Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

"Le budget de l'armée a connu une érosion constante"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Les expositions incontournables de l'été 2017

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le premier grand test pour Macron vient de sa propre armée"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Emmanuel Macron, "l'adjudant de la République"

En savoir plus

FOCUS

Afrique du Sud : les abandons de bébés en hausse, les adoptions en baisse

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Face à Macron, le général de Villiers rend les armes

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Remaniement ministériel en Côte d'Ivoire

En savoir plus

LE DÉBAT

Armée française : le premier accroc d'Emmanuel Macron ? (partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Armée française : le premier accroc d'Emmanuel Macron ? (partie 1)

En savoir plus

Economie

L'assureur AIG contraint de revoir les modalités de ses bonus

Dernière modification : 24/03/2009

Sous la pression du Trésor, l'assureur AIG, sauvé de la faillite par l'État américain, a promis de revoir son système de bonus pour 2009. Mais la société se dit tenue, par contrat, de payer plusieurs millions de dollars de primes pour 2008.

Reuters - L'assureur américain AIG (American International Group) a accepté samedi de revoir les modalités de versement de ses bonus sous la pression du secrétaire au Trésor Timothy Geithner, a-t-on appris auprès du président du groupe et de l'administration de Barack Obama.

 

AIG, qui a reçu des aides du gouvernement pour un total de 180 milliards de dollars, réduira fortement pour le reste de l'année 2009 les salaires des cadres dirigeants de son unité AIG Financial Products et travaillera avec le Trésor pour réaligner les primes 2008 à la lumière des objectifs de restructuration et de remboursement du groupe, a déclaré le président d'AIG, Edward Liddy, dans une lettre à Geithner.

 

AIG Financial Products est l'unité d'AIG qui a investi massivement dans des actifs immobiliers toxiques ayant poussé la société au bord de la faillite.

 

Obligation de verser les primes pour l'exercice 2008

 

Edward Liddy a expliqué que son groupe était légalement obligé d'effectuer les paiements de primes sur lesquels il s'est déjà engagés pour 2008, et dont la valeur a été fixée l'an dernier avant que n'émergent les problèmes au sein d'AIG Financial Products.
 
"Certains de ces versements sont dus au 15 mars et très honnêtement, les mains d'AIG sont liées", ajoute Liddy qui qualifie de "déplaisants" les arrangements avec le Trésor mais promet de travailler avec Geithner pour résoudre la question.

 

Un responsable de l'administration Obama, bien que jugeant inacceptable pour des sociétés de Wall Street recevant l'aide des autorités fédérales de verser des millions de dollars de primes, a reconnu aussi que les paiements des primes étaient légalement contraignants.

Le Trésor continuera néanmoins de négocier avec AIG pour faire baisser ces paiements et chercher à recouvrer les fonds par des mécanismes extérieurs à ces contrats.

Première publication : 15/03/2009

COMMENTAIRE(S)