Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Ebola: ne pas oublier l'Afrique

En savoir plus

DÉBAT

France - budget 2015 : le gouvernement serre la ceinture (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

France - budget 2015 : le gouvernement serre la ceinture (Partie 1)

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

"Il faut une réponse globale" contre le terrorisme, dit le Premier ministre malien sur France 24

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sophie Marceau et Patrick Bruel en sex-addicts !

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

France : la politique familiale à l'heure des économies

En savoir plus

FOCUS

Ces réseaux salafistes qui inquiètent les autorités allemandes

En savoir plus

DÉBAT

Afghanistan : collaborer avec les États-unis... et les Taliban ?

En savoir plus

DÉBAT

Hong Kong se révolte : le pouvoir de Pékin face au défi démocratique

En savoir plus

  • Ebola au Liberia : les chiffres de l'OMS sont "faux", affirme Ellen Johnson Sirleaf

    En savoir plus

  • En images : les ratés du Secret Service de la Maison Blanche

    En savoir plus

  • Barack Obama veut faire évoluer le "statu quo" entre Israéliens et Palestiniens

    En savoir plus

  • Ligue des champions : Monaco tient en échec le Zenit (0-0)

    En savoir plus

  • La France renforce son dispositif militaire pour lutter contre l'EI en Irak

    En savoir plus

  • Mondial de basket : les Françaises en quarts contre les Américaines

    En savoir plus

  • Gérard Larcher élu sans surprise président du Sénat

    En savoir plus

  • Ebola : Alpha Condé exige "une réponse globale" pour combattre l'épidémie

    En savoir plus

  • Affaire Bygmalion : deux proches de Jean-François Copé mis en examen

    En savoir plus

  • UFC-Que Choisir vs Foncia : l’action de groupe loin de la "class action"

    En savoir plus

  • Le PIB britannique dopé par la drogue et la prostitution

    En savoir plus

  • Erdogan s'engage contre l'EI mais garde comme priorité la chute du régime syrien

    En savoir plus

  • Les musées français les plus visités bientôt ouverts sept jours sur sept

    En savoir plus

  • Ces réseaux salafistes qui inquiètent les autorités allemandes

    En savoir plus

  • Foot américain : un joueur musulman sanctionné pour une prière

    En savoir plus

EUROPE

Le Premier ministre Ferenc Gyurcsany démissionne

Dernière modification : 21/03/2009

À la tête d'un gouvernement minoritaire, le Premier ministre, Ferenc Gyurcsany, a proposé sa démission afin de permettre la formation d'une nouvelle équipe dirigeante. Son successeur pourrait être désigné dans une quinzaine de jours.

AFP - Le Premier ministre hongrois Ferenc Gyurcsany a proposé samedi sa démission pour permettre la formation d'un nouveau gouvernement lors d'un discours au congrès du parti socialiste MSZP à Budapest, a annoncé l'agence hongroise MTI.

"Je propose la formation d'un nouveau gouvernement avec un nouveau chef de gouvernement", a déclaré M. Gyurcsany, sans mentionner de successeur potentiel et alors qu'il était samedi le seul candidat en lice pour diriger le MSZP.

"Je me suis trompé sur nos forces et nos opportunités. Et dans un moment important je n'ai pas réussi à exprimer clairement mes idées. En conséquence, ma crédibilité s'est effritée de manière significative", a souligné M. Gyurcsany.

"Je demande au congrès de permettre au président du parti, au conseil d'administration et au chef du groupe parlementaire de préparer la désignation d'un nouveau Premier ministre", a-t-il ajouté.

M. Gyurcsany a indiqué vouloir informer le parlement de sa décision lundi et a proposé de désigner le nouveau Premier ministre lors d'un congrès extraordinaire du MSZP dans 15 jours.

Le congrès, prévu pour durer deux jours, a écourté ses travaux qu'il compte achever ce samedi. Le parti socialiste doit notamment élire son nouveau dirigeant, mais seul M. Gyurcsany était officiellement en lice pour ce poste jusqu'à présent.

Ce dernier est à la tête d'un gouvernement minoritaire depuis environ un an après le départ des libéraux de la coalition en avril 2008, en raison d'un désaccord sur le rythme des réformes. Le parti libéral a toutefois continué à soutenir M. Gyurcsany au Parlement.

Le Premier ministre a notamment lancé un plan de réformes pour remettre l'économie hongroise à flot et soutenir la devise nationale, le forint.

La Hongrie est l'un des pays d'Europe de l'Est les plus durement frappés par la crise financière internationale qui a éclaté à l'automne dernier et a dû faire appel aux institutions financières internationales pour obtenir une bouée de sauvetage de 20 milliards d'euros.

M. Gyurcsany a précisé que les réformes de l'éducation, de la santé et de la sécurité sociale devait être poursuivies.

"Si je suis l'obstacle pour le changement, alors je lève cet obstacle maintenant", a-t-il déclaré aux délégués du parti socialiste.

Réélu en 2006 pour un second mandat, M. Gyurcsany a mené une politique d'austérité pour juguler les déficits publics, ramenant le déficit budgétaire de 9,2% du PIB en 2006 à 3,3% en 2008.

Ce faisant, le Premier ministre hongrois a vu sa cote de popularité décliner, une tendance qui s'est notamment soldée par le départ des libéraux du gouvernement.

Ferenc Gyurcsany, 47 ans et père de trois enfants, occupe les fonctions de premier ministre hongrois depuis le 29 septembre 2004.

Première publication : 21/03/2009

COMMENTAIRE(S)