Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Noël : les jouets connectés au pied du sapin

En savoir plus

SUR LE NET

Le rapprochement avec Cuba divise la Toile américaine

En savoir plus

REPORTERS

Argentine : le bilan Kirchner

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les "MarocLeaks" inquiètent le pouvoir marocain

En savoir plus

#ActuElles

Jouets sexistes : le marketing des fabricants en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Joyeux Noël... laïc !

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Cuba - États-Unis : la fin de la guerre froide ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La Grèce fait trembler les marchés

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La personnalité tourmentée de "Mr. Turner"

En savoir plus

Amériques

La polémique enfle autour de la visite privée du couple Sarkozy

Vidéo par Regane RANUCCI

Dernière modification : 14/03/2009

Le séjour privé du couple Sarkozy dans une résidence mexicaine, avant sa visite officielle dans le pays, fait polémique. L'Élysée affirme qu'il y a été invité par le président mexicain, mais la demeure appartient à un milliardaire.

AFP - Nicolas Sarkozy et son épouse Carla ont passé "un jour et demi" dans une "résidence" de la station balnéaire mexicaine de Manzanillo, "à l'invitation" du président Felipe Calderon, avant la visite d'Etat au Mexique lundi, a réaffirmé vendredi l'Elysée.

"Le président Sarkozy et son épouse ont été invités par le président mexicain" et n'ont par conséquent "pas payé de factures", a-t-on indiqué à la présidence.

Interrogée sur le nom du propriétaire de cette résidence, dans laquelle M. et Mme Sarkozy sont arrivés "vendredi en début d'après-midi et en sont repartis dimanche matin", la présidence a renvoyé sur les "autorités mexicaines".

RTL a affirmé que cette résidence appartenait à Roberto Hernandez, un riche homme d'affaires proche du président mexicain.

S'agissant de l'existence d'une facture de ce séjour, l'Elysée a démenti: "c'est faux", puisque le couple présidentiel était là "à l'invitation de Calderon".

Cette mise au point intervient alors que - sur fond de polémique au Mexique autour de Florence Cassez, la jeune française emprisonnée dont le cas a occupé une place importante dans la visite d'Etat - l'un des leaders de l'opposition mexicaine a annoncé jeudi avoir demandé à son gouvernement qui avait payé ce séjour privé.

Mario Alberto di Costanzo Armenta (gauche) a affirmé que Nicolas Sarkozy et son épouse avaient séjourné pendant trois jours dans une résidence au bord de la mer appartenant à M. Hernandez. Roberto Hernandez préside la quatrième banque du pays, Banamex, filiale de la banque américaine Citigroup.

"Je voudrais savoir pourquoi Roberto Hernandez a prêté sa maison ou l'a louée", a dit l'opposant mexicain.

Selon Le Parisien, le banquier aurait assisté au dîner d'Etat donné lundi à Mexico en l'honneur du chef de l'Etat.

Selon l'Elysée, "le président Sarkozy ne connaît pas et n'a pas rencontré" M. Hernandez au cours de ce dîner, auquel participaient "une centaine d'invités".

"Le président et son épouse étaient à la table d'honneur avec le couple présidentiel mexicain et des ministres", a expliqué la présidence.

Ce court séjour a suscité les interrogations de médias français --notamment sur internet-- comme cela avait été le cas pour d'autres vacances du président: sur un yacht du milliardaire Vincent Bolloré, sur les rives d'un lac huppé du New Hampshire, dans un hôtel de luxe en Egypte avec l'utilisation pour une partie du voyage d'un jet appartenant au groupe Bolloré.

Alors que l'opposition est restée jusqu'ici silencieuse sur le sujet, Frédéric Lefebvre, porte-parole de l'UMP, a dénoncé jeudi sur LCI une "polémique gratuite" dans les médias. "Si des gens veulent demander des comptes, c'est au Mexique qu'il faut le faire".

Un autre député UMP, Georges Tron, villepiniste notoirement anti-sarkozyste, a jugé cette polémique "imbécile".

"Sarkozy a déminé le problème du dossier franco-mexicain accaparé par Florence Cassez avec le président mexicain lors de ces deux jours de vacances", a assuré à l'AFP M. Tron qui préside le groupe France-Mexique à l'Assemblée, et a fait à ce titre le voyage de retour avec le chef de l'Etat.

"Le président m'a dit que Calderon l'avait invité à venir au Mexique avant le voyage officiel", a-t-il ajouté.

"Ce sont les consultations avant le voyage officiel qui ont permis d'éviter que le voyage tourne à l'eau de boudin", a-t-il insisté.

Première publication : 13/03/2009

COMMENTAIRE(S)