Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Quelle diplomatie économique pour la France ? Avec Hubert Védrine et Pascal Lamy

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée : cohue meurtrière lors d'un concert à Conakry

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Crash du vol AH5017 : Hommage à 2 cinéastes disparus

En savoir plus

FOCUS

Birmanie : la transition démocratique piétine

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les people et le conflit israélo-palestinien

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Matshidiso Moeti, ancienne Directrice régionale adjointe de l'OMS pour l'Afrique

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

L'Argentine poussée vers le défaut de paiement

En savoir plus

SUR LE NET

Chine : de faux profils Twitter démasqués

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les cachotteries de Poutine et Merkel"

En savoir plus

  • Un rassemblement pro-israélien organisé à Paris

    En savoir plus

  • Carte : l’opération Barkhane de l’armée française au Sahel

    En savoir plus

  • Gaza : un responsable de l'ONU fond en larmes en direct

    En savoir plus

  • Royaume-Uni : HSBC ferme les comptes de plusieurs clients musulmans

    En savoir plus

  • Ils ont fait plier l'Argentine : qui sont ces fonds "vautours" ?

    En savoir plus

  • Ebola : état d'urgence au Sierra Leone, l'inquiétude grandit dans le monde

    En savoir plus

  • La dissolution de la Ligue de défense juive à l’étude

    En savoir plus

  • Israël mobilise de nouveaux réservistes et obtient des munitions américaines

    En savoir plus

  • Avec "Lucy", Luc Besson domine le box-office américain

    En savoir plus

  • MH17 : les enquêteurs de l'OSCE accèdent au site du crash

    En savoir plus

  • Vidéo : reportage au cœur des tunnels creusés par le Hamas à Gaza

    En savoir plus

  • La clôture frontalière, nouvelle pomme de discorde entre le Maroc et l’Algérie

    En savoir plus

  • Moscou condamné à verser 1,86 milliard d'euros aux ex-actionnaires de Ioukos

    En savoir plus

  • Karim Wade, le fils de l'ex-président, jugé à Dakar pour "enrichissement illicite"

    En savoir plus

  • Mort de Paul Jean-Ortiz, conseiller diplomatique de François Hollande

    En savoir plus

  • BNP Paribas subit une perte record après l'amende américaine

    En savoir plus

  • Glissement de terrain meurtrier dans l'ouest de l'Inde

    En savoir plus

  • "Accuser la Serbie du déclenchement de la guerre est absurde"

    En savoir plus

Economie

Tata lance la voiture la moins chère du monde

Vidéo par Pauline PACCARD

Dernière modification : 23/03/2009

Moins chère qu'un puissant ordinateur portable, la "Nano" du constructeur automobile Tata débarque ce lundi sur le marché indien. Proposé à 1 500 euros en Inde, l'automobile pourrait être vendue dès 2010 en Europe pour 5 000 euros.

AFP - Le groupe indien Tata lance lundi la voiture la moins chère du monde, la Nano, avec plusieurs mois de retard et la crainte que le ralentissement économique en Inde ne dissuade les classes moyennes de s'offrir ce véhicule "révolutionnaire" à 2.000 dollars.
  
Cette mini-automobile à ultra bas coûts --moins chère qu'un puissant ordinateur portable-- sera présentée en grande pompe à Bombay par Ratan Tata, président du conglomérat éponyme, avant son arrivée chez les concessionnaires début avril, a indiqué à l'AFP le porte-parole de la filiale Tata Motors, Debashis Ray.
  
Promise aux Indiens au tarif record de 100.000 roupies (2.000 dollars ou 1.500 euros) dans sa version la plus rudimentaire, la Nano pourrait être vendue en Europe à l'horizon 2010-2011 --mais à 5.000 euros-- compte tenu d'équipements répondant aux normes de sécurité et de pollution, avait déclaré M. Tata au salon automobile de Genève début mars.
  
En attendant, seulement 30.000 à 50.000 exemplaires devraient être produits cette année en Inde, contre une prévision initiale de 250.000 unités par an, à cause d'incroyables obstacles rencontrés par Tata Motors pour la mise en production.
  
En octobre dernier, le premier groupe automobile indien avait purement et simplement dû abandonner l'usine de la Nano quasiment achevée dans l'Etat du Bengale occidental (est) et en construire une autre au Gujarat (ouest).
  
Après y avoir investi 350 millions de dollars, Tata avait été poussé hors du Bengale occidental par des manifestations de paysans, épaulés par des partis politiques régionaux, ulcérés par la réquisition de leurs terres pour en faire une zone industrielle.
  
Dévoilée au monde entier en janvier 2008, la Nano devait envahir les routes indiennes à l'automne dernier, animée d'un minuscule moteur de 624 cm3 --celui d'une bonne moto-- sans climatisation, ni vitres électriques, ni direction assistée.
  
Mais la nouvelle usine dans le Gujarat ne sera pas terminée avant la fin de l'année et il lui faudra des mois pour tourner à pleine capacité, a reconnu Tata Motors, qui a donc assemblé ses premiers modèles dans ses autres sites.
  
"C'est un lancement à la va-vite, puisque la principale chaîne de production n'est même pas prête", a critiqué Mahantesh Sabarad, analyste du courtier Centrum Broking à Bombay.
  
"Les ventes dépendront donc du rythme de production et, à l'heure actuelle, nous sommes vraiment préoccupés par la demande des consommateurs", a-t-il expliqué à l'AFP en pointant "la contraction des salaires ces derniers mois et les grosses craintes pour l'emploi".
  
De fait, la dixième puissance économique de la planète est violemment frappée par la crise mondiale et au bord de la déflation, c'est à dire d'une baisse prolongée des prix qui risque de plomber l'ensemble de l'activité.
  
Déjà, les ventes de voitures en Inde ont chuté de 20% fin 2008, après des années de croissance à deux chiffres.
  
Certes, le marché automobile est "sur un mode attentiste", admet D.K. Jain, patron de la concession Lumax Auto Technologies à Bombay, mais Tata "s'attend à voir le secteur repartir à long terme".
  
"Nous recevons plus de 50 demandes d'informations par jour", assure Dennis Rankine, vendeur chez Wasan Motors, le principal concessionnaire de Tata Motors dans la capitale économique indienne.
  
Avec la Nano, "j'en aurai pour mon argent", se félicite Hasmukh Kakadia, un jeune cadre financier qui veut se débarrasser de sa Ford Fiesta achetée 13.000 dollars. "Dans une économie en berne, je réfléchirais à deux fois avant de mettre de l'argent dans une nouvelle voiture. Mais pas pour celle-là", dit-il.

Première publication : 23/03/2009

COMMENTAIRE(S)