Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Bioéthique : coup d'envoi de 6 mois de débats

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Sénégal-Casamance, toutes les autorisations de coupe de bois suspendues

En savoir plus

POLITIQUE

Notre-Dame-des-Landes : une décision moins risquée pour l’exécutif ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Cinéma : sur le tapis rouge du dernier film de Spielberg, "Pentagon Papers"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Péninsule coréenne : la diplomatie des Jeux olympiques fait "fondre la glace"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Aux États-Unis, l'ardoise fiscale s’alourdit pour Apple

En savoir plus

FOCUS

Moyen-Orient : enquête sur le phénomène galopant des tempêtes de sable

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Sommet franco-britannique : la "diplomatie du tapis"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Notre-Dame-des-Landes : le gouvernement abandonne

En savoir plus

Economie

Les patrons de la Société générale renoncent à lever leurs "stock-options"

Vidéo par Alexandra RENARD , Johan BODIN

Dernière modification : 21/03/2009

Après les critiques du gouvernement qui a dénoncé l'"indécence" de leur geste, les dirigeants de la Société générale qui se sont octroyés des stock-options renoncent à les convertir en actions tant que la banque sera soutenue par l'État.

AFP - Les dirigeants de la Société Générale se sont engagés vendredi "à renoncer à lever" leurs stock-options, répondant ainsi favorablement à la demande formulée par la ministre de l'Economie Christine Lagarde, selon un communiqué publié par la banque.

Dès l'annonce de cette distribution, mercredi, la ministre de l'Economie Christine Lagarde avait demandé aux dirigeants de la banque de "ne pas exercer" leurs stock-options tant que l'Etat la "soutiendra", avait indiqué Bercy vendredi à l'AFP, confirmant une information du site du Nouvel Observateur.

Les dirigeants n'ont pas renoncé à recevoir ces stock-options mais seulement à les convertir en actions tant que la banque bénéficiera de l'appui de l'Etat, qui lui a déjà prêté 1,7 milliard d'euros et lui permet de bénéficier de la Société de financement de l'économie française (SFEF) pour emprunter sur les marchés.

Ils pourront les convertir en actions lorsque la banque n'aura plus besoin du soutien de l'Etat.

L'établissement a pris cette décision "afin de favoriser un retour à une plus grande sérénité dans le débat sur la rémunération à long terme des dirigeants", précise-t-il dans son communiqué.

Le renoncement temporaire ne porte que sur les stock-options attribuées en 2009 et annoncées mercredi.

L'attribution de ces stock-options a suscité une vive polémique. Le porte-parole du gouvernement Luc Chatel a notamment qualifié vendredi ce plan d'"indécent".

Le secrétaire général de l'UMP Xavier Bertrand a lui demandé "des explications" à la banque.

Le syndicat Unsa a estimé vendredi que les dirigeants de la Société Générale "ne méritent pas d'être chefs".

Dans le cadre du plan, le président de la Société Générale, Daniel Bouton, s'est vu attribuer 70.000 stock-options et le directeur général, Frédéric Oudéa, 150.000.

Ces options ne sont, de toutes façons, pas exerçables avant 2012 et sont soumises à des conditions de performance (progression du cours de l'action et dividendes).

La banque a précisé, dans son communiqué, que les plans de stock-options de janvier et mars 2009 avait bénéficié à 4.800 collaborateurs du groupe, en France et à l'étranger.

MM. Bouton et Oudéa avaient annoncé mi-janvier avoir renoncé à leur bonus pour 2008, au même titre que l'ensemble des dirigeants des grandes banques françaises, à la demande de l'Etat qui s'était porté au secours du secteur bancaire.

Dans le cadre du plan de soutien aux banques françaises, Société Générale a déjà reçu de l'Etat une injection de 1,7 milliard d'euros sous forme de titres de dette et a indiqué son intention de souscrire à une nouvelle tranche de 1,7 milliard d'euros.

Première publication : 20/03/2009

COMMENTAIRE(S)