Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

FRANCE

Manifestation des salariés de l'usine Continental de Clairoix

Dernière modification : 16/03/2009

Les 1120 salariés de l'usine Continental de Clairoix (Picardie) ne désarment pas. Bien que la fermeture du site ait été confirmée, ils manifestent à Reims, où se tient une réunion du comité central de l'équipementier automobile allemand.

Reuters - Des centaines de salariés français de Continental se sont rendus lundi à Reims (Marne) pour une manifestation en marge de la réunion du comité central d'entreprise français (CCE) de la société.
 

La fermeture de l'usine de Clairoix (Oise), qui emploie 1.120 personnes, a été programmée pour 2010, provoquant un tollé dans les mondes syndical et politique.
 

Jeudi dernier, des incidents avaient éclaté à l'usine lorsque le directeur de l'usine de pneus Louis Forzy avait tenté
de s'adresser aux employés. Il avait été bombardé d'oeufs et avait dû renoncer à son intervention.
 

"Dix-huit bus et des voitures particulières ont quitté Clairoix en début de matinée. On n'attend pas grand-chose de ce
CCE, l'objectif est d'être présent en masse pour exprimer notre colère", a dit à Reuters Antonio da Costa, délégué CFTC.
 

Doivent être présents à la réunion du CCE à Reims les directions et représentants syndicaux des établissements
français de Continental, à Clairoix - production et direction commerciale - et à Sarreguemines (Moselle).
 

La fermeture du site de Clairoix ne figure pas à l'ordre du jour des discussions mais sera vraisemblablement abordée, selon un porte-parole de Continental.
 

"Evidemment le sujet de la fermeture est un sujet majeur, nous allons essayer de répondre à la colère et aux inquiétudes
des partenaires", a-t-il dit.
 

Le gouvernement français estime que la fermeture de l'usine n'est pas légale en l'état puisqu'elle n'a pas été notifiée au
comité central d'entreprise, ce que Continental conteste.
 

Le fabricant allemand explique qu'elle a transmis des documents aux syndicats lors de rencontres "informelles" en vue
de la réunion statutaire du CCE à ce sujet prévue le 31 mars. L'affaire pourrait finir en justice si les syndicaux déposent,
comme c'est probable, un recours.
 

CONTROVERSE SUR L'ALLONGEMENT DU TEMPS DE TRAVAIL
 

Par ailleurs, une controverse s'est amorcée sur les engagements prêtés à l'entreprise en septembre 2007, quand elle
a imposé un retour aux 40 heures de travail hebdomadaires en contrepartie, disent les syndicats, d'un maintien de l'activité jusqu'en 2012.
 

Ces mesures ont été financées par l'Etat via des allégements fiscaux. Maryse Dumas, n°2 de la CGT, a estimé lundi sur France info que l'Etat était donc responsable.
 

"Les salariés ont accepté de travailler plus longtemps, c'est le mot d'ordre du président de la République. L'Etat, vous
et moi, le contribuable, a contribué à financer les exonérations sur les heures supplémentaires", a-t-elle dit sur France info.
 

"Aujourd'hui, les salariés s'aperçoivent que ça a permis à l'entreprise d'accumuler des fonds qui ont permis d'investir ailleurs, contre ces mêmes salariés. Je pense que la responsabilité de l'Etat est engagée", a-t-elle ajouté.
 

Dans un entretien publié lundi dans le quotidien allemand Handelsblatt, Heinz-Gerhardt Wente, directeur des ressources
humaines de Continental, a réaffirmé que la société ne reviendrait pas sur sa décision et il conteste que Continental
se soit engagé sur la poursuite de l'activité.
 

"Nous nous trouvons tous dans une situation économique difficile (...) Nous ne pouvons pas renoncer et nous ne
renoncerons pas à la réduction de nos surcapacités de production", dit-il.
 

"Il n'y avait de garantie et il n'y a pas d'infraction. En France, Continental avait trouvé une formule, à travers
l'allongement de la durée du travail, en contrepartie nous avons investi 44 millions d'euros (...) Personne ne fait ça s'il a l'intention de fermer l'usine ! C'est plutôt que les mesures n'ont pas été suffisantes. Personne ne pouvait prévoir la
brutalité de l'effondrement de la demande", ajoute-t-il

Première publication : 16/03/2009

COMMENTAIRE(S)