Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gambie : Yahya Jammeh accepte de quitter le pouvoir d'après Barrow

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "On ne doit pas jouer à se faire peur", tempère Maurice Lévy

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "Trump est un nouveau Madoff", estime Jacques Attali

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Paul Polman : "Les fruits de la globalisation doivent être distribués de façon plus juste"

En savoir plus

FOCUS

Aux États-Unis, le désarroi et la colère des opposants à Donald Trump

En savoir plus

TECH 24

Satellites : les nouveaux maîtres du ciel

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Enseigner autrement : de nouvelles méthodes pour réinventer l'école

En savoir plus

#ActuElles

Russie : les violences domestiques bientôt dépénalisées ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sabrina Ouazani, le cinéma avec le sourire

En savoir plus

EUROPE

Échauffourées après des interpellations suite aux assassinats

Dernière modification : 15/03/2009

Dimanche, neuf personnes étaient interrogées dans le cadre des diverses attaques qui ont touché l'Irlande du Nord, avec notamment la mort de deux soldats et celle d'un policier. De légères échauffourées ont également eu lieu.

Reuters - Trois hommes âgés de 21 à 41 ans ont été arrêtés samedi en Irlande du Nord dans le cadre del'enquête sur l'assassinat de deux soldats britanniques lasemaine dernière près d'Antrim, a-t-on appris de source proche de la police.

 

Les policiers qui effectuaient des recherches à Lurgan, au sud-ouest de Belfast, où un des hommes a été interpellé, ont été attaqués à coups de pierres et de cocktails Molotov, mais aucun n'a été blessé, a indiqué un porte-parole des forces de l'ordre.

 

A l'annonce des arrestations, une soixantaine de personnes ont manifesté leur colère devant un commissariat de Lurgan et les locaux du Sinn Fein dans la ville.

 

Le parti républicain irlandais est critiqué par la frange radicale des nationalistes pour avoir qualifié de "traîtres" les
auteurs des assassinats et appelé la communauté catholique à aider la police à les retrouver.

 

L'attaque d'Antrim samedi dernier, revendiquée par l'Ira-Véritable, qui rejette les accords de paix, a été suivie deux jours plus tard par le meurtre d'un policier par un autre groupe dissident, l'Ira-Continuité. Trois hommes sont actuellement interrogés à propos de cet assassinat.

 

Les trois meurtres, les actes les plus sanglants commis en Irlande du Nord en plus de dix ans, ébranlent la paix fragile en
vigueur depuis l'accord du vendredi saint de 1998 qui a mis fin à la campagne armée de l'Armée républicaine irlandaise (Ira) pour rattacher les six comtés nord-irlandais à la République d'Irlande.

Première publication : 14/03/2009

COMMENTAIRE(S)