Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les oubliés de Mossoul

En savoir plus

DÉBAT

Droit d'asile en France : les enjeux de la réforme

En savoir plus

DÉBAT

Manifestation en soutien à Gaza : un rassemblement test pour le gouvernement

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : les négociations de paix au point mort

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : espoir de paix à Brazzaville

En savoir plus

FOCUS

Sénégal : risque de famine en Casamance

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Maestro", intello mais pas trop !

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Gaza : les enfants, victimes du conflit

En savoir plus

DÉBAT

Israël – Gaza : la guerre s’importe–t-elle en France ?

En savoir plus

  • L'ONU ouvre une enquête sur l'offensive israélienne à Gaza

    En savoir plus

  • À Paris, un rassemblement pro-palestinien sans heurts

    En savoir plus

  • Tour de France : "Depuis le temps qu'un Italien n'a pas gagné!"

    En savoir plus

  • "Le conflit israélo-palestinien est importé en France depuis longtemps"

    En savoir plus

  • Les députés adoptent la nouvelle carte des régions françaises

    En savoir plus

  • Bagdad accusé d'utiliser des "barrel bombs" contre sa population

    En savoir plus

  • Ukraine : deux avions de chasse de l'armée abattus dans l’est du pays

    En savoir plus

  • Reportage : l'armée israélienne essuie de lourdes pertes à Gaza

    En savoir plus

  • Accident d'avion à Taïwan : au moins 45 morts, dont deux Françaises

    En savoir plus

  • MH17 : les premières dépouilles des victimes sont arrivées aux Pays-Bas

    En savoir plus

  • Une ville chinoise placée en quarantaine après un cas de peste bubonique

    En savoir plus

  • Au Nigeria, la ville de Kaduna secouée par deux explosions meurtrières

    En savoir plus

  • Ryanair contraint de rembourser à la France 9,6 millions d’euros d’aides publiques

    En savoir plus

  • Immigration et droit d'asile : les projets de réforme du gouvernement

    En savoir plus

  • Vente du Mistral à la Russie : Fabius invite Cameron à balayer devant sa porte

    En savoir plus

  • Manifester, une liberté qui reste "la règle"... mais sous haute surveillance

    En savoir plus

  • Après le gel des vols vers Tel Aviv, Israël dénonce une mesure "injustifiée"

    En savoir plus

  • Infographie : l'ultime voyage controversé du Costa Concordia

    En savoir plus

EUROPE

Paris et Madrid sommés de corriger leur déficit d'ici à 2012

Dernière modification : 24/03/2009

La Commission européenne demande à la France et à l'Espagne de tout mettre en œuvre pour ramener leur déficit sous la barre des 3 % du PIB d'ici les trois prochaines années. La Grèce devra, quant à elle, corriger son déficit dès 2010.

AFP - La Commission européenne va donner mardi un répit de près de trois ans, jusqu'en 2012, à la France et à l'Espagne pour ramener leur déficit public sous la limite en vigueur de l'UE de 3% du Produit intérieur brut, a indiqué lundi une source européenne à l'AFP.
  
Le gendarme européen en matière de discipline budgétaire compte en revanche demander à la Grèce de revenir dès 2010 sous la barre des 3%. L'Irlande, qui compte parmi les pays européens les plus touchés par la crise, devra, elle, le faire seulement en 2013, a ajouté cette source, confirmant des informations du quotidien français Les Echos.
  
Avec la crise économique, les déficits nationaux en Europe s'envolent.
  
Le Pacte de stabilité européen limite en principe à 3% le déficit public annuel des Etats. Mais en vertu d'une réforme réalisée en 2005, la Commission européenne peut prendre en compte des circonstances exceptionnelles, telle qu'une récession, pour accorder un répit aux gouvernements avant de sévir.
  
Selon les dernières prévisions publiées en janvier par la Commission, le déficit français devrait atteindre 5,4% du PIB cette année, celui de l'Espagne 6,2%, celui de la Grèce 3,7% et celui de l'Irlande le niveau record de 11%.
  
Bruxelles avait déjà enclenché à la mi-février la première étape de procédures pour déficits excessifs contre ces quatre pays en raison du dérapage important de leurs finances publiques.
  
La grande question était à présent de savoir combien de temps la Commission allait donner aux pays concernés pour revenir dans les clous. Les délais assez longs fixés, au moins dans le cas de la France, de l'Espagne et de l'Irlande, montrent que l'exécutif européen a voulu éviter l'épreuve de force avec les Etats.
  
Avant la réforme du Pacte en 2005, les gouvernements avaient un an pour revenir dans les clous. Depuis, le mécanisme est plus souple.
  
Et les délais à présent fixés pourront même être modifiés en cours de route, si la récession s'avérait plus sévère que prévu, a déjà indiqué le commissaire européen aux Affaires économiques, Joaquin Almunia.
  
Une procédure pour déficit excessif vise, via des recommandations précises, à mettre la pression sur les Etats fautifs pour qu'ils ramènent leurs déficits dans la limite maximale tolérée dans l'Union européenne.
  
Elle peut aller jusqu'à l'adoption de sanctions financières contre les pays concernés dans les cas les plus graves.
  
La France s'était étonnée à la mi-février de la mise en garde de Bruxelles sur ses déficits, jugée inopportune au moment où la crise impose de dépenser plus. Le ministre du Budget français Eric Woerth avait trouvé cette mise en garde "un peu gonflée".
  
Le gouvernement français a indiqué début mars que le déficit public (Etat, sécurité sociale et collectivités locales) du pays allait grimper cette année à 5,6% du PIB et se maintiendrait à 5,2% du PIB en 2010 en raison de l'impact de la crise.

Première publication : 24/03/2009

COMMENTAIRE(S)