Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REPORTERS

Argentine : le bilan Kirchner

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les "MarocLeaks" inquiètent le pouvoir marocain

En savoir plus

#ActuElles

Jouets sexistes : le marketing des fabricants en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Joyeux Noël... laïc !

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Cuba - États-Unis : la fin de la guerre froide ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La Grèce fait trembler les marchés

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La personnalité tourmentée de "Mr. Turner"

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : colère à Peshawar lors des funérailles des écoliers assassinés

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

François Hollande, un recentrage à gauche ?

En savoir plus

Afrique

Le pape clôt sa tournée africaine en appelant à lutter contre la pauvreté

Vidéo par Caroline DUMAY

Dernière modification : 23/03/2009

Le souverain pontife doit retrouver, ce lundi, le Vatican. Près d'une semaine après son arrivée à Yaoundé, au Cameroun, ses propos controversés sur l'usage du préservatif continuent de défrayer la chronique au quatre coins du monde.

AFP - Le pape Benoît XVI a lancé dimanche un vibrant appel au pardon réciproque et à la paix en Afrique depuis Luanda, la capitale angolaise encore marquée des stigmates d'une longue guerre civile, où il a célébré une messe géante en conclusion de sa tournée au Cameroun et en Angola.

Cette première visite du pape allemand sur le continent africain a été endeuillée samedi par la mort de deux jeunes femmes dans une bousculade à l'entrée d'un stade de Luanda, où Benoît XVI était attendu pour une rencontre avec la jeunesse.

Au début de la messe, il a fait part de sa "vive douleur" pour ce drame et a prié pour les deux victimes et pour la quarantaine de personnes blessées dans la bousculade.

Devant des centaines de milliers de fidèles rassemblés des heures durant sous une chaleur caniculaire, Benoît XVI a également prié pour la "réconciliation nationale" en Angola "après la dévastatrice et inhumaine expérience de la guerre civile".

Il a étendu sa prière à la région des Grands Lacs secouée par des multiples rébellions, et appelé le monde entier à tourner son "regard vers l'Afrique, vers ce grand continent, si riche d'espérance mais encore si assoiffé de justice, de paix et d'un développement intégral et sain".

Cette messe organisée dans le quartier populaire de Cimangola a donné au pape un bref aperçu des conditions de vie misérables de nombreux Angolais, sa papamobile ayant emprunté une route passant à travers plusieurs bidonvilles.

Sept ans après la fin d'une longue guerre civile (1975-2002), deux tiers des Angolais vivent toujours avec moins de deux dollars par jour en dépit des énormes ressources pétrolières de leur pays.

Dans son homélie, Benoît XVI a fustigé "la cupidité qui corrompt le coeur de l'homme, réduit en esclavage les pauvres et prive les générations futures des ressources dont elles auront besoin".

Selon Transparency International, l'Angola fait partie des pays perçus comme les plus corrompus au monde.

Vendredi, devant le président angolais José Eduardo dos Santos, il avait déjà exigé une "ferme détermination pour éradiquer une fois pour toute la corruption" et exhorté les autorités à faire davantage contre la pauvreté.

L'arrivée de la papamobile sur l'immense terrain poussiéreux où se tenait la messe a provoqué des mouvements de foule heureusement sans conséquences car l'espace disponible était loin d'être rempli et la foule était plus recueillie que la veille.

Le drame de samedi n'est pas le premier lors d'un voyage pontifical: en 1980, neuf personnes étaient mortes à Kinshasa lors d'une cérémonie présidée par Jean-Paul II. La même année, une autre bousculade avait causé sept morts au Brésil.

En 1986, un voyage en Inde de Jean-Paul II avait également été endeuillé par deux morts -- une noyade et une personne écrasée par un mur -- en marge des célébrations.

Dimanche après-midi, devant les associations catholiques de promotion de la femme, Benoît XVI a exhorté les Africains à une "prise de conscience des conditions défavorables auxquelles continuent d'être soumises de nombreuses femmes" dues en partie au "manque de sensibilité et de responsabilité" des hommes.

Le voyage du pape avait commencé mardi par Yaoundé, où il a promulgué le document préparatoire d'un prochain synode sur l'Afrique dénonçant "un processus organisé de destruction de l'identité" africaine.

Sa tournée a été ternie par une polémique mondiale déclenchée par ses propos, dans l'avion le menant au Cameroun, sur le préservatif qui, selon lui, "aggrave" le problème du sida.

Première publication : 23/03/2009

COMMENTAIRE(S)