Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Hollande solidaire avec Netanyahou

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Hamas : à qui profite la guerre ? (partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Hamas : à qui profite la guerre ? (partie 1)

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Gérard Mestrallet, président de Paris Europlace et PDG de GDF Suez

En savoir plus

SUR LE NET

Mondial 2014 : le match Allemagne-Brésil inspire le Net

En savoir plus

FOCUS

Le scandale des bébés du "péché" traumatise l'Irlande

En savoir plus

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

Littérature , histoire et pouvoir

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Frédéric Tissot, ancien consul général de France à Erbil

En savoir plus

FOCUS

La charia a-t-elle sa place dans le droit britannique?

En savoir plus

  • Ces missiles que le Hamas utilise pour "terroriser" Israël

    En savoir plus

  • Obama face à la "crise humanitaire" des mineurs clandestins au Texas

    En savoir plus

  • L'armée ukrainienne avance vers Donetsk, toujours aux mains des pro-russes

    En savoir plus

  • Lancement de la “première application de télékinésie pour Google Glass"

    En savoir plus

  • Allemagne : le chef des services secrets américains expulsé

    En savoir plus

  • Un raid israélien tue neuf spectateurs de la demi-finale du Mondial à Gaza

    En savoir plus

  • Le scandale des bébés du "péché" traumatise l'Irlande

    En savoir plus

  • Le conflit israélo-palestinien change le sens de l'application Yo

    En savoir plus

  • Vidéo : ramadan sous tension pour les musulmans de Pékin

    En savoir plus

  • L'Argentine rejoint l'Allemagne en finale du Mondial

    En savoir plus

  • Un concours lancé en Suisse pour dépoussiérer l'hymne national

    En savoir plus

  • "Gaza est sur le fil du rasoir", l’ONU appelle à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Lunettes danoises de François Hollande : les opticiens français voient rouge

    En savoir plus

  • Chikungunya aux Antilles : "une épidémie majeure" pour Marisol Touraine

    En savoir plus

  • "Le gouvernement de Netanyahou instrumentalise l’assassinat des trois Israéliens"

    En savoir plus

Economie

La BCE n'exclut pas de réduire à nouveau ses taux

©

Dernière modification : 23/03/2009

Soucieux de soulager le secteur financier, le président de la Banque centrale européenne (BCE), Jean-Claude Trichet, a affirmé au Wall Street Journal que l'institution pourrait une nouvelle fois réduire ses principaux taux directeurs.

Reuters - Le président de la Banque centrale européenne Jean-Claude Trichet affirme que la BCE pourrait à nouveau réduire ses taux et n'exclut pas de nouvelles mesures non conventionnelles pour soulager le système financier.

"En ce qui concerne le taux futur de nos principales opérations de refinancement, actuellement à 1,5%, j'ai déjà dit clairement que nous pourrions le baisser encore", dit Trichet dans un entretien au Wall Street Journal à paraître lundi.

"Nous continuerons sans doute à faire tout ce qui peut optimiser notre propre situation", explique-t-il.
"Dans les prochaines décisions que nous pourrions prendre, il est tout à fait possible que nous continuions à être non-conventionnels dans la filière de financement bancaire. Cette filière reste essentielle pour nous", dit-il encore.

Le président de la BCE estime que les banques centrales doivent prendre le soin de distinguer leurs responsabilités de celles des gouvernements lorsqu'elles envisagent des initiatives telles que le rachat d'actifs.

"Nous ne nous sommes pas engagés à de nouvelles décisions en ce qui concerne l'achat de titres", souligne Jean-Claude Trichet.

"Il faut prendre en compte un élément: les risques pour les banques centrales et les risques pour les gouvernements, particulièrement dans la zone euro, sont clairement distincts, sans confusion des risques ou des responsabilités."

Ces commentaires interviennent au moment où la BCE est de plus en plus isolée des autres banques centrales parce qu'elle n'a pas encore décidé de mesures autres que la baisse des taux alors que la zone euro est entrée en récession.

La Réserve fédérale américaine et la Banque d'Angleterre ont, au contraire, décidé récemment de vendre une partie de leurs bons du Trésor pour injecter des liquidités dans l'économie.

Le président de la BCE demeure en outre réticent à voir les taux d'intérêt se rapprocher de zéro.

"Il y a de nombreux inconvénients liés aux taux de politique descendus à zéro délibérément", explique-t-il, précisant que le taux de l'euro à six mois est inférieur à ceux pratiqués aux Etats-Unis.

"Mais ce qui compte ce sont les taux d'intérêt des marchés et qui concernent le public", ajoute-t-il.

Première publication : 23/03/2009

Comments

COMMENTAIRE(S)