Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Assistants parlementaires au FN : Marine Le Pen snobe la police

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Cameroun : Des milliers de déplacés, fuyant Boko Haram, menacés par la famine

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Lutte contre le groupe État islamique : où en sont les offensives contre les djihadistes ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

France – Présidentielle 2017 : alliances, retraits et tentatives d’union de la semaine

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des arts de Virginie Lemoine

En savoir plus

#ActuElles

L'humour a-t-il un sexe ?

En savoir plus

TECH 24

"Bring back our Internet" : le hashtag de ralliement des Camerounais

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Grèce : une crise sans fin ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

France insoumise : le coût du programme de Jean-Luc Mélenchon

En savoir plus

Economie

La justice souhaite confisquer les biens de Madoff et de son épouse

Dernière modification : 16/03/2009

Le gouvernement américain réclame la confiscation des biens de Bernard Madoff, ainsi que ceux de son épouse. Le document publié par le parquet comprend 18 biens, dont une propriété au Cap d'Antibes, dans le sud de la France.

AFP - Le gouvernement américain va demander la saisie de biens du financier Bernard Madoff, incarcéré depuis jeudi pour une fraude massive, et la liste comprend des propriétés de son épouse Ruth Madoff, qui n'est pas impliquée, selon un document publié lundi par le parquet.

Le document énumère 18 types de biens mobiliers ou immobiliers, notamment des actions, des parts de copropriété à New York, en Floride ou au Cap d'Antibes, dans le sud de la France.

Plusieurs des propriétés sont seulement au nom de l'épouse de l'homme d'affaires, dont plusieurs yachts. Le document cite également un compte ouvert au nom de Mme Madoff sur lequel se trouvent "au moins 45 millions de dollars d'obligations" émises par les collectivités publiques.
 

Première publication : 16/03/2009

COMMENTAIRE(S)