Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Israël : des selfies dans les abris anti-bombes

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Une mini tournée africaine pour François Hollande

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

14 juillet : célébrations nationales et centenaire de la Grande Guerre

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Lamberto Zannier, secrétaire général de l'OSCE

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Santé : l'Europe perturbée par des substances toxiques

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Raid Fahmi, ex-ministre irakien des Sciences et Technologies

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Crimes de guerre"

En savoir plus

MODE

La haute couture, de l’art au business

En savoir plus

  • Le défilé du 14-Juillet marqué par le centenaire de la Grande Guerre

    En savoir plus

  • Poursuite des raids israéliens à Gaza, les offres de médiation se multiplient

    En savoir plus

  • En images : les meilleurs moments du Mondial

    En savoir plus

  • À Nice, les rassemblements pro-palestiniens interdits par la préfecture

    En savoir plus

  • Chine : des enfants-ouvriers dans l'usine d'un fournisseur de Samsung

    En savoir plus

  • Scènes de liesse à Berlin, tristesse et violences à Buenos Aires

    En savoir plus

  • À Paris, un rassemblement pro-palestinien entaché de heurts

    En savoir plus

  • Le Costa Concordia flotte de nouveau

    En savoir plus

  • Mondial-2014 : le Français Paul Pogba élu meilleur jeune joueur

    En savoir plus

  • L'Allemagne est championne du monde pour la 4e fois de son histoire

    En savoir plus

  • À Vienne, les négociations sur le nucléaire iranien teintées de pessimisme

    En savoir plus

  • La Russie menace l'Ukraine "de conséquences irréversibles"

    En savoir plus

  • Tour de France 2014 : Tony Gallopin endosse le premier maillot jaune français

    En savoir plus

  • Sahara occidental : le torchon brûle entre Rabat et Alger

    En savoir plus

  • Nigeria : le chef de Boko Haram soutient al-Baghdadi, le "calife" de l'EIIL

    En savoir plus

  • Fin de Serval au Mali, lancement de l’opération "Barkhane" au Sahel

    En savoir plus

  • Combats entre milices libyennes autour de l'aéroport de Tripoli

    En savoir plus

  • Décès du célèbre chef d’orchestre américain Lorin Maazel

    En savoir plus

  • Nouvelle humiliation pour le Brésil battu par les Pays-Bas (3-0)

    En savoir plus

Asie - pacifique

L'Iran participera à la conférence sur l'Afghanistan

©

Dernière modification : 26/03/2009

Téhéran confirme sa participation à la conférence internationale sur l'avenir de l'Afghanistan, qui doit avoir lieu le 31 mars aux Pays-Bas. Invitées par Washington, les autorités n'ont toutefois pas précisé qui représenterait le pays.

AFP - L'Iran participera à la conférence internationale sur l'Afghanistan le 31 mars à La Haye, sur invitation des Etats-Unis, un geste qui pourrait faire baisser la tension entre Téhéran et Washington et aider à la stabilité en Afghanistan.

"Nous participerons à la conférence internationale sur l'Afghanistan à La Haye. Je ne sais pas encore à quel niveau, mais nous serons là", a déclaré jeudi à l'AFP le porte-parole du ministère des Affaires étrangères Hassan Ghashghavi.

L'initiative de cette conférence en revient à la secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton qui a appelé début mars l'Iran à y participer. En décembre 2008, l'Iran avait boudé une réunion internationale sur l'Afghanistan organisée par la France.

"C'est un signe positif envoyé par l'Iran pour dire qu'il est prêt à aider les Etats-Unis à ramener le calme en Afghanistan", a déclaré à l'AFP le journaliste et l'analyste iranien Mashallah Shamsolvaezine.

"L'Iran sait que les forces de l'ISAF (Force internationale d'assistance à la sécurité de l'Otan) sont au mieux des invitées et quitteront l'Afghanistan mais les forces des talibans font partie du paysage afghan. Téhéran veut agir de sorte que les talibans ne deviennent pas des ennemis", a-t-il dit.

La décision de Téhéran intervient après que le président américain Barack Obama eut pris le 20 mars l'initiative historique de s'adresser directement aux dirigeants iraniens, à qui il a offert de surmonter trente années de relations hostiles dans un message diffusé pour le nouvel an iranien.

Dès le lendemain, le guide suprême d'Iran, l'ayatollah Ali Khamenei, a réagi en demandant au président américain de passer aux actes. "Changez, et notre attitude changera", a-t-il dit.

Encore mardi, M. Obama a dit s'attendre à "des progrès réguliers" dans les relations entre les deux pays, qui n'entretiennent pas de liens diplomatiques depuis près de 30 ans.

Interrogé si l'Iran envisageait à la conférence de La Haye de rencontrer des diplomates américains, M. Ghashghavi a refusé de répondre affirmant que cette question n'était pas d'actualité.

La conférence sera organisée sous les auspices de l'ONU. Environ 80 pays y ont été invités, ainsi qu'une vingtaine d'organisations internationales impliquées dans des opérations de sécurité et de reconstruction en Afghanistan.

Le chef de la diplomatie iranienne Manouchehr Mottaki, en visite officielle au Brésil, a déclaré que "qu'il faut trouver une solution régionale à la crise afghane. L'objectif de l'Iran est d'aider à la stabilité, à la paix et au calme dans la région, ce qui est la base de tout progrès".

M. Ghashghavi a également annoncé que l'Iran participerait à la réunion de l'Organisation de coopération de Shanghai consacrée à l'Afghanistan, en présence des Etats-Unis, prévue vendredi à Moscou.

L'Iran entretient des liens étroits avec son voisin afghan, surtout avec ses populations chiites et persanophones du nord, mais était en revanche opposé au régime extrémiste sunnite des talibans. Il subit par ailleurs les conséquences de l'énorme production afghane d'opium, qui alimente son marché de la drogue.

Téhéran et Washington avaient déjà coopéré sur l'Afghanistan après les attentats du 11-Septembre. L'Iran avait alors fourni des informations et aidé les groupes opposés aux talibans.

Après sept ans de guerre en Afghanistan sans perspective de paix, l'administration Obama souhaite relancer cette coopération pour stabiliser l'Afghanistan mais aussi pour éviter que la crise afghane ne fasse tâche d'huile au Pakistan.

Première publication : 26/03/2009

Comments

COMMENTAIRE(S)