Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REPORTERS

Argentine : le bilan Kirchner

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les "MarocLeaks" inquiètent le pouvoir marocain

En savoir plus

#ActuElles

Jouets sexistes : le marketing des fabricants en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Joyeux Noël... laïc !

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Cuba - États-Unis : la fin de la guerre froide ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La Grèce fait trembler les marchés

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La personnalité tourmentée de "Mr. Turner"

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : colère à Peshawar lors des funérailles des écoliers assassinés

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

François Hollande, un recentrage à gauche ?

En savoir plus

FRANCE

La fillette kidnappée à Arles toujours introuvable

Dernière modification : 22/03/2009

Élise, la fillette franco-russe kidnappée vendredi à Arles, dans le sud de la France, était toujours introuvable samedi soir. La thèse du père, qui accuse son ex-compagne d'avoir organisé l'enlèvement, est prise au sérieux par la police.

AFP - Elise, fillette franco-russe enlevée vendredi à Arles et dont les parents se disputent la garde, était toujours introuvable samedi soir mais la surveillance a été "très accrue" en Suisse, selon la justice française.

Samedi en fin d'après-midi, l'enfant, âgée de trois ans et demi et enlevée alors qu'elle rentrait de l'école avec son père français, semblait avoir été être localisée. Une source policière française affirmait que deux hommes et une femme, accompagnés d'un enfant et correspondant au signalement des ravisseurs présumés de la petite Elise, se trouvaient dans un avion en vol entre la Suisse et Moscou.

Le père de l'enfant accuse son ex-compagne russe d'avoir fomenté l'enlèvement.

Peu après, le procureur de Tarascon, Antoine Paganelli déclarait toutefois qu'"à l'heure actuelle, nous n'avons aucune certitude d'un embarquement vers la Russie" d'Elise et ses ravisseurs présumés.

"Les vérifications faites par les Suisses, qui sont des vérifications très poussées et très précises, ne nous indiquent pas et ne nous prouvent pas que l'enfant a pris un vol pour Moscou", a-t-il dit, alors que "le père ne reconnaît pas l'enfant sur les passeports" montrés au commissariat d'Arles.

Vers 20H00, une source policière française indiquait que les quatre personnes soupçonnées ont été contrôlées samedi à leur arrivée à Moscou ne sont pas les personnes recherchées.

Le procureur de Tarascon a souligné que la surveillance était "très très accrue en Suisse" où la petite fille se serait rendue, selon le dernier témoignage important obtenu par les enquêteurs auprès d'une ressortissante helvétique, grâce au plan Alerte enlèvement, lancé dès vendredi après-midi.

Celle-ci a indiqué avoir vu l'enfant dans un TGV Montpellier-Genève, "en compagnie d'une dame", vendredi après-midi. Alors que la témoin descendait à la dernière gare française, l'enfant a continué vers la Suisse.

La voiture des ravisseurs présumés, une Renault Modus de location de couleur beige foncé métallisée, immatriculée 399 ABD 76, a été retrouvée samedi à 03H00 du matin, garée à Montpellier, vide.

Un important dispositif mobilisant policiers, gendarmes et douaniers dans toute l'Europe a été mis en place dès l'annonce de l'enlèvement d'Elise, ballottée entre son père français et sa mère russe en instance de divorce.

La fillette a été enlevée alors qu'elle rentrait de l'école à vélo avec son père, Jean-Michel André. Ce dernier a été violemment frappé par deux hommes vêtus comme des agents de sécurité et qui étaient accompagnés par une femme en noir et portant une perruque. Selon M. André, il s'agirait de la mère de l'enfant.

Selon le procureur, la piste de la mère est "sérieuse" mais ne constitue qu'une des hypothèses de travail. Une enquête de flagrance a été ouverte pour séquestration et enlèvement de mineur en bande organisée.

Le père de l'enfant a exhorté la mère à "se signaler le plus vite possible" à la police, affirmant vouloir trouver une solution acceptable pour qu'Elise voit sa mère et son père. Il s'est dit prêt à aller jusqu'en Russie pour retrouver sa fille.

Samedi soir, il a affirmé garder espoir, estimant qu'il y avait "peu de chances qu'elle sorte de Suisse" au regard du dispositif mis en place.

Elise avait été emmenée en Russie par sa mère Irina Belenkaya en 2007 puis ramenée en France à l'automne 2008 par son père à Arles où il habite. Un mandat d'arrêt international a été émis début 2008 contre la mère par la justice française, qui a confié au père la garde de l'enfant. Mais la mère a de son côté également obtenu de la justice russe la garde de l'enfant et le lancement d'un mandat d'arrêt contre le père après le retour d'Elise en France.
 

Première publication : 22/03/2009

COMMENTAIRE(S)