Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Ottawa: histoire d'une photo

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Toumani Diabaté, le maître de la kora, invité du Journal de l’Afrique

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

François Hollande : une déception pour la gauche ?

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Kamel Mennour, galeriste

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Marie Le Guen : "Le problème, c’est l’emploi"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Un homme, une femme : la parité vue par la Génération Y

En savoir plus

POLITIQUE

Le Guen : "C’est toute l’Europe qui est malade aujourd’hui"

En savoir plus

FOCUS

Tunisie : quelle place pour l'enseignement religieux?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

FIAC 2014 : l'art contemporain célébré à Paris

En savoir plus

Moyen-Orient

Nasrallah indique que le Hezbollah ne reconnaîtra jamais Israël

Dernière modification : 14/03/2009

Le Hezbollah a fait savoir, par la voix de Hassan Nasrallah, qu'il n'accepterait jamais de reconnaître Israël : une condition pourtant posée par les États-Unis pour entamer un dialogue avec le mouvement, qu'ils considèrent comme "terroriste".

AFP - Le chef du Hezbollah libanais Hassan Nasrallah a affirmé vendredi que son mouvement n'accepterait jamais de reconnaître Israël, condition posée par les Etats-Unis pour qu'ils consentent à dialoguer avec ce mouvement qu'ils considèrent comme terroriste.
  
"A ceux qui nous imposent des conditions, nous disons: nous ne reconnaîtrons jamais Israël", a-t-il lancé lors d'un discours diffusé sur écran géant à l'occasion de la fête de la naissance de Mahomet.
  
Mardi, la Maison Blanche avait dit que le Hamas palestinien et le Hezbollah devaient commencer par reconnaître Israël et renoncer à la violence avant tout dialogue.
  
"Nous rejetons les conditions américaines (...) aujourd'hui, demain et après 1.000 ans et même jusqu'à la fin des temps, tant que le Hezbollah existe, il ne pourra jamais reconnaître Israël", a martelé le chef du "parti de Dieu".
  
La Grande-Bretagne, alliée des Etats-Unis, a confirmé la semaine passée avoir autorisé des contacts à niveau subalterne avec le Hezbollah, mais Washington a fait savoir qu'il n'entendait pas suivre son exemple.
  
Par ailleurs, Hassan Nasrallah a salué le récent rapprochement entre l'Arabie et l'Egypte d'une part et la Syrie, qui soutient le Hezbollah, d'autre part.
  
"Toute réconciliation arabe nous renforce", a-t-il indiqué.
  
Il appelé également Ryad et Le Caire à "tendre la main" à Téhéran, principal soutien du Hezbollah.
  
Selon les observateurs, l'Arabie saoudite tente, en se rapprochant de la Syrie, d'isoler l'Iran de son principal allié arabe.

Première publication : 14/03/2009

COMMENTAIRE(S)