Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le référendum écossais, sujet sensible pour les médias britanniques

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État Islamique : s'allier avec l'Iran ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée-Bissau : le président Vaz limoge le chef de l'armée

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : la force de l'ONU prend le relais de la force africaine

En savoir plus

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

Vote de confiance : une victoire à l'arrachée pour Manuel Valls ?

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Une coalition internationale contre les jihadistes

En savoir plus

FOCUS

Référendum en Écosse : le poids des indécis

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Mange tes morts", une plongée dans l’univers des gitans

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Organisation de l’État islamique : la guerre des mots

En savoir plus

  • Ukraine - Russie : Vladimir Poutine a-t-il remporté son bras de fer ?

    En savoir plus

  • Ligue des champions : le PSG neutralisé par l'Ajax

    En savoir plus

  • Une volontaire française de MSF contaminée par Ebola au Liberia

    En savoir plus

  • Une saison en exil pour les footballeurs ukrainiens de Donetsk

    En savoir plus

  • Élections en Tunisie : et revoilà les "amis" de Ben Ali

    En savoir plus

  • Des jihadistes enlèvent un soldat libanais près de la frontière syrienne

    En savoir plus

  • Jack Ma et son Alibaba superstars de Wall Street

    En savoir plus

  • Nigeria : au moins dix morts dans une attaque contre une université

    En savoir plus

  • Un rapport dissèque les sommes records mises de côté par les entreprises

    En savoir plus

  • Ebola : l'épidémie pourrait avoir un impact économique "catastrophique"

    En savoir plus

  • Vidéo : l'épidémie d'Ebola menace la Centrafrique

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : six personnes interpellées près de Lyon, des armes saisies

    En savoir plus

  • Vidéo : dernier jour pour mobiliser les indécis sur le référendum en Écosse

    En savoir plus

  • Loi anti-jihad : l’interdiction de sortie du territoire adoptée

    En savoir plus

  • Barack Obama appelle le monde à "agir vite" face à Ebola

    En savoir plus

  • La première tranche de l'impôt sur le revenu bientôt supprimée ?

    En savoir plus

  • Premières élections démocratiques aux îles Fidji depuis 2006

    En savoir plus

  • Valls obtient la confiance des députés malgré l'abstention des "frondeurs"

    En savoir plus

EUROPE

Le Premier ministre Ferenc Gyurcsany démissionne

Dernière modification : 21/03/2009

À la tête d'un gouvernement minoritaire, le Premier ministre, Ferenc Gyurcsany, a proposé sa démission afin de permettre la formation d'une nouvelle équipe dirigeante. Son successeur pourrait être désigné dans une quinzaine de jours.

AFP - Le Premier ministre hongrois Ferenc Gyurcsany a proposé samedi sa démission pour permettre la formation d'un nouveau gouvernement lors d'un discours au congrès du parti socialiste MSZP à Budapest, a annoncé l'agence hongroise MTI.

"Je propose la formation d'un nouveau gouvernement avec un nouveau chef de gouvernement", a déclaré M. Gyurcsany, sans mentionner de successeur potentiel et alors qu'il était samedi le seul candidat en lice pour diriger le MSZP.

"Je me suis trompé sur nos forces et nos opportunités. Et dans un moment important je n'ai pas réussi à exprimer clairement mes idées. En conséquence, ma crédibilité s'est effritée de manière significative", a souligné M. Gyurcsany.

"Je demande au congrès de permettre au président du parti, au conseil d'administration et au chef du groupe parlementaire de préparer la désignation d'un nouveau Premier ministre", a-t-il ajouté.

M. Gyurcsany a indiqué vouloir informer le parlement de sa décision lundi et a proposé de désigner le nouveau Premier ministre lors d'un congrès extraordinaire du MSZP dans 15 jours.

Le congrès, prévu pour durer deux jours, a écourté ses travaux qu'il compte achever ce samedi. Le parti socialiste doit notamment élire son nouveau dirigeant, mais seul M. Gyurcsany était officiellement en lice pour ce poste jusqu'à présent.

Ce dernier est à la tête d'un gouvernement minoritaire depuis environ un an après le départ des libéraux de la coalition en avril 2008, en raison d'un désaccord sur le rythme des réformes. Le parti libéral a toutefois continué à soutenir M. Gyurcsany au Parlement.

Le Premier ministre a notamment lancé un plan de réformes pour remettre l'économie hongroise à flot et soutenir la devise nationale, le forint.

La Hongrie est l'un des pays d'Europe de l'Est les plus durement frappés par la crise financière internationale qui a éclaté à l'automne dernier et a dû faire appel aux institutions financières internationales pour obtenir une bouée de sauvetage de 20 milliards d'euros.

M. Gyurcsany a précisé que les réformes de l'éducation, de la santé et de la sécurité sociale devait être poursuivies.

"Si je suis l'obstacle pour le changement, alors je lève cet obstacle maintenant", a-t-il déclaré aux délégués du parti socialiste.

Réélu en 2006 pour un second mandat, M. Gyurcsany a mené une politique d'austérité pour juguler les déficits publics, ramenant le déficit budgétaire de 9,2% du PIB en 2006 à 3,3% en 2008.

Ce faisant, le Premier ministre hongrois a vu sa cote de popularité décliner, une tendance qui s'est notamment soldée par le départ des libéraux du gouvernement.

Ferenc Gyurcsany, 47 ans et père de trois enfants, occupe les fonctions de premier ministre hongrois depuis le 29 septembre 2004.

Première publication : 21/03/2009

COMMENTAIRE(S)