Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Yémen : couvre-feu à Sanaa, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Nigeria : assaut mortelle de Boko Haram à Mainok, dans le nord du pays

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

FRANCE

Fillon défend une France "alliée mais pas vassale" des États-Unis

Vidéo par Laure DE MATOS

Dernière modification : 17/03/2009

Le Premier ministre français François Fillon a engagé la responsabilité de son gouvernement sur des questions de politique étrangère, en particulier le retour complet du pays dans l'Otan.

AFP - François Fillon a engagé mardi à l'Assemblée la responsabilité de son gouvernement en défendant le retour de la France dans le commandement militaire intégré de l'Otan qui ne constitue selon lui "qu"un ajustement" pour "une France alliée mais pas vassale" des Etats-Unis.

"En 1966, en plein coeur des tensions Est-Ouest, notre retrait de l’organisation constitua un choc. Mais en 2009, notre retour ne constitue qu’un ajustement qui, de ce fait, ne provoque aucun émoi dans le concert international", a déclaré le Premier ministre devant les députés.

"La France, alliée mais pas vassale, fidèle mais insoumise, toujours fraternelle mais jamais subordonnée: voilà la nature de notre relation avec l’Amérique", a-t-il ajouté. "L’amitié ne se confond pas avec la naïveté", a-t-il dit.

"Entre fascination et appréhension, il existe une voie pragmatique pour renouveler les instruments et les objectifs de la relation franco-américaine et euro-américaine", a également jugé le chef du gouvernement. La France "agit et agira toujours selon ses convictions", a-t-il affirmé.

Se référant à "l'héritage" gaullien pour justifier ce virage stratégique, M. Fillon a assuré qu'il s'agissait de "servir une certaine idée de la France", empruntant l'expression aux Mémoires de Guerre du Général, publiée en 1954.

Le chef du gouvernement a souligné la "responsabilité universelle", "l'universalisme" de la France, qui "demeure une puissance" avec "des objectifs propres".

Il a ainsi réaffirmé "l'autonomie" de la diplomatie française mais aussi de sa force de dissuasion nucléaire qui "n'est pas négociable" tout comme "la liberté d'appréciation sur l'envoi" des troupes françaises dans les opérations de l'Alliance.

"Pour tous les peuples qui se font une certaine idée de notre République, la France reste la France", a-t-il enchaîné, assurant qu'entre "l'occident et l'orient, la France est et restera une médiatrice".

A l'adresse de l'opposition, M. Fillon a ironisé sur son "art d'être en retard d'une révolution stratégique" et jugé "piquant" qu'elle fasse "appel aux mannes du gaullisme, elle qui le combattit sans relâche".

De retour dans le commandement intégré de l'Otan, la France entend "influer plus largement sur la définition des stratégies et la conduite des opérations" mais aussi défendre sa vision, celle d'une "alliance militaire" qui ne soit pas "une sorte de fer de lance occidental agissant partout et sur tout".

Mais Paris, a-t-il martelé, entend aussi "prendre toute sa place dans l'Otan pour donner à l'Europe de la défense sa véritable dimension".

Le chef du gouvernement a demandé la confiance des députés sur l'ensemble des orientations de sa politique étrangère, contournant ainsi les réticences de certains des députés de sa majorité sur la réintégration de la France dans l'Alliance atlantique.

 

Première publication : 17/03/2009

COMMENTAIRE(S)