Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : A Bambari, symbole de la division, le candidat Dologuele rencontre un chef de guerre

En savoir plus

POLITIQUE

Stéphane Rozès : "Le texte sur la réforme constitutionnelle est assez alambiqué pour recueillir l’adhésion de tous"

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Louis Bourlanges : "Le but de François Hollande est de déshabiller la gauche de la gauche"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Homeland, Irak année zéro" : retour à Bagdad

En savoir plus

FOCUS

Irlande : la renaissance du "Tigre celtique"

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

Remaniement : à la recherche de l’équilibre politique

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ali Ahani : "Nous sommes optimistes pour une ouverture, tout en respectant nos principes islamiques"

En savoir plus

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

La culture à l’épreuve de l’hyper-modernité

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Présidentielle américaine : la percée des outsiders

En savoir plus

Culture

L'Eurovision ne veut pas du "Put In" géorgien

Dernière modification : 14/05/2009

Soucieux d'éviter un scandale lors du concours de l'Eurovision, à Moscou, en mai, ses organisateurs demandent au groupe qui représentera la Géorgie de modifier les paroles de sa chanson "We Don't Put In", au message politique explicite.

REUTERS - Les organisateurs de l'Eurovision ont invité mardi la Géorgie à modifier les paroles, qui se moquent à mots à peine couverts de Vladimir Poutine, de la chanson qui représentera ce pays à la finale du concours de chansons prévue le 16 mai à Moscou.

Le titre de la chanson incriminée, intitulée en anglais "We Don't Put In", est un jeu de mots sur l'actuel Premier ministre russe, vilipendé en Géorgie depuis la brève guerre qui a opposé les deux voisins du Caucase en août 2008 à propos de l'Ossétie du Sud.

Le groupe géorgien, Stefane & 3 G, et son producteur ne cachent pas le message politique sous-jacent contenu dans la chanson mais l'Union européenne de diffusion (EBU), qui organise le concours, a fait savoir que la Géorgie avait été priée de réécrire la chanson incriminée ou d'en soumettre une autre, plus neutre.

Raison invoquée par l'EBU sur son site internet (www.eurovision.tv) - le risque de voir la chanson antiPoutine nuire à la compétition.

Pour les organisateurs, "les paroles de cette chanson ne respectent pas les règles de la compétition" qui, selon l'EBU, ne doivent pas avoir de signification politique ou commerciale et renfermer des grossièretés". Or, ces deux impératifs sont bafoués, affirment les organisateurs

A Tblissi, la première chaîne de télévision géorgienne a fait savoir qu'elle ferait connaître officiellement sa réponse mercredi.

Première publication : 10/03/2009

COMMENTAIRE(S)