Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gambie : Yahya Jammeh accepte de quitter le pouvoir d'après Barrow

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "On ne doit pas jouer à se faire peur", tempère Maurice Lévy

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "Trump est un nouveau Madoff", estime Jacques Attali

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Paul Polman : "Les fruits de la globalisation doivent être distribués de façon plus juste"

En savoir plus

FOCUS

Aux États-Unis, le désarroi et la colère des opposants à Donald Trump

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Enseigner autrement : de nouvelles méthodes pour réinventer l'école

En savoir plus

#ActuElles

Russie : les violences domestiques bientôt dépénalisées ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sabrina Ouazani, le cinéma avec le sourire

En savoir plus

BILLET RETOUR

Au Zimbabwe, le spectre de la crise économique plane toujours

En savoir plus

Amériques

Chavez annonce une baisse de 6,7 % du budget du pays

Vidéo par Elisabeth ALLAIN

Dernière modification : 22/03/2009

Le président Hugo Chavez a réduit, samedi, le budget du Venezuela de 6,7 % pour compenser la chute de la demande en pétrole, ressource majeure du pays qui représente la moitié des recettes publiques du pays.

AFP - Le président du Venezuela, Hugo Chavez, a annoncé samedi une réduction de 6,7% du budget de l'Etat pour 2009, en raison de la crise mondiale et de la chute du prix du pétrole qui représente la moitié des recettes publiques du pays.

Le budget de l'Etat vénézuélien avoisinera les 72,7 milliards de dollars en 2009, contre 77,86 milliards prévus à la fin 2008, a précisé le président Chavez au cours d'une allocution destinée à annoncer des mesures économiques pour faire face à la crise.

Le prix du baril de pétrole a été réestimé à 40 dollars, contre 60 dollars en 2008, lors de la préparation du budget de cette année. Par ailleurs, le volume de production a été évalué à 3,172 millions de barils/jour, "en raison des réductions que nous avons du opérer dans le cadre de l'Opep", a poursuivi M. Chavez.

Le président vénézuélien a également annoncé une réduction des frais de représentation de l'Etat, un plafonnement des salaires des fonctionnaires et une application stricte des objectifs budgétaires, en précisant que de nouvelles recettes fiscales viendraient d'une augmentation de la TVA (impôt sur la consommation) de 9 à 12%.

Il a souligné que le prix de l'essence à la pompe restera "le moins cher du monde", à 0,04 dollar le litre à la pompe depuis 13 ans. "Nous devrons changer cela, mais ce n'est pas le moment", a-t-il poursuivi, ajoutant qu'il comptait promouvoir l'usage du gaz comme carburant.

En outre, il a indiqué qu'il ne comptait pas dévaluer la monnaie locale, dont le taux de change officiel est à 2,15 bolivars pour un dollar depuis 2005.

"Au Venezuela, personne n'a senti le moindre effet de la crise cette année, mais cela ne veut pas dire que nous n'allons pas en être affecté dans le futur. La crise nous touche de façon indirecte, avec les prix du pétrole, bien que ceux-ci se relèvent depuis les dernières semaines", a-t-il poursuivi.

Enfin, assurant qu'il comptait maintenir ses programmes d'assistance sociale, sur l'éducation, la santé, les infrastructures ou le logement, le président Chavez a annoncé une augmentation de 20% du salaire minimum, porté ainsi à l'équivalent de 446 dollars par mois.

Première publication : 22/03/2009

COMMENTAIRE(S)