Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

Asie - pacifique

Washington rappelle Pékin à l'ordre après un incident en mer

Dernière modification : 10/03/2009

Les États-Unis appellent la Chine à respecter le droit international après un incident entre un navire américain et des bâtiments chinois, dimanche, au large de l'Asie du Sud-est.

AFP - Plusieurs bateaux chinois ont effectué des manoeuvres périlleuses près d'un bâtiment non-armé de la Marine américaine dans les eaux internationales, en mer de Chine méridionale, selon les Etats-Unis, qui ont appelé lundi la Chine à respecter le droit international.
  
L'incident s'est produit dimanche. Cinq bateaux chinois ont cerné l'"USNS Impeccable", l'exhortant à quitter les lieux, selon le Pentagone.
  
La Maison Blanche a réagi lundi en appelant la Chine à respecter le droit international, soulignant que la présence de l'Impeccable n'avait rien d'anormal dans cette mer de l'Asie du Sud-est, située au sud de la Chine, entre le Vietnam et les Philippines.
  
"Nos bâtiments naviguent évidemment de manière tout à fait régulière dans les eaux internationales où l'incident est survenu", a déclaré le porte-parole de la Maison Blanche Robert Gibbs.
  
"Nous continuerons à naviguer dans ces eaux internationales et nous attendons des Chinois qu'ils respectent le droit international", a-t-il dit, précisant que le gouvernement américain s'était plaint auprès de Pékin.
  
Le département d'Etat a indiqué que l'ambassade américaine à Pékin avait "reçu une protestation pour les Chinois" au cours du week-end, et jugé que le bateau américain avait "été harcelé de manière déplacée".
  
Le Pentagone a estimé de son côté que les navires chinois avaient manoeuvré d'une manière "imprudente et dangereuse".
  
Selon le récit du ministère de la Défense américain, cinq bâtiments chinois, --un navire de renseignement, un patrouilleur de pêche, un patrouilleur océanographique et deux petits chalutiers battant pavillon chinois--, ont entouré l'USNS Impeccable.
  
Deux d'entre eux se sont approchés à moins de 15 mètres, brandissant des drapeaux chinois et appelant le navire américain à quitter les lieux.
  
L'incident a pris un tour comique quand l'équipage américain a aspergé d'eau l'un des bateaux chinois qui s'approchait dangereusement.
  
Les Chinois ont ensuite lancé des morceaux de bois sur la route du navire américain et deux bateaux se sont placés face à lui, le forçant à prendre des mesures d'urgence pour éviter une collision, selon le Pentagone, qui a précisé que le bâtiment américain était un navire de surveillance recueillant des "données sur l'accoustique sous-marine".
  
Cet incident s'inscrit dans un contexte d'"agressivité grandissante des bateaux chinois" au cours des derniers jours, a affirmé le Pentagone.
  
Il intervient également à l'occasion du 50e anniversaire du soulèvement raté contre la Chine au Tibet, sujet diplomatiquement sensible.
  
Un projet de résolution devrait être introduit dès lundi à la Chambre des représentants par le démocrate Rush Holt, a-t-on appris auprès de la Chambre.
  
Dans ce contexte, la rencontre prévue mercredi à Washington entre le secrétaire au Trésor américain Timothy Geithner et le chef de la diplomatie chinoise Yang Jiechi devrait être particulièrement suivie.
  
Annoncé lundi après-midi par le Trésor, cet entretien, dont le contenu n'a pas été précisé, ne figurait pas dans le programme hebdomadaire de M. Geithner rendu public précédemment.
  
Le représentant républicain Mark Kirk a estimé lundi que l'incident constituait un "premier test" pour le président américain Barack Obama et qu'alliés et ennemis des Etats-Unis allaient regarder de près sa réponse. Il a ajouté que le groupe de travail Chine/Etats-Unis de la Chambre allait écrire une lettre de protestation au président Hu Jintao.

Première publication : 09/03/2009

COMMENTAIRE(S)