Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gambie : Yahya Jammeh accepte de quitter le pouvoir d'après Barrow

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "On ne doit pas jouer à se faire peur", tempère Maurice Lévy

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "Trump est un nouveau Madoff", estime Jacques Attali

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Paul Polman : "Les fruits de la globalisation doivent être distribués de façon plus juste"

En savoir plus

FOCUS

Aux États-Unis, le désarroi et la colère des opposants à Donald Trump

En savoir plus

TECH 24

Satellites : les nouveaux maîtres du ciel

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Enseigner autrement : de nouvelles méthodes pour réinventer l'école

En savoir plus

#ActuElles

Russie : les violences domestiques bientôt dépénalisées ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sabrina Ouazani, le cinéma avec le sourire

En savoir plus

FRANCE

Les salariés de Continental votent la reprise du travail

Dernière modification : 17/03/2009

Les syndicats de l'usine Continental de Clairoix, en Picardie, veulent désormais négocier les conditions de cette reprise. La fermeture du site, d'ici à 2010, a été annoncée la semaine dernière par l'équipementier automobile allemand.

AFP - Environ 400 salariés de Continental à Clairoix (Oise), en grève depuis l'annonce le 11 mars par le fabricant de pneus allemand de la fermeture de leur usine d'ici un an, ont voté mardi en assemblée générale la reprise du travail sous conditions, a constaté l'AFP.

"Il faut que la reprise se fasse, mais pas dans n'importe quelle condition", a déclaré devant les salariés Xavier Mathieu, délégué CGT, en pointe dans le mouvement depuis l'annonce de la fermeture d'ici 2010 du site, qui emploie 1.120 personnes.

Cette position a été approuvée par l'ensemble des salariés présents.

"On va reprendre le travail, mais la lutte continue, elle sera même plus facile, parce qu'on n'aura plus le souci de ne pas être payé", a-t-il ajouté.

Au début du mouvement, les salariés avaient obtenu de la direction la garantie d'être payés, même s'ils ne travaillaient pas, jusqu'à mardi à 06H00.

Les délégués syndicaux souhaitent désormais rencontrer la direction pour négocier les conditions de la reprise: "pas de pression sur la production", "pas de licenciement jusqu'à la fin de la procédure", a résumé à l'AFP M. Mathieu.

"C'est clair qu'il faut reprendre", a ajouté Antonio Da Costa, secrétaire CFTC du CE, et signataire fin 2007 d'un accord sur le retour aux 40 heures de travail hebdomadaires dans l'usine. "Vos familles ont besoin de cet argent", a-t-il poursuivi.

Lundi, sous la pression de salariés en colère de Clairoix, un comité central d'entreprise (CCE) de Continental a été écourté à Reims, notamment après le jet d'oeufs et de projectiles dans la salle où il avait lieu.

Continental a annoncé la semaine dernière son intention de fermer le site de Clairoix (1.120 salariés) et le site allemand de Hanovre (780 employés). Il s'agit de la plus importante fermeture programmée en France depuis le début de la crise à l'automne dernier.
 

Première publication : 17/03/2009

COMMENTAIRE(S)