Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

"Il faut une réponse globale" contre le terrorisme, dit le Premier ministre malien sur France 24

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sophie Marceau et Patrick Bruel en sex-addicts !

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

France : la politique familiale à l'heure des économies

En savoir plus

FOCUS

Ces réseaux salafistes qui inquiètent les autorités allemandes

En savoir plus

DÉBAT

Afghanistan : collaborer avec les États-unis... et les Taliban ?

En savoir plus

DÉBAT

Hong Kong se révolte : le pouvoir de Pékin face au défi démocratique

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Instituer l'Etat de droit en Chine"

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Guerre pour un barrage en Colombie et la sanglante chasse aux dauphins des Îles Feroé

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Turquie : quelle stratégie face à l'organisation de l'État islamique ?

En savoir plus

  • En images : les ratés du Secret Service de la Maison Blanche

    En savoir plus

  • Ebola : Alpha Condé exige "une réponse globale" pour combattre l'épidémie

    En savoir plus

  • Affaire Bygmalion : deux proches de Jean-François Copé mis en examen

    En savoir plus

  • UFC-Que Choisir vs Foncia : l’action de groupe loin de la "class action"

    En savoir plus

  • Le PIB britannique dopé par la drogue et la prostitution

    En savoir plus

  • Erdogan s'engage contre l'EI mais garde comme priorité la chute du régime syrien

    En savoir plus

  • Les musées français les plus visités bientôt ouverts sept jours sur sept

    En savoir plus

  • Ces réseaux salafistes qui inquiètent les autorités allemandes

    En savoir plus

  • Foot américain : un joueur musulman sanctionné pour une prière

    En savoir plus

  • Budget 2015 : la baisse des dépenses à pas feutrés

    En savoir plus

  • Rentrée des classes meurtrière à Donetsk

    En savoir plus

  • En images : Hong Kong sous haute tension pour la fête nationale chinoise

    En savoir plus

  • Commission européenne : un oral difficile pour certains candidats

    En savoir plus

  • Ebola : le premier cas hors d’Afrique localisé aux États-Unis

    En savoir plus

Asie - pacifique

Pékin conseille aux Occidentaux de ne pas se mêler du Tibet

Vidéo par Jonathan WALSH

Texte par Sébastien LE BELZIC

Dernière modification : 14/03/2009

Un an après les émeutes à Lhassa, la Chine a conseillé aux pays occidentaux de ne pas se mêler des affaires relatives au Tibet. La province et les quartiers tibétains ont été placés sous haute surveillance.

Contrôles de police renforcés, policiers en armes autour du quartier tibétain… Chengdu vit une situation d’état de siège pour le premier anniversaire des émeutes de Lhassa.


Tous les étrangers doivent montrer patte blanche. Quant aux contrôles de passeport, ils  s’étendent aux aéroports, aux hôtels, aux bars ainsi qu’aux restaurants. La capitale, traditionnellement calme, du Sichuan retient son souffle pour qu’aucune manifestation ne vienne perturber ce jour du 14 mars.

L’an dernier, une marche de moines tibétains avait dégénéré en affrontements au Tibet, mais aussi dans les provinces limitrophes où vit une importante communauté issue de la minorité tibétaine. Officiellement, 19 personnes avaient été tuées dans les violences. Des groupes d'exilés tibétains avancent, pour leur part, qu’au moins 200 personnes ont trouvé la mort à la suite de la répression chinoise.

Cette année, pour éviter de revivre une page aussi sombre, des milliers de soldats et de militaires ont été déployés dans la province.

“Je n’ai jamais connu une telle situation, explique un expatrié suisse habitant en Chine depuis huit ans. La police m’a demandé de ne pas sortir le soir, et ce jusqu’à dimanche. Ils m’ont dit que c’est dangereux.” De sources diplomatiques, nous avons également appris que toutes ces mesures exceptionnelles pourraient durer jusqu’au mois de juin - c’est-à-dire après le vingtième anniversaire du massacre de Tiananmen, le 4 juin 1989.

Il s’agit donc d’une année à hauts risques pour la Chine, qui a annoncé cette semaine une augmentation de 32 % du budget alloué à la sécurité publique.

Officiellement pourtant, Pékin continue de marteler que la situation est calme au Tibet et que les étrangers sont libres de se rendre dans toutes les provinces chinoises – à l’exception notable, cependant, du… Tibet.

Mais la réalité est tout autre. En effet, on nous notifie à plusieurs reprises l’interdiction de circuler en zone tibétaine. Même le quartier tibétain de Chengdu, où sont installés beaucoup de restaurants et de commerces, nous est interdit.

Climat de paranoïa

Les rideaux de fer sont tirés, dès la nuit tombée. Les gens ont peur de nous parler. Beaucoup ont subi des pressions pour ne pas nous rencontrer. Un journaliste local, qui avait accepté de nous guider dans la région, a été convoqué par la police et explicitement menacé. C’est un véritable climat de peur et de paranoïa qui s’instaure.

“Ici les règles sont différentes, nous raconte un étranger installé à Chengdu. La police a tous les droits, elle peut vous suivre, mettre votre téléphone sur écoute ou lire vos emails.”

A l’hôtel où nous résidons, le directeur nous confirme que trois policiers en civil se trouvent en permanence dans l’établissement et que les cameras de sécurité sont contrôlées par la police locale. “C’est très mauvais pour le tourisme”, témoigne-t-il. L’année dernière, il y a eu ce terrible tremblement de terre et, aujourd’hui, les tensions autour du Tibet font fuir les touristes. Sans compter les restrictions de circulation.” La ville de Chengdu ne fait pas exception. Toute la province du Sichuan et celles du Gansu et du Qinghai sont concernées par ces mesures.

Au total, un quart du territoire chinois a été placé en état d’alerte.

Première publication : 14/03/2009

COMMENTAIRE(S)