Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Zimbabwe : retenu par l'armée Robert Mugabe préside tout de même une cérémonie

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le baiser imposé d'Al Franken

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

COP 23 en Allemagne : une occasion manquée ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Crise au Liban : La France à la manoeuvre

En savoir plus

TECH 24

Quoi de neuf, e-docteur ?

En savoir plus

LE GROS MOT DE L'ÉCO

Taux directeur : le diapason du système bancaire

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Afrique - Chine : le piège de la dépendance ?

En savoir plus

#ActuElles

Consentement sexuel des mineur(e)s : quel âge minimum ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La France, terre de vin et de tourisme

En savoir plus

Economie

La Britannique HSBC pourrait supprimer 1 200 emplois

Dernière modification : 25/03/2009

La banque britannique HSBC envisage de licencier 1 200 salariés - soit 2 % de ses effectifs au Royaume-Uni - afin de "s'adapter" à la crise économique. L'enseigne emploie 58 000 personnes dans le pays.

AFP - Le géant bancaire britannique HSBC a annoncé mercredi qu'il pourrait licencier jusqu'à 1.200 employés au Royaume-Uni, soit 2% de ses effectifs britanniques, pour s'"adapter" à la crise économique.
  
La banque, qui emploie 58.000 personnes au Royaume-Uni, a précisé que les suppressions de postes devraient toucher les activités de support (services administratifs et informatiques), mais pas les effectifs de ses agences.
  
"Nous devons prendre ces décisions difficiles pour nous adapter à un environnement et nous assurer que nous restons en bonne position pour aborder l'avenir", a justifié Paul Thurston, qui dirige les activités britanniques du groupe.
  
La banque a fait cette annonce en réaction à des fuites dans la presse, plusieurs quotidiens, dont le Daily Telegraph et City AM, ayant rapporté dans leurs éditions de mercredi que la banque s'apprêtait à supprimer un millier d'emplois au Royaume-Uni.

Première publication : 25/03/2009

COMMENTAIRE(S)