Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

POLITIQUE

Crise grecque : l'Europe dans la tourmente

En savoir plus

POLITIQUE

Terrorisme : quelles réponses face à la menace ?

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : les druzes pris dans le tourbillon de la guerre en Syrie

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Crise grecque : la France et l'Allemagne auraient dû montrer l'exemple, selon Jean-Dominique Giuliani

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"À l'affiche !" à Paris : de la Préhistoire au musée du Louvre

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : Boko Haram, fléau du Nigeria

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

DSK, son retour en 2017 est-il possible ?

En savoir plus

L'ENTRETIEN

L'organisation de "l'État islamique s'étend et se consolide dans des espaces abandonnés"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Valls veut fermer des mosquées salafistes

En savoir plus

Economie

Le Liechtenstein fera des efforts sur le secret bancaire

Dernière modification : 12/03/2009

Dans le collimateur des institutions internationales depuis février 2008, le petit État alpin du Liechtenstein s'est dit prêt à lutter contre l'évasion fiscale et à "reconnaître" les standards de l'OCDE sur la transparence des informations.

AFP - Le Liechtenstein a annoncé jeudi "reconnaître" les standards de l'OCDE en matière de fiscalité et de transparence, se disant prêt à conclure une série d'accords bilatéraux destinés à mettre en oeuvre la lutte contre l'évasion et la fraude fiscale.

Le petit Etat alpin, au coeur d'une vaste affaire de fraude fiscale en février 2008, s'est dit "prêt à participer encore plus aux efforts internationaux" de lutte contre la fraude fiscale, selon une déclaration du gouvernement.

"Le Liechtenstein reconnaît les standards développés par l'OCDE (Organisation de coopération et de développement économiques) sur la transparence et les échanges d'information sur la fiscalité et s'engage à mettre en oeuvre ces standards", a précisé le texte.

Afin d'appliquer ces normes, définies par l'article 26 du modèle de convention fiscale sur le revenu et la fortune de l'OCDE, le Liechtenstein se dit prêt à signer des accords bilatéraux avec ses partenaires, sur le modèle de l'accord signé en décembre avec les Etats-Unis.

Le Liechtenstein est l'un des trois pays, avec les principautés d'Andorre et Monaco, à figurer sur la "liste noire" des paradis fiscaux "non-coopératifs" en matière fiscale et judiciaire de l'OCDE, qui doit réactualiser cette liste d'ici mi-2009.

Concrètement, la principauté s'engage désormais à communiquer, sur demande, aux autorités étrangères des informations sur des comptes bancaires en cas de fraude et d'évasion fiscale avérée.

"Il doit s'agir d'un cas concret, mais la +pêche à l'information+ n'est pas possible", a précisé un porte-parole, faisant allusion au vol de documents à la banque LGT en 2008 qui avait conduit à un vaste scandale de fraude fiscale en Allemagne et dans d'autres pays.

Le Liechtenstein veut aussi proposer à ses partenaires d'imposer les fortunes déposées dans ses coffres-forts, même dans les fondations et les trusts, dans un effort pour dépénaliser la détention de comptes et attirer des capitaux d'autres paradis fiscaux.

"Nous assistons en ce moment au niveau mondial à un changement fondamental et rapide en direction d'une coopération entre les Etats et d'une législation internationale", a estimé le chef de l'Etat, le prince Alois von und zu Liechtenstein, cité dans un communiqué.

Les nouveaux accords permettront au Liechtenstein "d'apporter (sa) contribution à une solution commune (et) de mettre en oeuvre les demandes fiscales étrangères", a précisé le Premier ministre Otmar Hasler.

Cette annonce rend de facto caduque la ratification du projet d'accord conclu en juin avec l'Union européenne sur la coopération dans la lutte contre la fraude fiscale, même si officiellement la principauté se dit toujours prête à le signer "à tout moment".

Le Liechtenstein espère également être définitivement rayé de la "liste noire" de l'OCDE, régularisant sa situation alors que la pression internationale contre les paradis fiscaux augmente.

Première publication : 12/03/2009

COMMENTAIRE(S)