Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Sans-cravates ou sans-culottes ?"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

#StopDjihadisme

En savoir plus

TECH 24

Alan Turing, le casseur de codes

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Timbuktu" et "Saint Laurent" en lice pour le César du meilleur film

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La Shoah racontée dans le cinéma et la littérature

En savoir plus

FOCUS

Allemagne : qui sont les manifestants du mouvement "Pegida"?

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

"L'émirat jihadiste" d'une prison libanaise et des enfants en lutte pour leur cours de récré

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Terrorisme : qui est Sajida al-Rishawi ?

En savoir plus

DÉBAT

Victoire de Syriza en Grèce, un test pour l'Europe

En savoir plus

Moyen-Orient

Les arts martiaux pour combattre les agressions sexuelles

Vidéo par Ygal SAADOUN

Texte par Ygal SAADOUN

Dernière modification : 08/03/2009

Dans un centre d'arts martiaux situé à 70 km du Caire, des jeunes filles apprennent à se défendre contre d'éventuelles agressions et autres incivilités sexuelles. Elles sont toutes âgées de 10 à 25 ans.

Zagazig est une petite ville tranquille, réputée pour son hospitalité. Mais ici, comme ailleurs, les jeunes femmes ne sont pas rassurées quand elles marchent dans la rue. De  nombreux centres d’arts martiaux ont ouvert à travers le pays, depuis 2005. En apprenant ces gestes, ces jeunes Egyptiennes espèrent ne plus être importunées.


Nagla, une apprentie en art martial de 16 ans, témoigne : "C'est important quand on est une fille. Nous prenons parfois  des cours particuliers tard le soir. Si par exemple, quelqu'un s'en prend a nous, qu'est ce qu'on va faire ? Rester à ne rien faire ou le frapper ? Il faut le frapper bien sûr !"


Un sondage réalisé par une association égyptienne révèle que 83 % des femmes égyptiennes disent avoir été victimes d’incivilités. Pour les femmes étrangères, le pourcentage est de 98 %. Au sein des associations féministes, on tente d'analyser cette recrudescence.


Nawla Darwish, qui préside la Fondation de la femme nouvelle, explique : "Je lie cela aux actes de violence commis par le gouvernement contre les citoyens. Le harcèlement sexuel n'a pas lieu seulement avec les femmes non voilées, mais aussi avec les femmes voilées, avec les femmes qui portent le niqab. Cela n'a absolument rien à voir avec la façon de s'habiller des femmes."

Première publication : 08/03/2009

COMMENTAIRE(S)