendum en Italie : un scrutin à risque pour Matteo Renzi

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Présidentielle 2017 : la nouvelle donne.

En savoir plus

LE GROS MOT DE L'ÉCO

PIB : la richesse se fait tirer le portrait

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

François Fillon est-il le "Thatcher français" ?

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Pascal Elbé

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Le renoncement de François Hollande est-il un aveu d'échec ?

En savoir plus

FOCUS

Autriche : qui est Norbert Hofer, le nouveau visage du parti d'extrême droite ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Hommage à Ousmane Sow, l'artiste des ethnies

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dix ans de France 24 : dans les coulisses de la chaîne

En savoir plus

EUROPE

Moscou favorable à un Moyen-Orient sans armes nucléaires

Dernière modification : 07/03/2009

Au lendemain d'une rencontre avec la secrétaire d'État américaine Hillary Clinton, le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, s'est déclaré en faveur d'une interdiction de l'armement nucléaire au Moyen-Orient.

Reuters - La Russie est favorable à l'interdiction de l'armement nucléaire au Moyen-Orient, a déclaré samedi le ministre des Affaires étrangères Sergueï Lavrov, au lendemain d'une rencontre avec son homologue américaine Hillary Clinton.

 

Il a en outre affirmé que l'élaboration du successeur au traité de réduction des armes stratégiques Start était une priorité et que celui-ci devrait aussi concerner les têtes nucléaires.

 

Il a en outre rappelé dans le cadre d'une conférence des Nations unies sur le désarmement que l'adhésion au traité de non-prolifération garantissait aux pays signataires le droit à l'utilisation pacifique de l'énergie nucléaire.

 

A l'issue de son entretien avec la secrétaire d'Etat américaine à Genève, Lavrov avait indiqué que les deux pays allaient tenter de s'entendre sur les dossiers iranien et nord-coréen, deux pays qui inquiètent particulièrement Washington en raison de leurs programmes nucléaires.

 

Hillary Clinton avait affirmé vendredi que Moscou et Washington devaient donner la priorité au traité sur le désarmement et à la lutte contre la prolifération nucléaire.

Première publication : 07/03/2009

COMMENTAIRE(S)