Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Le recyclage devient high-tech

En savoir plus

SUR LE NET

La guerre au Proche-Orient attise la Toile

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

L'invité: Colonel Badjeck, porte-parole du ministère de la défense camerounais

En savoir plus

MODE

Paris, Haute Couture automne-hiver 2014-2015.

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Vers une offensive terrestre sur Gaza ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Israël-Gaza : l'application mobile Yo a peut-être enfin trouvé son utilité

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 1)

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

En savoir plus

  • Allemagne – Argentine : suivez la finale en direct

    En savoir plus

  • Gaza : des frappes israéliennes "sans précédent" depuis le début du conflit

    En savoir plus

  • À Vienne, les négociations sur le nucléaire iranien teintées de pessimisme

    En savoir plus

  • La Russie menace l'Ukraine "de conséquences irréversibles"

    En savoir plus

  • Les Brésiliens, supporters malgré eux, de leurs bourreaux allemands

    En savoir plus

  • Alejandro Sabella, un "Mister Nobody" au sommet du foot argentin

    En savoir plus

  • Tour de France 2014 : Tony Gallopin endosse le premier maillot jaune français

    En savoir plus

  • Sahara occidental : le torchon brûle entre Rabat et Alger

    En savoir plus

  • Nigeria : le chef de Boko Haram soutient al-Baghdadi, le "calife" de l'EIIL

    En savoir plus

  • Fin de Serval au Mali, lancement de l’opération "Barkhane" au Sahel

    En savoir plus

  • Combats entre milices libyennes autour de l'aéroport de Tripoli

    En savoir plus

  • Nouvelle humiliation pour le Brésil battu par les Pays-Bas (3-0)

    En savoir plus

  • "Wissous plage" : l’interdiction du port du voile suspendue par la justice

    En savoir plus

  • Après une opération commando à Gaza, Tsahal intensifie ses frappes

    En savoir plus

  • Décès du célèbre chef d’orchestre américain Lorin Maazel

    En savoir plus

  • Présidentielle afghane : les candidats s'accordent sur un audit des votes

    En savoir plus

  • "Boules puantes" et règlements de compte : la débandade de l’UMP

    En savoir plus

  • Au Caire, juifs, chrétiens et musulmans célèbrent ensemble la rupture du jeûne

    En savoir plus

  • Vidéo : à Casablanca, trois immeubles s'effondrent sur leurs habitants

    En savoir plus

  • En mal de soutien, Vladimir Poutine rencontre Fidel Castro à Cuba

    En savoir plus

  • Brève alerte au tsunami après un fort séisme au Japon

    En savoir plus

Amériques

Les people en pincent pour la peine capitale

©

Texte par Antoine RAUX , Correspondant de FRANCE 24 en Argentine

Dernière modification : 13/03/2009

Trois meurtres survenus en 15 jours relancent le débat sur la peine de mort en Argentine. Vingt-cinq ans après son abolition dans le pays, plusieurs stars soutiennent ouvertement sa réintroduction.

C’est l’assassinat de son coiffeur qui a tout déclenché. Quand elle apprend que Gustavo a été poignardé dans sa maison par trois délinquants, Susana Gimenez (photo), l’égérie blonde de la télévision argentine, appelle les journalistes. Derrière ses lunettes noires, visiblement sous le choc, elle lance : "Finissons-en avec les droits de l’Homme et toutes ces stupidités. Celui qui a tué doit mourir !"

Impact immédiat

Dans un pays où les meurtres, les enlèvements et les faits divers sont présentés à grand renfort de détails sanguinolents dans les journaux télévisés, ces déclarations ont fait l’effet d’une bombe. Sans connaître une explosion de ses chiffres, l’insécurité est devenue la principale préoccupation des Argentins. Un raz-le-bol qui s'explique, en partie, par la jeunesse des agresseurs et la violence des faits constatés. "Ils n’ont plus de code", analyse un commissaire.

Pour Susana, diva du peuple, il est temps de revenir à la peine de mort, abolie en 1984 dans le pays. Dans les jours qui suivent ses déclarations, 8 000 personnes débattent, sur Facebook, dans des groupes de discussion. La plupart des intervenants sont en faveur de la peine capitale.

Tous les journaux se prennent progressivement au jeu et vont demander aux autres stars leur opinion sur la question. Les peoples emboîtent alors le pas à la pulpeuse Susana. Les déclarations sont parfois virulentes, comme celle du chanteur et acteur de tango, Cacho Castaña : "Celui qui viole un enfant mérite-t-il un procès ? Moi, si on fait du mal à ma famille, je sors mon flingue". À côté, Michel Sardou, l’auteur de la chanson "Je suis pour", paraît bien tendre.

 

Sandro, un vieux chanteur aussi populaire que Johnny Hallyday explique, lui, non sans paradoxe : "Moi, je suis contre la peine de mort, parce que je suis catholique. Mais ne soyons pas hypocrites, ceux qui tuent doivent mourir".  Enfin, même le "père" du rock argentin, Luis Alberto Spinetta, lâche : "Je ne suis pas pour la peine de mort, mais certains méritent une balle dans la tête."

Manifestation nationale

Derrière le slogan "Y’en a marre de l’insécurité", tous se donnent rendez-vous le 18 avril pour marcher "jusqu'à la place". Comprendre : la place de Mai, lieu mythique des rencontres hebdomadaires des mères des disparus durant la dernière dictature. Ces icônes nationales, qui ont toujours lutté pour que justice soit faite dans leur pays, apprécient modérément ce nouvel élan en faveur de Guillotin.
 

Première publication : 12/03/2009

Comments

COMMENTAIRE(S)