Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La leçon de démocratie du Nigéria

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

L'alternance démocratique au Nigeria, modèle pour le reste du continent

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

La victoire annoncée de l'opposant Muhammadu Buhari au Nigeria

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Climat : "Les chances sont bonnes" de parvenir à un accord à Paris

En savoir plus

FACE À FACE

Nicolas Sarkozy : après la victoire, retour à la case judiciaire

En savoir plus

FOCUS

Inde : les musulmans et les chrétiens dans le viseur des ultranationalistes hindous

En savoir plus

REPORTERS

San Cristóbal, le chaudron vénézuélien

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Arnaud Viard, les joies et les peines de l'autofiction

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Moriarty, l'alchimie gagnante

En savoir plus

Economie

Les ouvriers de Ford acceptent de nouvelles concessions

Dernière modification : 10/03/2009

Les ouvriers du constructeur américain ont ratifié à près de 60 % un accord modifiant les termes de leur contrat de travail. Cette entente doit permettre à l'entreprise de réaliser d'importantes économies pour surmonter la crise.

AFP - Les ouvriers du constructeur automobile américain Ford ont ratifié un accord conclu entre le syndicat de branche UAW et la direction prévoyant de nouvelles concessions, a annoncé lundi le syndicat dans un communiqué.

"Les membres de l'UAW au sein du groupe Ford ont ratifié les modifications apportées au contrat de travail datant de 2007", a indiqué le syndicat dans un communiqué, précisant que les ouvriers l'avaient approuvé à un peu moins de 60%.

Le mois dernier, la direction de Ford et l'UAW avaient annoncé être parvenus à un accord préliminaire portant sur le fonds de retraite maison dédié à la couverture santé, appelé VEBA et amendant l'accord cadre qui était en vigueur depuis 2007.

Cet accord préliminaire, qui doit permettre à Ford de dégager des économies supplémentaires pour pouvoir faire face à la récession sans demander d'aide à l'Etat fédéral, devait être soumis au vote des ouvriers syndiqués.

Vers 19H20 GMT, Ford n'avait pas réagi à cette annonce.

"Une fois encore, les ouvriers de l'UAW ont répondu à l'appel pour prendre une décision difficile mais nécessaire afin pouvoir faire face à la réalité de l'économie actuelle", a commenté le président du syndicat Ron Gettelfinger, cité dans le communiqué.

Ford a en effet obtenu plusieurs volets de concessions de la part de l'UAW ces dernières années, avec plus ou moins de difficultés, dont des guichets départs et la révision en baisse du coût du travail.

Lundi, l'UAW s'est dit déterminé "à faire le maximum pour rebâtir un secteur prestigieux et maintenir des emplois dans l'industrie aux Etats-Unis".

Le patron du syndicat a rappelé que les efforts pour sauver Ford, et le secteur dans son entier à l'heure actuelle, devaient être "partagés par tous les partenaires, dont les dirigeants, les cadres, les actionnaires, les créanciers, les concessionnaires et les fournisseurs".

A la Bourse de New York l'action Ford prenait 2,94% à 1,75 dollars vers 19H20 GMT.

L'aval des ouvriers survient le même jour que la visite à Detroit --fief des constructeurs automobiles nationaux-- de l'équipe gouvernementale chargée de superviser la restructuration du secteur.

Cet accord fait suite à une nouvelle série de nouvelles désastreuses pour le secteur la semaine dernière, avec des ventes automobiles en chute de 41% en février aux Etats-Unis (sur un an), dont -48% pour Ford, et un regain d'inquiétudes sur la viabilité de General Motors (GM) et de Chrysler.

Ford, considéré comme le moins mal en point des constructeurs de Detroit, avait pour sa part annoncé la semaine dernière une restructuration de sa dette, via des opérations de marché complexes avec les détenteurs d'obligations Ford, qui a été jugée par certains analystes comme un geste désespéré pour rester en vie.
 

Première publication : 09/03/2009

COMMENTAIRE(S)