Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Boko Haram tue plusieurs civils dans l'attaque d'un marché dans le Nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

Moyen-Orient

Netanyahou s'engage à poursuivre le processus de paix

Texte par Marie VALLA

Dernière modification : 26/03/2009

Après avoir obtenu l'accord des travaillistes pour participer à son gouvernement, le Premier ministre israélien désigné, Benjamin Netanyahou, indique qu'il sera un "partenaire pour la paix" pour l'Autorité palestinienne.

Le Premier ministre israélien désigné et chef du Likoud, Benjamin Netanyahou, a répondu mercredi à ceux qui critiquaient son agenda politique, au lendemain d’un accord de coalition avec Ehud Barak, le chef du Parti travailliste et ministre sortant de la Défense.

 

"La paix n'est pas le dernier des objectifs. C'est un objectif commun et durable pour tous les Israéliens et tous les gouvernements israéliens, le mien y compris", a-t-il affirmé lors d'un discours à Jérusalem.

 

La remarque était principalement adressée au président américain Barak Obama, après qu’il a réaffirmé, mardi, sa détermination à obtenir la création d’un État palestinien et prévenu qu’il ne serait pas facile de trouver un compromis avec un gouvernement dominé par le Likoud, un parti connu pour son opposition à la création d’un tel État.

 

"Ce n'est pas plus simple que cela n'était, mais je pense que c'est tout aussi nécessaire", a déclaré le président Obama lors d’une conférence de presse.

 

Les délégués travaillistes ont approuvé, mardi, par 680 voix contre 507 l’accord de coalition signé le matin même par Ehud Barak et Benjamin Netanyahou.

 

Mais l’accord ne précise pas la position du futur gouvernement sur le processus de paix israélo-palestinien. Les deux partenaires se sont simplement entendus pour formuler un plan de paix et respecter tous les traités signés. Mais la mention de création de deux États indépendants est absente du texte de l’accord.

  

 

Le Parti travailliste peut-il nuancer les positions du Likoud ?

 

  

 

Grâce à cet accord, Benjamin Netanyahou “a obtenu le ministère de la Défense qu’il souhaitait pour faire face à la menace iranienne et le gouvernement d’union nationale dont il avait besoin pour montrer au reste du monde qu’il n’est pas le fanatique et belliqueux conservateur que l’on pense", analyse mercredi le quotidien conservateur "Jerusalem Post".

 

Les travaillistes ont rejoint les ultra-orthodoxes du parti Shass et les nationalistes du parti Israël Beiteinu ("Notre maison Israël"), obtenant ainsi une majorité de 66 sièges dans une Knesset qui en comptent 120.

 

En échange, les travaillistes ont obtenu cinq portefeuilles ministériels, dont ceux des Affaires sociales, de l’Agriculture, du Commerce et de l’Industrie. Ehud Barak a également reçu l’assurance de conserver son poste de ministre de la Défense.

 

“Certains travaillistes pensent que, grâce à leur participation, ils seront en mesure de peser sur un gouvernement de droite,” explique Annette Young, correspondante de FRANCE 24 à Jérusalem.

 

Mercredi, Netanyahou était également susceptible d’engager des discussions avec d’autres partenaires potentiels du camp de la droite religieuse, les partis Yahadut HaTorah ("Judaïsme et Torah unis") et HaBayit  HaYehudi ("la Maison juive").

  

 

Un Parti travailliste au bord de l’explosion

 

  

 

L’accord de coalition ne fait pas l’unanimité au sein du Parti travailliste. Après avoir longtemps dominé la vie politique israélienne, les travaillistes n’ont obtenu que 13 députés lors des élections législatives du 10 février dernier.

 

Les fidèles d’Ehud Barak considèrent que l’initiative prolonge la durée de vie du parti, explique Annette Young. Mais ses opposants l’ont hué et sifflé lors du congrès extraordinaire convoqué pour ratifier l’accord, mardi.

 

Ophir Pines-Paz, militant travailliste de longue date, a même accusé Ehud Barak de jeter le parti “dans la benne à ordures de l’Histoire”.

 

L’alliance fait de la ministre des Affaires étrangères sortante, Tzipi Livni, et de son parti centriste, Kadima, l’opposition officielle au Parlement et le héraut de la solution bipartite. 

 

"Le prétendu accord sur la paix et les territoires palestiniens constituaient jusqu’à peu la justification de l’existence du Parti travailliste dans le maelström de la politique israélienne et de ses factions", note Daniel Gutwein, dans un éditorial publié par "Haaretz", mercredi. “Mais Ehud Barak a désormais rompu le plus petit dénominateur commun au sein du parti et son unité de vue avec Benjamin Netanyahou semble même dépasser l’entente sur les questions sociales et économiques qui lui était propre jusque là."

 

Première publication : 25/03/2009

COMMENTAIRE(S)