Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Quel(s) patron(s) pour Total ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Christophe de Margerie, entre hommages et polémiques

En savoir plus

DÉBAT

Les patrons de l'énergie française à l'heure de la transition

En savoir plus

DÉBAT

La sentence de Pistorius est-elle "satisfaisante" ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Mort d'un patron baroque"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : le Nigeria n'est plus touché par l'épidémie

En savoir plus

FOCUS

Londres, capitale des ultra-riches

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

France - Allemagne : vers un accord sur l'investissement

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Le groupe Total frappé au coeur par le décès de son PDG

En savoir plus

FRANCE

La direction de Continental prête à "faire un effort"

Dernière modification : 22/03/2009

La direction du fabricant allemand de pneus Continental se déclare prête à faire "un effort" pour accorder une indemnité conséquente aux salariés du site de Clairoix (Oise), promis à la fermeture.

AFP - Le groupe Continental est "prêt à faire un effort" pour que les salariés de l'usine de Clairoix (Oise), qui doit fermer d'ici un an, perçoivent "une indemnité conséquente", affirme un de ses dirigeants dans Le Figaro de samedi.

"Nous sommes prêts à faire un effort pour que les salariés perçoivent une indemnité conséquente", déclare dans le quotidien Nicolaï Setzer, directeur de la division pneus tourisme camionnette de Continental.

 

"Nous assumerons nos responsabilités", ajoute-t-il, se disant "conscient de la gravité du projet pour les employés et la région".

 

Selon lui, les coûts de l'usine de Clairoix sont "supérieurs de 13%" (12 millions d'euros par an) à ceux de l'usine de Sarreguemines (Moselle), qui coûte elle-même chaque année "7 millions de plus que le site de Korbach" en Allemagne, explique-t-il en outre dans le quotidien économique La Tribune.

 

La décision de fermer le site Clairoix est toutefois liée aux surcapacités actuelles du groupe, et pas à ces surcoûts, assure-t-il.

 

Continental a dévoilé le 11 mars son intention de fermer l'usine de Clairoix (1.120 salariés) d'ici un an, ainsi que le site allemand de Hanovre (780 employés).

 

Les salariés de Clairoix, en grève depuis cette annonce, doivent reprendre le travail lundi à la suite d'un accord signé mardi soir entre certains syndicats et la direction.

 

Continental, qui dit vouloir "travailler avec les autorités nationales sur l'avenir du site", a déjà indiqué qu'il étudiait la possibilité de créer un centre logistique, un centre de livraison e-business, un pôle d'activité axé sur le transport vert ou un site de production d'infrastructures de communication ou de support aux énergies renouvelables.

 

Il n'a toutefois pas précisé la nature de la "coopération" de l'équipementier automobile.

Première publication : 21/03/2009

COMMENTAIRE(S)