Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libération de Karim Wade : une décision dénoncée par des militants anti-corruption

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Condamnation de Moïse Katumbi : l'opposition dénonce un "harcèlement"

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dans les coulisses des palaces parisiens

En savoir plus

LE DÉBAT

Le Royaume-Uni quitte l'Union Européenne, un pays et une Europe sous le choc

En savoir plus

TECH 24

Fintech : quand les startups font trembler la banque

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 2)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 1)

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Refaire passer le chef de l’État par une primaire ne me paraît pas logique »

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Nous sommes arrivés à un moment où il n’y a plus de débat démocratique ni de dialogue social »

En savoir plus

FRANCE

La direction de Continental prête à "faire un effort"

Dernière modification : 22/03/2009

La direction du fabricant allemand de pneus Continental se déclare prête à faire "un effort" pour accorder une indemnité conséquente aux salariés du site de Clairoix (Oise), promis à la fermeture.

AFP - Le groupe Continental est "prêt à faire un effort" pour que les salariés de l'usine de Clairoix (Oise), qui doit fermer d'ici un an, perçoivent "une indemnité conséquente", affirme un de ses dirigeants dans Le Figaro de samedi.

"Nous sommes prêts à faire un effort pour que les salariés perçoivent une indemnité conséquente", déclare dans le quotidien Nicolaï Setzer, directeur de la division pneus tourisme camionnette de Continental.

 

"Nous assumerons nos responsabilités", ajoute-t-il, se disant "conscient de la gravité du projet pour les employés et la région".

 

Selon lui, les coûts de l'usine de Clairoix sont "supérieurs de 13%" (12 millions d'euros par an) à ceux de l'usine de Sarreguemines (Moselle), qui coûte elle-même chaque année "7 millions de plus que le site de Korbach" en Allemagne, explique-t-il en outre dans le quotidien économique La Tribune.

 

La décision de fermer le site Clairoix est toutefois liée aux surcapacités actuelles du groupe, et pas à ces surcoûts, assure-t-il.

 

Continental a dévoilé le 11 mars son intention de fermer l'usine de Clairoix (1.120 salariés) d'ici un an, ainsi que le site allemand de Hanovre (780 employés).

 

Les salariés de Clairoix, en grève depuis cette annonce, doivent reprendre le travail lundi à la suite d'un accord signé mardi soir entre certains syndicats et la direction.

 

Continental, qui dit vouloir "travailler avec les autorités nationales sur l'avenir du site", a déjà indiqué qu'il étudiait la possibilité de créer un centre logistique, un centre de livraison e-business, un pôle d'activité axé sur le transport vert ou un site de production d'infrastructures de communication ou de support aux énergies renouvelables.

 

Il n'a toutefois pas précisé la nature de la "coopération" de l'équipementier automobile.

Première publication : 21/03/2009

COMMENTAIRE(S)