Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Emmanuel Macron met en scène la signature des ordonnances sur le code du travail

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ile Maurice : le pays dépassé par le trafic de drogue

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

La Catalogne en instance de divorce avec l'Espagne ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Législatives en Allemagne : indétrônable Merkel ?

En savoir plus

TECH 24

Ava, l'application qui donne de la voix aux sourds et malentendants

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Paris - Berlin : vers une vision commune de l'Europe ?

En savoir plus

#ActuElles

"Ellas Hoy" : bienvenue à "ActuElles" en espagnol

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

L'Allemagne, un modèle économique à suivre ?

En savoir plus

FOCUS

Allemagne : génération Merkel

En savoir plus

Economie

Fortis, qui accuse de lourdes pertes en 2008, ne versera pas de dividende

Dernière modification : 16/03/2009

La holding belge Fortis ne versera aucun dividende à ses actionnaires au titre de l'exercice 2008, qui devrait se solder par une perte de 22,5 milliards d'euros. En cause : la crise financière.

AFP - La holding belge Fortis, fortement ébranlée par la crise financière, a annoncé dimanche s'attendre à une perte totale record de 22,5 milliards d'euros pour l'exercice 2008 et prévenu qu'elle ne verserait pas de dividende à ses actionnaires.

Fortis "prévoit, sur la base des règles comptables belges, une perte statutaire pour 2008 d'EUR 22,5 milliards. Il n'y a dès lors actuellement pas de marge pour distribuer un dividende", indique-t-elle dans un communiqué, précisant que les résultats consolidés seraient publiés le 31 mars.

Fortis Holding, issu du démantèlement du bancassureur belgo-néerlandais Fortis, regroupe aujourd'hui principalement des activités d'assurance en Belgique, aux Pays-Bas et à l'international. La holding a aussi hérité du portefeuille d'actifs à risques du groupe.

Ses pertes pour 2008 proviennent pour l'essentiel des activités bancaires, qui ont accusé à elles seules une perte de 20 milliards d'euros environ l'an dernier du fait de la crise financière et de la dépréciation massive d'actifs à son bilan.

Ses activités bancaires ont été entre-temps cédées aux Pays-Bas pour la partie néerlandaise et au géant français BNP Paribas pour la partie belge. Cette dernière vente, très contestée par une partie des actionnaires de la holding Fortis, doit encore recevoir leur aval lors d'une assemblée générale en avril.

Première publication : 16/03/2009

COMMENTAIRE(S)