Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libération de Karim Wade : une décision dénoncée par des militants anti-corruption

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Condamnation de Moïse Katumbi : l'opposition dénonce un "harcèlement"

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dans les coulisses des palaces parisiens

En savoir plus

LE DÉBAT

Le Royaume-Uni quitte l'Union Européenne, un pays et une Europe sous le choc

En savoir plus

TECH 24

Fintech : quand les startups font trembler la banque

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 2)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 1)

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Refaire passer le chef de l’État par une primaire ne me paraît pas logique »

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Nous sommes arrivés à un moment où il n’y a plus de débat démocratique ni de dialogue social »

En savoir plus

Moyen-Orient

L'extrême droite obtiendrait le ministère des Affaires étrangères

Vidéo par Céline BRUNEAU

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 16/03/2009

Grâce à un accord passé avec le Premier ministre israélien désigné Benjamin Netanyahou (Likoud) en vue de la formation d'une coalition gouvernementale, la formation d'extrême droite Israël Beiteinou obtiendrait cinq ministères.

Grâce à un accord passé avec le Premier ministre israélien désigné Benjamin Netanyahou (Likoud) en vue de la formation d'une coalition gouvernementale, le parti d’extrême droite d'Avigdor Lieberman, Israël Beiteinou, obtiendrait cinq ministères, dont le très exposé portefeuille des Affaires étrangères qu’il dirigerait lui-même.  

 
Correspondant de FRANCE 24 en Israël, Marc de Chalvron souligne le caractère fort peu diplomate du personnage, rappelant qu’il a, par le passé, suggéré à l’Égyptien Hosni Moubarak "d’aller au diable". Dans ces conditions : "Comment l’imaginer serrer la main d’Hillary Clinton, très engagée en faveur du processus de paix ?", s’interroge notre correspondant.

 
"Difficile aussi d’envisager la participation de Kadima, le parti centriste de Tzipi Livni, à un gouvernement de coalition", poursuit Marc de Chalvron. Tzipi Livni exige des engagements de Benjamin Netanyahou concernant le processus de paix et une rotation du pouvoir à la tête du pays. Deux concessions que le chef du Likoud n’est pas prêt à faire, d’où les ministères concédés à Israël Beiteinou (Affaires étrangères, Sécurité intérieure, Tourisme, Infrastructures et Intégration), et les négociations qu’il continue à mener avec les petits partis d’extrême droite.

 
Soucieux de ne pas alarmer la communauté internationale et de ne pas former un gouvernement trop dur qui le conduirait à perdre le pouvoir, Benjamin Netanyahou poursuit cependant ses démarches d’ouverture en direction du parti centriste.

 
Le Premier ministre désigné a jusqu’au 3 avril pour former un gouvernement.

 
 

Première publication : 16/03/2009

COMMENTAIRE(S)