Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Le recyclage devient high-tech

En savoir plus

SUR LE NET

La guerre au Proche-Orient attise la Toile

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

L'invité: Colonel Badjeck, porte-parole du ministère de la défense camerounais

En savoir plus

MODE

Paris, Haute Couture automne-hiver 2014-2015.

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Vers une offensive terrestre sur Gaza ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Israël-Gaza : l'application mobile Yo a peut-être enfin trouvé son utilité

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 1)

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

En savoir plus

  • L'Allemagne est championne du monde pour la 4e fois de son histoire

    En savoir plus

  • Les civils fuient leurs habitations dans le nord de la bande de Gaza

    En savoir plus

  • À Vienne, les négociations sur le nucléaire iranien teintées de pessimisme

    En savoir plus

  • La Russie menace l'Ukraine "de conséquences irréversibles"

    En savoir plus

  • Tour de France 2014 : Tony Gallopin endosse le premier maillot jaune français

    En savoir plus

  • Sahara occidental : le torchon brûle entre Rabat et Alger

    En savoir plus

  • Nigeria : le chef de Boko Haram soutient al-Baghdadi, le "calife" de l'EIIL

    En savoir plus

  • Fin de Serval au Mali, lancement de l’opération "Barkhane" au Sahel

    En savoir plus

  • Combats entre milices libyennes autour de l'aéroport de Tripoli

    En savoir plus

  • Décès du célèbre chef d’orchestre américain Lorin Maazel

    En savoir plus

  • Nouvelle humiliation pour le Brésil battu par les Pays-Bas (3-0)

    En savoir plus

  • "Wissous plage" : l’interdiction du port du voile suspendue par la justice

    En savoir plus

  • Après une opération commando à Gaza, Tsahal intensifie ses frappes

    En savoir plus

  • Présidentielle afghane : les candidats s'accordent sur un audit des votes

    En savoir plus

  • "Boules puantes" et règlements de compte : la débandade de l’UMP

    En savoir plus

  • Au Caire, juifs, chrétiens et musulmans célèbrent ensemble la rupture du jeûne

    En savoir plus

  • Vidéo : à Casablanca, trois immeubles s'effondrent sur leurs habitants

    En savoir plus

  • En mal de soutien, Vladimir Poutine rencontre Fidel Castro à Cuba

    En savoir plus

  • Brève alerte au tsunami après un fort séisme au Japon

    En savoir plus

EUROPE

Le Premier ministre Ferenc Gyurcsany démissionne

©

Dernière modification : 21/03/2009

À la tête d'un gouvernement minoritaire, le Premier ministre, Ferenc Gyurcsany, a proposé sa démission afin de permettre la formation d'une nouvelle équipe dirigeante. Son successeur pourrait être désigné dans une quinzaine de jours.

AFP - Le Premier ministre hongrois Ferenc Gyurcsany a proposé samedi sa démission pour permettre la formation d'un nouveau gouvernement lors d'un discours au congrès du parti socialiste MSZP à Budapest, a annoncé l'agence hongroise MTI.

"Je propose la formation d'un nouveau gouvernement avec un nouveau chef de gouvernement", a déclaré M. Gyurcsany, sans mentionner de successeur potentiel et alors qu'il était samedi le seul candidat en lice pour diriger le MSZP.

"Je me suis trompé sur nos forces et nos opportunités. Et dans un moment important je n'ai pas réussi à exprimer clairement mes idées. En conséquence, ma crédibilité s'est effritée de manière significative", a souligné M. Gyurcsany.

"Je demande au congrès de permettre au président du parti, au conseil d'administration et au chef du groupe parlementaire de préparer la désignation d'un nouveau Premier ministre", a-t-il ajouté.

M. Gyurcsany a indiqué vouloir informer le parlement de sa décision lundi et a proposé de désigner le nouveau Premier ministre lors d'un congrès extraordinaire du MSZP dans 15 jours.

Le congrès, prévu pour durer deux jours, a écourté ses travaux qu'il compte achever ce samedi. Le parti socialiste doit notamment élire son nouveau dirigeant, mais seul M. Gyurcsany était officiellement en lice pour ce poste jusqu'à présent.

Ce dernier est à la tête d'un gouvernement minoritaire depuis environ un an après le départ des libéraux de la coalition en avril 2008, en raison d'un désaccord sur le rythme des réformes. Le parti libéral a toutefois continué à soutenir M. Gyurcsany au Parlement.

Le Premier ministre a notamment lancé un plan de réformes pour remettre l'économie hongroise à flot et soutenir la devise nationale, le forint.

La Hongrie est l'un des pays d'Europe de l'Est les plus durement frappés par la crise financière internationale qui a éclaté à l'automne dernier et a dû faire appel aux institutions financières internationales pour obtenir une bouée de sauvetage de 20 milliards d'euros.

M. Gyurcsany a précisé que les réformes de l'éducation, de la santé et de la sécurité sociale devait être poursuivies.

"Si je suis l'obstacle pour le changement, alors je lève cet obstacle maintenant", a-t-il déclaré aux délégués du parti socialiste.

Réélu en 2006 pour un second mandat, M. Gyurcsany a mené une politique d'austérité pour juguler les déficits publics, ramenant le déficit budgétaire de 9,2% du PIB en 2006 à 3,3% en 2008.

Ce faisant, le Premier ministre hongrois a vu sa cote de popularité décliner, une tendance qui s'est notamment soldée par le départ des libéraux du gouvernement.

Ferenc Gyurcsany, 47 ans et père de trois enfants, occupe les fonctions de premier ministre hongrois depuis le 29 septembre 2004.

Première publication : 21/03/2009

Comments

COMMENTAIRE(S)