Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Un Mozart social-libéral à Bercy"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Si j'abandonne, tout s'effondre"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gouvernement Valls II : remaniement ou reniement ?

En savoir plus

DÉBAT

Gouvernement Valls II : le bon choix ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Macron, l'anti-Montebourg à Bercy

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les ennemis de mes ennemis ne sont pas mes amis"

En savoir plus

SUR LE NET

« L’Ice Bucket Challenge » détourné par un acteur américain

En savoir plus

SUR LE NET

Le convoi russe en Ukraine : pourquoi et pour qui ?

En savoir plus

MODE

Grand prix du livre de mode 2014

En savoir plus

  • Affaire Tapie : Christine Lagarde mise en examen pour "négligence"

    En savoir plus

  • Emmanuel Macron, un ex-banquier touche-à-tout à Bercy

    En savoir plus

  • Theo Curtis, ex-otage américain en Syrie, est arrivé aux États-Unis

    En savoir plus

  • Vidéo : Lalish, capitale spirituelle et dernier refuge des Yazidis d'Irak

    En savoir plus

  • En images : les ministres du gouvernement Valls II

    En savoir plus

  • Ligue des champions : Porto élimine Lille, reversé en Ligue Europa

    En savoir plus

  • Cessez-le-feu à Gaza après sept semaines de guerre entre Israël et le Hamas

    En savoir plus

  • Transferts : Samuel Eto’o signe à Everton

    En savoir plus

  • Rencontre Poutine - Porochenko : "Le sort du monde se joue à Minsk"

    En savoir plus

  • Pictet, une importante banque suisse, publie ses premiers résultats depuis 209 ans

    En savoir plus

  • Aaron Sofer, un étudiant juif américain, porté disparu en Israël

    En savoir plus

  • Liga : Munir El Haddadi, la nouvelle perle du Barça

    En savoir plus

  • Mineurs, lieux publics... l'OMS prend position contre la e-cigarette

    En savoir plus

  • Libye : les Occidentaux dénoncent les "ingérences extérieures"

    En savoir plus

Economie

Bénéficiaire, le groupe EADS se dit prêt à affronter la crise

Dernière modification : 10/03/2009

Avec un bénéfice net de 1,5 milliard d'euros en 2008, le groupe européen de défense et d'aéronautique s'est estimé "en bonne position pour affronter la crise". En 2007, EADS avait pourtant accusé une perte nette de 446 millions d'euros.

AFP -  Sorti du rouge en 2008 avec un bénéfice supérieur à un milliard d'euros, le groupe européen de défense et d'aéronautique EADS s'est estimé "en bonne position pour affronter la crise" en 2009, mardi dans un communiqué d'annonce de ses résultats.

L'an passé, le groupe a dégagé un bénéfice net de 1,572 milliard d'euros, après une perte nette de 446 millions d'euros en 2007, selon le communiqué. Le chiffre d'affaires a bondi de 11% à 43,2 milliards d'euros, dépassant largement les prévisions.

"2009 sera une année très difficile pour notre secteur industriel", mais "notre carnet de commandes important et diversifié devrait nous permettre de maintenir nos livraisons à des niveaux élevés en 2009 et nous donnera une certaine marge de manoeuvre", a déclaré le président exécutif d'EADS, Louis Gallois.

Chez l'avionneur Airbus, principale filiale du groupe, "la visibilité reste satisfaisante pour la première partie de l'année, mais l'incertitude grandit ensuite", observe EADS.

"Le carnet de commandes est fragilisé par la détérioration du contexte macroéconomique et celle des indicateurs de trafic", ajoute le groupe. Les clients d'EADS, les compagnies aériennes, subissent de plein fouet la crise: le transport de marchandises dans les soutes ralentit du fait de la contraction du commerce mondial et les passagers, surtout les hommes d'affaires, voyagent moins. En outre, les transporteurs peinent à trouver les crédits nécessaires pour payer les avions commandés, du fait de la crise financière.

"EADS suit attentivement le marché, sa base clients et ses sous-traitants", indique la firme dans son communiqué.

Le groupe table pour 2009 sur un résultat d'exploitation avant éléments exceptionnels en baisse mais "significativement positif". En 2008, il atteignait 2,8 milliards d'euros, affecté toutefois par une charge de 704 millions d'euros passée pour les risques liés au programme de l'avion de transport de troupes A400M, en retard d'au moins trois ans.

EADS souligne n'être pas encore en mesure "d'actualiser toutes les conséquences financières" liées à l'A400M, dont la date de premier vol n'est toujours pas connue.

La direction d'EADS juge cependant "très improbable" l'annulation du programme, qui fait actuellement l'objet d'une négociation avec sept pays acquéreurs, théoriquement autorisés à résilier à compter du 1er avril, leurs contrats portant sur un montant total de 20 milliards d'euros.
 

Première publication : 10/03/2009

COMMENTAIRE(S)