Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DEMAIN À LA UNE

Soudan : l'opposition sous pression

En savoir plus

DÉBAT

Le Qatar et l'Arabie saoudite sont-ils des partenaires fiables pour la France ? (partie 2)

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Les Allemands sont-ils en passe de devenir les champions de la grève ?

En savoir plus

DÉBAT

Le Qatar et l'Arabie saoudite sont-ils des partenaires fiables pour la France ? (partie 1)

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Burundi : un juge de la Cour constitutionnnelle en fuite

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Hollande le Saoudien

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La dérive morale de Tsahal"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Maréma, nouvelle voix du Sénégal

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Bas les pattes !"

En savoir plus

Economie

Lemoine remplace Lafonta à la tête de Wendel

Dernière modification : 24/10/2009

Sur fond de crise, le président du directoire de la société d'investissement Wendel, Jean-Bernard Lafonta (photo), quitte ses fonctions. Il sera remplacé par Frédéric Lemoine, président du conseil de surveillance du géant nucléaire Areva.

AFP - La société d'investissement Wendel a annoncé jeudi dans un communiqué un bénéfice net divisé par 5,5 en 2008, à 158 millions d'euros, en raison de dépréciations d'actifs de 555 millions et d'un montant de cessions moindre que celui dégagé en 2007.

Le président du directoire Jean-Bernard Lafonta a par ailleurs confirmé sa décision de démissionner de ses fonctions.

Mercredi soir, il avait annoncé à l'AFP qu'il serait remplacé par Frédéric Lemoine, président du conseil de surveillance d'Areva, déjà au conseil de Wendel.

Wendel, qui n'a pas dévoilé de prévisions de résultats pour 2009, a prévenu qu'il comptait "amplifier" les "plans d'adaptation" de ses sociétés à la crise. Les mesures d'économies cumulées se montent à ce jour à 1,5 milliard en 2009, après 1,3 milliard en 2008, a-t-il précisé dans un communiqué.

Le bénéfice net, qui a chuté par rapport aux 879 millions d'euros dégagés en 2007, a pâti de "l'application des normes IFRS qui a conduit le groupe à ajuster la valeur de ses actifs d'un total de -555 millions d'euros".

Ces dépréciations d'actifs ont plombé le résultat non récurrent, qui affiche une perte de 292 millions, contre un bénéfice de 486 millions en 2007.

En outre, le bénéfice avait profité en 2007 d'une plus-value de 786 millions liée à l'introduction en Bourse fin 2006 de Bureau Veritas, numéro deux mondial de la certification et de l'inspection.

Première publication : 26/03/2009

COMMENTAIRE(S)