Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

6 policiers poursuivis pour homicide involontaire: les habitants de Baltimore exultent

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Viols présumés en Centrafrique : A la rencontre de l'homme qui a recueilli les témoignages

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Viols présumés en Centrafrique : des zones d'ombre dans l'affaire

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Séisme au Népal : l'aide humanitaire internationale pressée par le temps

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Centrafrique : des soldats français soupçonnés de viols sur des enfants

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Viols présumés en Centrafrique : une enquête s'est ouverte à Bangui

En savoir plus

FOCUS

Liban : la prison de Roumieh, un fief pour les jihadistes de l'EI

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

"En France, les PME ont du mal à grandir"

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

Le pain, une tradition française

En savoir plus

EUROPE

Brown rend visite aux soldats de la caserne visée par l'attentat

Vidéo par Regane RANUCCI

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 10/03/2009

Le Premier ministre britannique, Gordon Brown, a annoncé son intention d'"amener les assassins devant la justice", après que le groupe IRA-véritable a revendiqué l'attentat dans lequel deux soldats britanniques ont trouvé la mort.

Moins de 36 heures après l’attentat qui a coûté la vie à deux soldats britanniques en Irlande du Nord, Gordon Brown a décidé de se rendre en personne sur la base de Massereene, dans le comté d’Antrim.


Le Premier ministre britannique y a mené des discussions avec des dirigeants politiques irlandais et de hauts gradés de l'armée britannique.


L’attentat a été revendiqué par l'IRA-véritable (Real IRA), créée en octobre 1997 d'une scission avec l’Armée républicaine irlandaise (IRA), la principale milice catholique d'Irlande du Nord, qui a renoncé à la violence en 2005.

 

 

Gordon Brown a réagi aussitôt après l’annonce de l’attaque, promettant qu'"aucun meurtrier ne pourrait faire dérailler un processus de paix qui a le soutien de la population".


L’attaque a été unanimement condamnée par la classe politique en Irlande du Nord, où plus un soldat britannique n’avait trouvé la mort depuis 1997.

 


Le correspondant de FRANCE 24 à Belfast, Hervé Amoric, indique que les deux jeunes soldats qui sont morts en Irlande "étaient sur le point de s'envoler pour l’Afghanistan".


La police nord-irlandaise est sur la piste des tueurs, qui auraient abandonné une voiture de marque Opel dans une ville proche de la caserne. "Une voiture de la même marque et du même modèle avait été utilisée par l'IRA-véritable comme véhicule piégé dans l'attentat d'Omagh, 29 morts, en 1998", rappelle Hervé Amoric.


Par ailleurs, un jeune civil polonais, qui livrait des pizzas à la caserne, a été gravement blessé dans l’attentat. "L’IRA-véritable ne s’est pas excusé d’avoir touché des civils, indique Hervé Amoric. Ils ont même été qualifiés de collabos qui n'ont que ce qu'ils méritent, car ils livraient des pizzas à des soldats britanniques sur le sol irlandais."
 

 

Première publication : 09/03/2009

COMMENTAIRE(S)