Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La Libye : terre d'accueil des jihadistes?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Combien de rêves naufragés?"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Air France : la grève se durcit

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Blues au PS"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

En savoir plus

DÉBAT

Conférence à Paris sur l'Irak : quelle réponse face à l'organisation de l'EI ? (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Conférence à Paris sur l'Irak : quelle réponse face à l'organisation de l'EI ? (Partie 1)

En savoir plus

FOCUS

La ville libanaise d'Arsal face aux jihadistes de l'EI

En savoir plus

À L’AFFICHE !

CharlElie Couture, l’immortel de la chanson française

En savoir plus

  • Washington frappe des positions de l'État islamique près de Bagdad

    En savoir plus

  • Ebola : Obama prévoit d'envoyer 3 000 militaires en Afrique de l’Ouest

    En savoir plus

  • Deuxième grand oral pour le Premier ministre Manuel Valls

    En savoir plus

  • Les députés ukrainiens appelés à ratifier l’accord d’association avec l’UE

    En savoir plus

  • Air France : la grève devrait s'intensifier mardi

    En savoir plus

  • Près de 500 migrants portés disparus après un naufrage en Méditerranée

    En savoir plus

  • PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

    En savoir plus

  • Centrafrique : l'ONU prend en charge le maintien de la paix

    En savoir plus

  • Projet de loi anti-jihadiste : la France suit l’exemple du Royaume-Uni

    En savoir plus

  • Microsoft achète Minecraft, le jeu qui valait 2,5 milliards de dollars

    En savoir plus

  • Netflix débarque en France : le test de France 24

    En savoir plus

  • Le parti de Gbagbo claque la porte de la commission électorale

    En savoir plus

  • Fifa : Sepp Blatter et son entourage de nouveau soupçonnés de corruption

    En savoir plus

  • Le Medef et son million d'emplois en cinq ans, un effet d'annonce ?

    En savoir plus

  • François Hollande : "Il n'y a pas de temps à perdre" face à l’EI

    En savoir plus

Moyen-Orient

Al-Assad et Abdallah II veulent "assainir" les relations interarabes

Dernière modification : 29/03/2009

Le président syrien s'est rendu en Jordanie, pour sa première visite officielle depuis cinq ans. Bachar al-Assad et le roi Abdallah II ont plaidé en faveur d'un rapprochement entre pays arabes. Et évoqué le processus de paix au Moyen-Orient.

AFP - Le roi Abdallah II de Jordanie et le président syrien Bachar el-Assad ont appelé vendredi à Amman à un "assainissement" du climat entre les pays arabes, à neuf jours d'un sommet arabe au Qatar, a indiqué le palais royal.
   
A l'occasion de la première visite en cinq ans du président syrien à Amman, "les deux dirigeants ont souligné la nécessité d'un assainissement du climat" interarabe, a indiqué le palais dans un communiqué à l'issue d'une rencontre entre les deux leaders.
   
Abdallah II et M. Assad ont "appelé à des visions claires pour servir les intérêts arabes et faire face aux défis auxquels est confronté le monde arabe", selon le communiqué.
   
Les discussions ont également porté sur le processus de paix au Moyen-Orient et les efforts pour réconcilier les Palestiniens, toujours selon le palais.
   
La visite est intervenue alors que les pays arabes préparent leur sommet annuel qui se tiendra les 29 et 30 mars à Doha.
   
M. Assad, qui a quitté la Jordanie après la rencontre, s'était rendu la dernière fois à Amman en 2004, alors que la dernière visite du roi Abdallah II à Damas remonte à 2007.
   
Les relations entre la Jordanie, un allié des Etats-Unis, et la Syrie, un adversaire de Washington sous l'administration de George W. Bush, ont été tendues ces dernières années en raison de différends notamment sur les problèmes du monde arabe et le processus de paix avec Israël.
   
En mars 2008, la Jordanie, qui a signé en 1994 un accord de paix avec Israël, avait envoyé une délégation de bas niveau au sommet arabe en Syrie.
   
Une décision similaire avait été prise par les deux puissances pro-occidentales de la région, l'Egypte et l'Arabie saoudite, apparemment pour protester contre le rôle politique de Damas au Liban et les relations étroites entre la Syrie et l'Iran chiite.
 

Première publication : 20/03/2009

COMMENTAIRE(S)