Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L’invité du jour

Julienne Morisseau : "J’ai toujours été contre les déterminismes"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Je suis candidat à la présidence de la Turquie, depuis ma prison"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Taxes américaines : "L'UE ne peut pas permettre qu'elle se fasse rouler dessus sans réaction"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Full muddle jacket"

En savoir plus

BILLET RETOUR

Shenzhen, ancien port de pêche symbole du miracle économique chinois

En savoir plus

L'INFO ÉCO

L'Europe riposte aux droits de douane américains

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

"7 minutes contre le Franc CFA" : des artistes se mobilisent

En savoir plus

L'INFO ÉCO

La Grèce peut-elle couper le cordon financier avec l'UE sans danger ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La Une choc du Time sur les séparations des familles de migrants

En savoir plus

FRANCE

Les salariés de Continental votent la reprise du travail

Dernière modification : 17/03/2009

Les syndicats de l'usine Continental de Clairoix, en Picardie, veulent désormais négocier les conditions de cette reprise. La fermeture du site, d'ici à 2010, a été annoncée la semaine dernière par l'équipementier automobile allemand.

AFP - Environ 400 salariés de Continental à Clairoix (Oise), en grève depuis l'annonce le 11 mars par le fabricant de pneus allemand de la fermeture de leur usine d'ici un an, ont voté mardi en assemblée générale la reprise du travail sous conditions, a constaté l'AFP.

"Il faut que la reprise se fasse, mais pas dans n'importe quelle condition", a déclaré devant les salariés Xavier Mathieu, délégué CGT, en pointe dans le mouvement depuis l'annonce de la fermeture d'ici 2010 du site, qui emploie 1.120 personnes.

Cette position a été approuvée par l'ensemble des salariés présents.

"On va reprendre le travail, mais la lutte continue, elle sera même plus facile, parce qu'on n'aura plus le souci de ne pas être payé", a-t-il ajouté.

Au début du mouvement, les salariés avaient obtenu de la direction la garantie d'être payés, même s'ils ne travaillaient pas, jusqu'à mardi à 06H00.

Les délégués syndicaux souhaitent désormais rencontrer la direction pour négocier les conditions de la reprise: "pas de pression sur la production", "pas de licenciement jusqu'à la fin de la procédure", a résumé à l'AFP M. Mathieu.

"C'est clair qu'il faut reprendre", a ajouté Antonio Da Costa, secrétaire CFTC du CE, et signataire fin 2007 d'un accord sur le retour aux 40 heures de travail hebdomadaires dans l'usine. "Vos familles ont besoin de cet argent", a-t-il poursuivi.

Lundi, sous la pression de salariés en colère de Clairoix, un comité central d'entreprise (CCE) de Continental a été écourté à Reims, notamment après le jet d'oeufs et de projectiles dans la salle où il avait lieu.

Continental a annoncé la semaine dernière son intention de fermer le site de Clairoix (1.120 salariés) et le site allemand de Hanovre (780 employés). Il s'agit de la plus importante fermeture programmée en France depuis le début de la crise à l'automne dernier.
 

Première publication : 17/03/2009