Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Quand Manuel Valls tente de faire disparaître ses tweets

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 1)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Exclusivité France 24 : Laurent Fabius s'exprime sur la diplomatie française

En savoir plus

SUR LE NET

Transparence de la vie publique : la France rattrape son retard

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Simon Serfaty, professeur en relations internationales

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile dénonce les incursions russes en Ukraine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"L'agneau russe"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le président du Parlement nigérien inquiété dans une affaire de trafic de bébés

En savoir plus

  • À Saint-Nazaire, les Mistral voguent vers leur destin russe

    En savoir plus

  • Les troupes ukrainiennes abandonnent l'aéroport de Lougansk

    En savoir plus

  • République centrafricaine : les ravages de la haine

    En savoir plus

  • Webdoc : "Le Grand incendie" primé à Visa pour l'image

    En savoir plus

  • Des manifestants investissent le siège de la télévision d'État à Islamabad

    En savoir plus

  • Embargo russe : les producteurs français redoutent la concurrence polonaise

    En savoir plus

  • Importante victoire de l’armée irakienne face aux jihadistes de l’EI

    En savoir plus

  • Ligue 1 : le PSG frappe fort, Bordeaux lève le pied

    En savoir plus

  • Quand des selfies volés de stars nues enflamment la Toile

    En savoir plus

  • Vladimir Poutine évoque la création d’un État dans l’est de l’Ukraine

    En savoir plus

  • Israël décide de s'approprier 400 hectares de terres en Cisjordanie

    En savoir plus

  • Un immeuble s'effondre en banlieue parisienne, au moins sept morts

    En savoir plus

  • Un navire ukrainien bombardé au large de Marioupol

    En savoir plus

  • "J'aime les socialistes" ou l'opération séduction de Manuel Valls à La Rochelle

    En savoir plus

  • Un présumé recruteur pour le jihad en Syrie arrêté à Nice

    En savoir plus

  • Judo : les Françaises sacrées championnes du monde par équipes

    En savoir plus

  • Situation toujours aussi confuse au lendemain du coup d’État au Lesotho

    En savoir plus

  • Golan : les Casques bleus philippins "saufs", les fidjiens toujours détenus

    En savoir plus

EUROPE

Le Premier ministre Ferenc Gyurcsany démissionne

Dernière modification : 21/03/2009

À la tête d'un gouvernement minoritaire, le Premier ministre, Ferenc Gyurcsany, a proposé sa démission afin de permettre la formation d'une nouvelle équipe dirigeante. Son successeur pourrait être désigné dans une quinzaine de jours.

AFP - Le Premier ministre hongrois Ferenc Gyurcsany a proposé samedi sa démission pour permettre la formation d'un nouveau gouvernement lors d'un discours au congrès du parti socialiste MSZP à Budapest, a annoncé l'agence hongroise MTI.

"Je propose la formation d'un nouveau gouvernement avec un nouveau chef de gouvernement", a déclaré M. Gyurcsany, sans mentionner de successeur potentiel et alors qu'il était samedi le seul candidat en lice pour diriger le MSZP.

"Je me suis trompé sur nos forces et nos opportunités. Et dans un moment important je n'ai pas réussi à exprimer clairement mes idées. En conséquence, ma crédibilité s'est effritée de manière significative", a souligné M. Gyurcsany.

"Je demande au congrès de permettre au président du parti, au conseil d'administration et au chef du groupe parlementaire de préparer la désignation d'un nouveau Premier ministre", a-t-il ajouté.

M. Gyurcsany a indiqué vouloir informer le parlement de sa décision lundi et a proposé de désigner le nouveau Premier ministre lors d'un congrès extraordinaire du MSZP dans 15 jours.

Le congrès, prévu pour durer deux jours, a écourté ses travaux qu'il compte achever ce samedi. Le parti socialiste doit notamment élire son nouveau dirigeant, mais seul M. Gyurcsany était officiellement en lice pour ce poste jusqu'à présent.

Ce dernier est à la tête d'un gouvernement minoritaire depuis environ un an après le départ des libéraux de la coalition en avril 2008, en raison d'un désaccord sur le rythme des réformes. Le parti libéral a toutefois continué à soutenir M. Gyurcsany au Parlement.

Le Premier ministre a notamment lancé un plan de réformes pour remettre l'économie hongroise à flot et soutenir la devise nationale, le forint.

La Hongrie est l'un des pays d'Europe de l'Est les plus durement frappés par la crise financière internationale qui a éclaté à l'automne dernier et a dû faire appel aux institutions financières internationales pour obtenir une bouée de sauvetage de 20 milliards d'euros.

M. Gyurcsany a précisé que les réformes de l'éducation, de la santé et de la sécurité sociale devait être poursuivies.

"Si je suis l'obstacle pour le changement, alors je lève cet obstacle maintenant", a-t-il déclaré aux délégués du parti socialiste.

Réélu en 2006 pour un second mandat, M. Gyurcsany a mené une politique d'austérité pour juguler les déficits publics, ramenant le déficit budgétaire de 9,2% du PIB en 2006 à 3,3% en 2008.

Ce faisant, le Premier ministre hongrois a vu sa cote de popularité décliner, une tendance qui s'est notamment soldée par le départ des libéraux du gouvernement.

Ferenc Gyurcsany, 47 ans et père de trois enfants, occupe les fonctions de premier ministre hongrois depuis le 29 septembre 2004.

Première publication : 21/03/2009

COMMENTAIRE(S)