Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

EUROPE

Brown rend visite aux soldats de la caserne visée par l'attentat

Vidéo par Regane RANUCCI

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 10/03/2009

Le Premier ministre britannique, Gordon Brown, a annoncé son intention d'"amener les assassins devant la justice", après que le groupe IRA-véritable a revendiqué l'attentat dans lequel deux soldats britanniques ont trouvé la mort.

Moins de 36 heures après l’attentat qui a coûté la vie à deux soldats britanniques en Irlande du Nord, Gordon Brown a décidé de se rendre en personne sur la base de Massereene, dans le comté d’Antrim.


Le Premier ministre britannique y a mené des discussions avec des dirigeants politiques irlandais et de hauts gradés de l'armée britannique.


L’attentat a été revendiqué par l'IRA-véritable (Real IRA), créée en octobre 1997 d'une scission avec l’Armée républicaine irlandaise (IRA), la principale milice catholique d'Irlande du Nord, qui a renoncé à la violence en 2005.

 

 

Gordon Brown a réagi aussitôt après l’annonce de l’attaque, promettant qu'"aucun meurtrier ne pourrait faire dérailler un processus de paix qui a le soutien de la population".


L’attaque a été unanimement condamnée par la classe politique en Irlande du Nord, où plus un soldat britannique n’avait trouvé la mort depuis 1997.

 


Le correspondant de FRANCE 24 à Belfast, Hervé Amoric, indique que les deux jeunes soldats qui sont morts en Irlande "étaient sur le point de s'envoler pour l’Afghanistan".


La police nord-irlandaise est sur la piste des tueurs, qui auraient abandonné une voiture de marque Opel dans une ville proche de la caserne. "Une voiture de la même marque et du même modèle avait été utilisée par l'IRA-véritable comme véhicule piégé dans l'attentat d'Omagh, 29 morts, en 1998", rappelle Hervé Amoric.


Par ailleurs, un jeune civil polonais, qui livrait des pizzas à la caserne, a été gravement blessé dans l’attentat. "L’IRA-véritable ne s’est pas excusé d’avoir touché des civils, indique Hervé Amoric. Ils ont même été qualifiés de collabos qui n'ont que ce qu'ils méritent, car ils livraient des pizzas à des soldats britanniques sur le sol irlandais."
 

 

Première publication : 09/03/2009

COMMENTAIRE(S)