Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

#ActuElles

Quarante ans d'IVG : un droit fondamental à défendre

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

UE - Google : le géant du Net bientôt scindé en deux ?

En savoir plus

FOCUS

Bien qu'ébranlée, la protestation citoyenne se poursuit à Hong Kong

En savoir plus

TECH 24

Oculus Rift : la vie des autres

En savoir plus

REPORTERS

Liban : Chebaa au cœur de la poudrière

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Djilali Benchabane, spécialiste du Moyen-Orient et du Golfe arabo-persique

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Jean-François Piège

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

UE : le plan de relance de Juncker est-il crédible ?

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Sommet de la francophonie : Macky Sall "regrette" l'absence de Wade

En savoir plus

Asie - pacifique

Pyongyang déploie ce qui pourrait être un missile balistique

Vidéo par Guillaume MEYER

Dernière modification : 26/03/2009

L'agence de presse japonaise Kyodo rapporte ce mercredi que Pyongyang aurait installé un missile balistique longue portée sur son pas de tir de Musudanri. Le lancement d'un satellite nord-coréen début avril pourrait masquer ce tir.

REUTERS - La Corée du Nord a installé sur son pas de tir de Musudanri ce qui pourrait être un missile balistique à longue portée "Taepodong II", a annoncé mercredi l'agence de presse japonaise Kyodo, qui cite des "sources proches des relations américano-japonaises".

 

Les spécialistes estiment que sept à dix jours sont nécessaires une fois le missile sur son pas de tir pour qu'il puisse être lancé.

 

Les services américains de lutte contre la prolifération nucléaire n'ont pas démenti l'information rapportée par Kyodo, sans pour autant la confirmer. Le Pentagone s'est quant à lui refusé à tout commentaire.

 

Pyongyang a fait savoir qu'il lancerait un satellite entre le 4 et le 8 avril. Pour les puissances régionales, cela pourrait masquer un test de son missile ayant la plus longue portée, en violation des sanctions de l'Onu.

 

La Corée du Nord a informé les instances internationales de la trajectoire prévue de ce qu'elle assure être une fusée. L'engin survolerait le Japon et larguerait successivement ses étages de propulsion à l'est et à l'ouest de l'archipel.

 

Selon les analystes, Pyongyang a annoncé cette trajectoire dans le but d'étayer l'argument selon lequel il s'agirait d'un lancement de satellite et non d'un essai de missile, deux opérations qui reposent sur la même technologie.

 
 
 
A PORTÉE DE L'ALASKA
 

Pyongyang a prévenu mardi que toute sanction infligée en réponse à un lancement de satellite entraînerait l'abandon des pourparlers à six, qui visent à mettre fin au programme nucléaire nord-coréen.

 

Les Etats-Unis, le Japon et la Corée du Sud ont indiqué vouloir de nouvelles sanctions contre la Corée du Nord si le tir a lieu. Ces trois pays ont déclaré ne voir aucune différence entre un lancement de satellite et un essai de missile, les deux reposant sur le "Taepodong II".

 

Ce missile, théoriquement capable d'atteindre l'Alaska, n'a à ce jour été testé qu'une seule fois, en 2006. L'essai s'était soldé par l'explosion de l'engin une quarantaine de secondes après son lancement.

 

Selon des analystes, le régime nord-coréen semble avoir résolu les difficultés techniques auxquelles il était confronté et a bon espoir de réussir un nouveau lancement.

 

Première publication : 25/03/2009

COMMENTAIRE(S)