Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Hong Kong se révolte : le pouvoir de Pékin face au défi démocratique

En savoir plus

FOCUS

Irak : quand la téléréalité confronte des jihadistes de l’EI à leurs victimes

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Début des audiences de Charles Blé Goudé devant la CPI

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jacques Weber, un colosse du théâtre français

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Papa Wemba, invité du Journal de l'Afrique !

En savoir plus

REPORTERS

Vidéo : elle filme au péril de sa vie à Raqqa, fief de l'EI en Syrie

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Les sports oubliés dans le vent

En savoir plus

SUR LE NET

Instagram bloqué en Chine

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Diane von Furstenberg : "J'ai vécu l'American dream"

En savoir plus

  • En direct : suivez le match PSG - FC Barcelone

    En savoir plus

  • Des ravisseurs d'Hervé Gourdel, décapité en Algérie, ont été identifiés

    En savoir plus

  • Londres a mené ses premières frappes aériennes contre l’EI en Irak

    En savoir plus

  • Manifestations à Hong Kong : Pékin prive les Chinois d’informations sur Internet

    En savoir plus

  • Ebola : l'expérience "désespérée" d'un médecin libérien

    En savoir plus

  • Barack Obama salue un accord de sécurité "historique" avec Kaboul

    En savoir plus

  • Terrorisme : pour Marine Le Pen, les Français musulmans sont "pris au piège"

    En savoir plus

  • Ello, le réseau social qui se la joue anti-Facebook

    En savoir plus

  • Fonds "vautours" : l’Argentine défie les États-Unis sur sa dette

    En savoir plus

  • Quinze ans de prison requis contre le leader de Sharia4Belgium

    En savoir plus

  • Hong Kong toujours bloquée, l'exécutif demande la fin des manifestations

    En savoir plus

  • Irak : quand la téléréalité confronte des jihadistes de l’EI à leurs victimes

    En savoir plus

  • À Montpellier, des pluies diluviennes créent la pagaille

    En savoir plus

  • Présidentielle brésilienne : Dilma Rousseff, touchée mais pas coulée

    En savoir plus

  • Vidéo : les Kurdes de Turquie tentent de rallier Kobani, assiégée par l’EI

    En savoir plus

EUROPE

Accord de l'UE sur un plan d'investissement de 5 milliards d'euros

Vidéo par Caroline DE CAMARET

Texte par FRANCE 24 avec dépêches

Dernière modification : 20/03/2009

Réunis à Bruxelles, les Vingt-Sept se sont accordés sur un plan d'investissement commun de 5 milliards d’euros destiné à la relance de l'activité économique. Ils se préparent désormais à plaider pour une meilleure régulation au G20.

"Nous sommes parvenus à un compromis auquel tout le monde peut souscrire", a déclaré à la presse le Premier ministre tchèque Mirek Topolanek, dont le pays préside l'UE, à l’issue de la première journée du Conseil.

Les tractations entre les Européens concernant les solutions à adopter pour relancer l’économie dans le contexte actuel de crise ont duré plus de 3 mois. Elles ont finalement débouché sur le déblocage d’une enveloppe commune de 5 milliards d’euros.

Christophe Robeet, envoyé spécial de FRANCE 24 à Bruxelles, souligne que ces lenteurs ont été vivement critiquées par les observateurs : "On s’interroge sur le potentiel des Vingt-Sept à trouver une véritable réponse commune à la crise", étant donné qu'il leur a fallu trois jours pour s'accorder sur la signature d'un chèque conjoint de 5 milliards d'euros. Un diplomate européen explique d'ailleurs que la volonté de "se débarrasser de cette histoire" l’a emporté.
 
Quatre-vingts pour cent de cette enveloppe servira à financer des projets énergétiques en 2009 et 2010, notamment le gazoduc Nabucco qui doit permettre d'acheminer du gaz entre la mer Caspienne et l'Europe centrale en contournant la Russie. Le reste sera affecté au développement de l’Internet haut débit.


5 milliards contre 400 milliards

Ces projets constituent la seule contribution du budget de l'UE aux efforts de relance européens, la quasi-totalité provenant de mesures nationales.

Mais ces 5 milliards d’euros font pâle figure comparés aux 400 milliards débloqués dans le cadre des plans de relance nationaux, mais aussi par rapport aux 1 000 milliards de dollars du plan américain.

Les dirigeants des pays de l’UE restent, en effet, fermement opposés à l’idée de tout effort supplémentaire pour relancer l’économie mondiale, comme le demandent les États-Unis et le Fond monétaire international (FMI).

Avant de prendre le contrepied de la position américaine et de plaider pour plus de régulation de l’économie lors du G20, qui se tiendra les 1er et 2 avril à Londres, la chancelière allemande Angela Merkel a expliqué, à Bruxelles, qu’elle souhaitait laisser les plans de relance nationaux "produire leurs effets". Une position partagée par le président français, Nicolas Sarkozy.
 

L’aide aux pays en difficulté en question

Concernant l’aide à apporter aux États baltes et aux pays en difficulté en Europe centrale, durement touchés par la crise, les Vingt-Sept sont "à peu près d'accord", a indiqué le Premier ministre luxembourgeois, Jean-Claude Juncker, également chef de file des ministres des Finances de la zone euro.


La Commission européenne a proposé de porter à 50 milliards d'euros le montant de ce fonds, qui avait déjà été doublé à la fin de 2008. L'Allemagne a donné son feu vert à un doublement des prêts disponibles, mais plusieurs pays ont rejeté cette proposition. Jeudi midi, un diplomate indiquait cependant à l'AFP qu'un accord avait été trouvé sur ce montant.


La Hongrie et la Lettonie ont d’ores et déjà pioché dans cette caisse. La Roumanie négocie une enveloppe, et la Lituanie pourrait suivre.

Enfin, à propos du soutien à apporter aux FMI, l'UE est prête à renflouer l'institution à hauteur de 75 milliards de dollars. Les Vingt-Sept suivent ainsi l’initiative internationale qui prévoit de doubler les ressources du FMI.

Première publication : 20/03/2009

COMMENTAIRE(S)