Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : calme précaire dans la capitale, violences en province

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Au Cameroun, la population se mobilise pour l'éducation

En savoir plus

#ActuElles

Canada : les mystérieuses disparitions des femmes autochtones

En savoir plus

REPORTERS

Le meilleur des grands reportages de France 24 en 2014

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Retour sur les temps forts de l’année 2014

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Un troisième Bush à la Maison Blanche ?"

En savoir plus

DÉBAT

CAN-2015 : un défi pour le continent africain

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"Il faut que Pékin réévalue ses politiques dans les régions tibétaines"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Uruguay : la vie après Guantanamo

En savoir plus

Asie - pacifique

Pyongyang envisage de lancer un satellite début avril

Vidéo par Karina CHABOUR

Dernière modification : 12/03/2009

Selon l'agence sud-coréenne Yonhap, la Corée du Nord s'apprêterait à lancer un "satellite de télécommunications" entre le 4 et le 8 avril. Washington et Séoul craignent un nouvel essai de missile longue portée.

AFP - La Corée du Nord a affirmé jeudi avoir informé des organismes internationaux de transport du lancement prochain d'un "satellite de télécommunications" qui pourrait survenir entre le 4 et le 8 avril, selon l'agence sud-coréenne Yonhap.
  
Le régime communiste a fourni à l'Organisation de l'aviation civile internationale (OACI), l'Organisation maritime internationale (OMI) "les informations nécessaires pour la sécurité des avions et des bateaux" dans le cadre du lancement d'un "satellite de télécommunications expérimental", indique l'agence officielle du régime, KCNA, reçue à Séoul.
  
KCNA ne précise pas la date à laquelle ces organismes ont été informés ni la date du tir. Mais, selon Yonhap citant une source au sein des renseignements, le Nord a informé l'OMI qu'il prévoyait le tir controversé de sa fusée entre le 4 et le 8 avril.
  
Les Etats-Unis et la Corée du Sud ont adjuré le Nord ces dernières semaines de renoncer à son projet redoutant que le régime communiste ne procède en réalité à un nouvel essai d'un missile longue portée.
  
Les spéculations abondent depuis plusieurs semaines sur la nature exacte de ce tir.
  
La dictature communiste avait provoqué une crise internationale à l'été 1998 lorsqu'elle avait tiré un missile longue portée Taepodong-1 qui avait survolé une partie du Japon avant de s'abîmer dans l'océan Pacifique.
  
Elle avait à l'époque annoncé avoir lancé "un engin lanceur de satellite".
  
Toutefois, le directeur du renseignement américain Dennis Blair, auditionné par une commission du Sénat, s'est dit convaincu mardi que Corée du Nord prévoyait bien un tir dans l'espace dans le cadre de son programme spatial.
  
"Les Nord-Coréens ont annoncé qu'ils allaient effectuer un tir dans l'espace, et je pense que c'est ce qu'ils ont l'intention de faire. Je peux me tromper mais c'est mon sentiment", a déclaré M. Blair.
  
Des responsables américains et sud-coréens ont affirmé le mois dernier que Pyongyang se préparait à effectuer depuis son site de Musudan-ri (nord-est) un tir de son missile longue portée Taepodong-2 pouvant, théoriquement, atteindre l'Alaska.
  
Le Comité spatial national nord-coréen avait fait état, fin février, d'intenses préparatifs en cours "pour le lancement d'une fusée Unha-2 visant à mettre un satellite de communications Kwangmyongsong-2 en orbite", dans un communiqué relayé par KCNA.
  
Le 16 février, jour du 67e anniversaire de son dirigeant Kim Jong-Il, le régime communiste avait argué de son "droit souverain" à poursuivre un programme spatial et annoncé le lancement imminent d'une fusée.
  
Le Japon, sur les dents à chaque regain de tension avec Pyongyang depuis le tir de 1998, s'est dit prêt à abattre tout lanceur nord-coréen qui se dirigerait vers l'archipel.
  
A la suite de ce tir, Tokyo et Washington avaient décidé d'accélérer la mise en place au Japon d'un bouclier antimissiles actuellement opérationnel.
  
Dotée de l'arme nucléaire, le Corée du Nord est engagée dans de laborieuses négociations à six (deux Corées, Etats-Unis, Japon, Chine et Russie) en vue d'un démantèlement de ses installations atomiques en échange d'une aide économique et de garanties de sécurité.

Première publication : 12/03/2009

COMMENTAIRE(S)