Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Hollande solidaire avec Netanyahou

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Hamas : à qui profite la guerre ? (partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Hamas : à qui profite la guerre ? (partie 1)

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Gérard Mestrallet, président de Paris Europlace et PDG de GDF Suez

En savoir plus

SUR LE NET

Mondial 2014 : le match Allemagne-Brésil inspire le Net

En savoir plus

FOCUS

Le scandale des bébés du "péché" traumatise l'Irlande

En savoir plus

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

Littérature , histoire et pouvoir

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Frédéric Tissot, ancien consul général de France à Erbil

En savoir plus

FOCUS

La charia a-t-elle sa place dans le droit britannique?

En savoir plus

  • Ces missiles que le Hamas utilise pour "terroriser" Israël

    En savoir plus

  • Obama face à la "crise humanitaire" des mineurs clandestins au Texas

    En savoir plus

  • L'armée ukrainienne avance vers Donetsk, toujours aux mains des pro-russes

    En savoir plus

  • Lancement de la “première application de télékinésie pour Google Glass"

    En savoir plus

  • Allemagne : le chef des services secrets américains expulsé

    En savoir plus

  • Un raid israélien tue neuf spectateurs de la demi-finale du Mondial à Gaza

    En savoir plus

  • Le scandale des bébés du "péché" traumatise l'Irlande

    En savoir plus

  • Le conflit israélo-palestinien change le sens de l'application Yo

    En savoir plus

  • Vidéo : ramadan sous tension pour les musulmans de Pékin

    En savoir plus

  • L'Argentine rejoint l'Allemagne en finale du Mondial

    En savoir plus

  • Un concours lancé en Suisse pour dépoussiérer l'hymne national

    En savoir plus

  • "Gaza est sur le fil du rasoir", l’ONU appelle à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Lunettes danoises de François Hollande : les opticiens français voient rouge

    En savoir plus

  • Chikungunya aux Antilles : "une épidémie majeure" pour Marisol Touraine

    En savoir plus

  • "Le gouvernement de Netanyahou instrumentalise l’assassinat des trois Israéliens"

    En savoir plus

SCIENCES

Istanbul accueille le 5e Forum mondial de l'eau

©

Dernière modification : 17/03/2009

À moins d'une semaine de la Journée mondiale de l'eau, le Forum mondial de l'eau s'ouvre ce matin en Turquie. Cette édition tentera d'apporter des solutions à la pression croissante qui pèse sur le précieux liquide.

AFP - Ingénieurs, écologistes, ministres, élus locaux: quelque 15.000 personnes sont attendues à compter de lundi à Istanbul pour tenter de trouver des réponses à la crise de l'eau, provoquée d'abord par une hausse vertigineuse de la demande.

Après Marrakech, La Haye, Kyoto et Mexico, ce 5e Forum mondial de l'eau, qui se tient tous les trois ans, s'ouvre sur un constat alarmant: la croissance démographique, l'évolution des modes de consommation alimentaire et les besoins accrus en énergie font peser sur l'eau une pression croissante.

 

Les effets du réchauffement climatique devraient contribuer à accentuer ce phénomène: plusieurs dizaines de millions de personnes pourraient être contraintes de migrer pour des raisons liées à l'eau.

 

Dans un rapport publié il y a quelques jours, l'ONU a lancé une mise en garde sans équivoque sur ces "crises de l'eau" qui risquent de "s'aggraver et de converger".

 

Dénonçant "sous-investissement", "mauvaise gouvernance" et "manque chronique d'intérêt politique", l'épais document dresse un état des lieux des ressources en eau douce et présente d'inquiétantes projections.

 

De 6,5 milliards d'humains aujourd'hui, la population mondiale devrait dépasser 9 mds en 2050. Suivant ce rythme, la demande en eau devrait augmenter de 64 milliards de m3/an, estime l'ONU.

 

Cette situation va immanquablement aiguiser la concurrence entre les différents usages de l'eau: l'agriculture très loin en tête (70%), suivie par l'industrie (20%), et les besoins domestiques (10%).

 

Pour Loïc Fauchon, président du Conseil mondial de l'eau, organisateur de l'événement, le temps de "l'eau facile" est terminé.
 

"Depuis 50 ans, les politiques de l'eau dans le monde entier ont consisté à apporter toujours plus d'eau. Nous devons entrer dans des politiques de régulation de la demande", explique-t-il.

 

"Il y a des inégalités qui sont aujourd'hui inacceptables", relève-t-il, rappelant que certaines villes américaines consomment jusqu'à 1.000 litres d'eau par jour, contre quelques dizaines de litres à peine dans nombre de pays africains.

 

Un chiffre résume ces inégalités criantes: 80% des maladies des pays en développement (diarrhées, choléra...) sont liées à l'eau.

 

La question de l'assainissement devrait occuper une place centrale dans les débats: 85% des eaux usées dues aux activités humaines sont évacuées dans la nature sans épuration.

 

Même si l'objectif du Forum n'est pas d'aboutir à des engagements politiques contraignants - "nous n'allons pas à Istanbul pour adopter des textes mais pour échanger", résume un diplomate européen - la "diplomatie de l'eau" devrait avoir sa place.

 

La France vient d'annoncer qu'elle allait ratifier la Convention de l'ONU sur les cours d'eau transfrontaliers, texte adopté en 1997 mais toujours pas entré en vigueur. Resté longtemps à l'abandon, ce document suscite depuis deux ans un regain d'intérêt.

 

Selon des sources proches du dossier, une annonce pourrait par ailleurs être faite sur le partage des eaux du Tigre et de l'Euphrate entre l'Irak, la Turquie et la Syrie.

 

La conférence démarre lundi avec un mini-sommet auxquels sont attendus une quinzaine de chefs d'Etat, et s'achève dimanche par une réunion ministérielle à laquelle plus de 100 pays seront représentés.

 

Marseille et Durban (Afrique du Sud) sont en compétition pour accueillir la prochaine édition.

Première publication : 16/03/2009

Comments

COMMENTAIRE(S)