Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Israël-Gaza : l'application mobile Yo a peut-être enfin trouvé son utilité

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 1)

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

En savoir plus

#ActuElles

Suède : un modèle de parité ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

UE - USA : la guerre économique est-elle déclarée ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

UMP et PS sous tension

En savoir plus

TECH 24

Giroptic : la start-up lilloise star de Kickstarter déjà GoPro killer ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Conférence sociale : le gouvernement mise sur l'apprentissage

En savoir plus

  • Vidéo : à Casablanca, trois immeubles s'effondrent sur leurs habitants

    En savoir plus

  • Vidéo : les habitants de Rafah pris au piège des raids israéliens

    En savoir plus

  • Brésil – Pays-Bas : la Seleçao veut sauver son honneur

    En savoir plus

  • L'armée ukrainienne essuie de lourdes pertes, Donetsk devient ville fantôme

    En savoir plus

  • En mal de soutien, Vladimir Poutine rencontre Fidel Castro à Cuba

    En savoir plus

  • Défilé du 14-Juillet : la présence de soldats algériens fait polémique à Alger

    En savoir plus

  • Netanyahou déterminé à "frapper les terroristes" à Gaza

    En savoir plus

  • "Fais tes prières, je vais te tuer" : Amnesty dénonce la torture dans l'est ukrainien

    En savoir plus

  • Gaza : seule une solution politique peut garantir la sécurité d’Israël

    En savoir plus

  • Cynk, l’entreprise fantôme qui valait quatre milliards

    En savoir plus

  • Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

    En savoir plus

  • Vidéo : le sélectionneur du Niger Gernot Rohr livre sa vision du Mondial

    En savoir plus

  • Tuerie de Bruxelles : Nemmouche accepte d'être extradé vers la Belgique

    En savoir plus

  • Les forces kurdes revendiquent la prise de deux champs pétroliers

    En savoir plus

  • Le FC Barcelone casse sa tirelire pour s’offrir le controversé Luis Suarez

    En savoir plus

Economie

Les ouvriers de Ford acceptent de nouvelles concessions

©

Dernière modification : 10/03/2009

Les ouvriers du constructeur américain ont ratifié à près de 60 % un accord modifiant les termes de leur contrat de travail. Cette entente doit permettre à l'entreprise de réaliser d'importantes économies pour surmonter la crise.

AFP - Les ouvriers du constructeur automobile américain Ford ont ratifié un accord conclu entre le syndicat de branche UAW et la direction prévoyant de nouvelles concessions, a annoncé lundi le syndicat dans un communiqué.

"Les membres de l'UAW au sein du groupe Ford ont ratifié les modifications apportées au contrat de travail datant de 2007", a indiqué le syndicat dans un communiqué, précisant que les ouvriers l'avaient approuvé à un peu moins de 60%.

Le mois dernier, la direction de Ford et l'UAW avaient annoncé être parvenus à un accord préliminaire portant sur le fonds de retraite maison dédié à la couverture santé, appelé VEBA et amendant l'accord cadre qui était en vigueur depuis 2007.

Cet accord préliminaire, qui doit permettre à Ford de dégager des économies supplémentaires pour pouvoir faire face à la récession sans demander d'aide à l'Etat fédéral, devait être soumis au vote des ouvriers syndiqués.

Vers 19H20 GMT, Ford n'avait pas réagi à cette annonce.

"Une fois encore, les ouvriers de l'UAW ont répondu à l'appel pour prendre une décision difficile mais nécessaire afin pouvoir faire face à la réalité de l'économie actuelle", a commenté le président du syndicat Ron Gettelfinger, cité dans le communiqué.

Ford a en effet obtenu plusieurs volets de concessions de la part de l'UAW ces dernières années, avec plus ou moins de difficultés, dont des guichets départs et la révision en baisse du coût du travail.

Lundi, l'UAW s'est dit déterminé "à faire le maximum pour rebâtir un secteur prestigieux et maintenir des emplois dans l'industrie aux Etats-Unis".

Le patron du syndicat a rappelé que les efforts pour sauver Ford, et le secteur dans son entier à l'heure actuelle, devaient être "partagés par tous les partenaires, dont les dirigeants, les cadres, les actionnaires, les créanciers, les concessionnaires et les fournisseurs".

A la Bourse de New York l'action Ford prenait 2,94% à 1,75 dollars vers 19H20 GMT.

L'aval des ouvriers survient le même jour que la visite à Detroit --fief des constructeurs automobiles nationaux-- de l'équipe gouvernementale chargée de superviser la restructuration du secteur.

Cet accord fait suite à une nouvelle série de nouvelles désastreuses pour le secteur la semaine dernière, avec des ventes automobiles en chute de 41% en février aux Etats-Unis (sur un an), dont -48% pour Ford, et un regain d'inquiétudes sur la viabilité de General Motors (GM) et de Chrysler.

Ford, considéré comme le moins mal en point des constructeurs de Detroit, avait pour sa part annoncé la semaine dernière une restructuration de sa dette, via des opérations de marché complexes avec les détenteurs d'obligations Ford, qui a été jugée par certains analystes comme un geste désespéré pour rester en vie.
 

Première publication : 09/03/2009

Comments

COMMENTAIRE(S)