Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gambie : Yahya Jammeh accepte de quitter le pouvoir d'après Barrow

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "On ne doit pas jouer à se faire peur", tempère Maurice Lévy

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "Trump est un nouveau Madoff", estime Jacques Attali

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Paul Polman : "Les fruits de la globalisation doivent être distribués de façon plus juste"

En savoir plus

FOCUS

Aux États-Unis, le désarroi et la colère des opposants à Donald Trump

En savoir plus

TECH 24

Satellites : les nouveaux maîtres du ciel

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Enseigner autrement : de nouvelles méthodes pour réinventer l'école

En savoir plus

#ActuElles

Russie : les violences domestiques bientôt dépénalisées ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sabrina Ouazani, le cinéma avec le sourire

En savoir plus

Culture

L'Eurovision ne veut pas du "Put In" géorgien

Dernière modification : 14/05/2009

Soucieux d'éviter un scandale lors du concours de l'Eurovision, à Moscou, en mai, ses organisateurs demandent au groupe qui représentera la Géorgie de modifier les paroles de sa chanson "We Don't Put In", au message politique explicite.

REUTERS - Les organisateurs de l'Eurovision ont invité mardi la Géorgie à modifier les paroles, qui se moquent à mots à peine couverts de Vladimir Poutine, de la chanson qui représentera ce pays à la finale du concours de chansons prévue le 16 mai à Moscou.

Le titre de la chanson incriminée, intitulée en anglais "We Don't Put In", est un jeu de mots sur l'actuel Premier ministre russe, vilipendé en Géorgie depuis la brève guerre qui a opposé les deux voisins du Caucase en août 2008 à propos de l'Ossétie du Sud.

Le groupe géorgien, Stefane & 3 G, et son producteur ne cachent pas le message politique sous-jacent contenu dans la chanson mais l'Union européenne de diffusion (EBU), qui organise le concours, a fait savoir que la Géorgie avait été priée de réécrire la chanson incriminée ou d'en soumettre une autre, plus neutre.

Raison invoquée par l'EBU sur son site internet (www.eurovision.tv) - le risque de voir la chanson antiPoutine nuire à la compétition.

Pour les organisateurs, "les paroles de cette chanson ne respectent pas les règles de la compétition" qui, selon l'EBU, ne doivent pas avoir de signification politique ou commerciale et renfermer des grossièretés". Or, ces deux impératifs sont bafoués, affirment les organisateurs

A Tblissi, la première chaîne de télévision géorgienne a fait savoir qu'elle ferait connaître officiellement sa réponse mercredi.

Première publication : 10/03/2009

COMMENTAIRE(S)