Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

MODE

Les collections masculines 2017 tentent d’égayer un monde traumatisé

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Boris Johnson "exécuté par le Brexit"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Mark Carney vole au secours de l'économie britannique

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Du "Brexit" au "Borexit"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les Français disent oui à l'Europe"

En savoir plus

LE DÉBAT

Le Royaume-Uni post-Brexit : les travaillistes et conservateurs en pleine crise (partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Le Royaume-Uni post-Brexit : travaillistes et conservateurs en pleine crise (partie 1)

En savoir plus

POLITIQUE

"Le Brexit est un vote xénophobe, il révèle une coupure du Royaume-Uni en deux"

En savoir plus

POLITIQUE

"L’Europe est une famille de peuples, libres de vivre ensemble ou de partir"

En savoir plus

Economie

Wall Street rebondit grâce aux résultats de Citigroup

Dernière modification : 24/10/2009

Les résultats de la banque américaine Citigroup, meilleurs qu'attendus, rassurent Wall Street qui clôture en forte hausse. Le Dow Jones a gagné 5,80 %. Plus tôt dans la journée, les marchés européens avaient également rebondi.

AFP - La Bourse de New York a fortement rebondi mardi, portée par l'envolée des valeurs financières après les commentaires de la banque Citigroup sur sa rentabilité : le Dow Jones a gagné 5,80% et le Nasdaq 7,07%.
  
Le Dow Jones Industrial Average a progressé de 379,44 points, à 6.926,49 points, et le Nasdaq, à dominante technologique, de 89,64 points, à 1.358,28 points, selon les chiffres définitifs de clôture.
  
L'indice élargi Standard & Poor's 500 a quant à lui pris 6,37% (43,07 points) à 719,60 points.
  
Après une chute de près d'environ 20% du Dow Jones sur les quatre dernières semaines, qui l'avait ramené au plus bas depuis 12 ans, "le marché devait rebondir", a jugé Art Hogan, de Jefferies.
  
L'indice phare de Wall Street a réalisé sa meilleure performance depuis la fin novembre, dans un volume d'échanges très fourni. Les 30 valeurs le composant ont fini dans le vert, menées par Citigroup (+38,10% à 1,45 dollar).
  
Dans un mémo interne, l'ex-numéro un mondial de la finance, qui avait enregistré en 2008 plus de 18 milliards de dollars de pertes et a été massivement renfloué par les pouvoirs publics américains, indique qu'il a été de nouveau bénéficiaire en janvier et février.
  
"Wall Street avait grand besoin d'une bonne nouvelle, et Citigroup en a fourni une", a relevé Joseph Hargett, de Schaeffer's Investment.
  
Les valeurs financières ont aussi profité d'un possible renforcement aux Etats-Unis des règles encadrant les ventes à découvert, qui consistent à spéculer sur la baisse d'un titre, et de spéculations sur un éventuel assouplissement des normes comptables.
  
Des commentaires en ce sens ont été fait par l'influent président démocrate de la commission des Affaires bancaires de la Chambre des représentants américaine, Barney Frank.
  
Une telle initiative pourrait "réduire la volatilité des marchés", selon l'analyste Al Goldman, de Wachovia Securities.
  
Le marché obligataire a nettement baissé. Le rendement du bon du Trésor à 10 ans a progressé à 2,982% contre 2,886% lundi soir et celui à 30 ans à 3,707% contre 3,593% la veille.

Première publication : 10/03/2009

COMMENTAIRE(S)